Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Nobel : que l'honneur fait à l'Europe serve à la Méditerranée!

Par Bénédict de Saint-Laurent Conseiller scientifique, réseau ANIMA



            Partager Partager

Nobel : que l'honneur fait à l'Europe serve à la Méditerranée!

L'attribution du Prix Nobel de la Paix à l'Europe couronne paradoxalement une région secouée par une grave crise économique et qui a rarement autant douté d'elle-même. Mais nous tous, Européens, pouvons être fiers et heureux de cette distinction, qui nous donne l'occasion de prendre conscience de certains mérites de l'Europe, en contemplant pour une fois le verre à moitié plein...

Bien sûr, cette reconnaissance va d'abord, à titre posthume, aux Schuman, Monnet, Gasperi, Spaak, Bech, Adenauer qui ont eu, dès l'après-guerre, la vision courageuse d'un continent réconcilié - nous aurions bien besoin aujourd'hui de tels prophètes !
Elle met en perspective l'extraordinaire (bien que banale pour nos contemporains) période de 67 années de paix connue par l'Europe occidentale depuis 1945. Elle valorise aussi toutes les réalisations de la Communauté, puis de l'Union, autour de grands projets communs -politique agricole, grand marché, espace judiciaire, monnaie unique, intégration régionale, protection de l'environnement, lutte contre le réchauffement, politique de R&D, droits de l'homme, action humanitaire, etc., et ce, malgré d'inévitables insuffisances, en particulier un certain déficit social et un repli d'Europe forteresse par rapport à son voisinage.

La reconnaissance du comité Nobel concerne au premier chef l'Europe des 27. Mais elle a aussi une portée plus universelle.
Souvent décrié chez nous, le modèle européen a été fréquemment source d'inspiration pour des constructions régionales toujours laborieuses (ASEAN, Comasur, SADC, CEDEAO etc.). Bouc émissaire facile, l'Europe est parfois jugée en France comme une entité peu légitime (les "eurocrates"), responsable de tous nos maux (par exemple l'austérité actuelle), excessivement régulatrice (normalisation, directives), et hypertrophiée (c'est une illusion, la Commission dispose de moins de fonctionnaires que la Ville et la métropole de Marseille pour servir 500 millions d'habitants ; et le budget communautaire ne représente en 2012 qu'environ 1% du PIB de l'UE-27).

Les attentes sont énormes sur la coopération avec le sud

Pourtant, au niveau mondial, l'Europe tire souvent ses partenaires vers davantage d'exigence, que ce soit sur les questions d'environnement (réchauffement climatique), d'ouverture commerciale, de développement, de recherche de la paix, ou de droits de l'homme. Non sans échecs, atermoiements, ou reculades (par exemple, Balkans ou politique de défense).
La réalité est que l'Europe est une sorte d'auberge espagnole. Elle est ce qu'en font les partenaires européens et beaucoup, c'est vrai, ont une vision a minima. Mais de grandes réalisations, comme Ariane, la PAC, Erasmus, Euratom ou Airbus n'auraient pu voir le jour hors du contexte de la construction européenne.

Plus près de nous, le processus de Barcelone, la politique de voisinage, l'Union pour la Méditerranée ont été impulsés, encouragés, portés par l'Europe. Les attentes sont énormes en ce qui concerne la coopération avec le sud, donc les résultats apparaissent toujours un peu décevants.
Mais regardons encore une fois le verre à moitié plein, depuis les innombrables initiatives de la base pour faire vivre l'Euroméditerranée (réseaux, ONG, société civile...) jusqu'aux programmes de la Commission, de la BEI-FEMIP, des coopérations bilatérales. À l'origine et au soutien de ces projets, on trouve le plus souvent des initiateurs européens, et cela peut même poser problème.
Il faut espérer que ce qu'il y a de meilleurs dans le projet européen - volonté de se réconcilier et de mutualiser un destin partagé - devienne contagieux pour notre grande région la Méditerranée, laquelle aspire au développement, à la fraternité et à la paix.

Lundi 15 Octobre 2012






1.Posté par PARENT le 05/11/2012 22:32
Bravo pour ce Prix Nobel de la Paix à l'Europe, mais que fait l'Europe pour le dernier mur erigé depuis 1974 sur l'île de Chypre séparant l'île en deux. Chypre sud intégréé à l'Europe depuis janvier 2008 et Chypre Nord avec une république turque non reconnue par la communauté internationale...

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info






RÉFLEXION



LE GUIDE DE LA COOPÉRATION ET DES PROGRAMMES DE FINANCEMENT EN MÉDITERRANÉE 2018


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss