Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info





Neuf indépendantistes catalans condamnés de neuf à treize ans de prison pour tentative de sécession



            Partager Partager

Oriol Junqueras est l'un des principaux condamnés (photo : Twitter)
Oriol Junqueras est l'un des principaux condamnés (photo : Twitter)
ESPAGNE. La Cour suprême d'Espagne a prononcé, lundi 14 octobre 2019, des peines contre douze responsables indépendantistes catalans inculpés lors de la tentative de sécession de la Catalogne en 2017. Ils ont été jugés de février à juin 2019 et attendaient depuis le verdict.

Neuf d'entre eux ont été condamnés de neuf à treize ans de prison pour sédition et les trois autres à de simples amendes. Le Parquet avait réclamé jusqu'à vingt-cinq ans de prison contre l'ancien vice-président régional Oriol Junqueras qui a écopé, seul, de la plus lourde peine de treize ans d'emprisonnement.

La justice espagnole n'a retenu que le chef d'accusation de sédition et, pour certains de détournement de fonds publics. Mais pas celui, plus grave, de rébellion contre le gouvernement. Les trois autres anciens membres du gouvernement, eux en liberté provisoire, n'ont été condamné qu'à des amendes pour désobéissance.

"absolution et liberté"

Les faits concernent l'organisation, le 1er octobre 2017, d'un référendum d'autodétermination jugé illégal par la Cour constitutionnelle espagnole. Le 27 octobre 2017, fort d'un résultat positif à ce scrutin (90% de "oui" en faveur de l'indépendance), la Generalitat de Catalogne proclamait son indépendance de l'Espagne et se transformait en république. Quelques heures avant, le gouvernement espagnol avait mis ce gouvernement sous tutelle.

En novembre 2017, la justice espagnole avait incarcéré huit ministres catalans pour sédition, rébellion et détournements de fonds publics. Quatre se trouvaient en exil à Bruxelles avec le président de la Generalitat de Catalogne destitué, Carles Puigdemont. Ce dernier avait lui été arrêté en mars 2018 dans le Schleswig-Holstein puis remis en liberté par la justice allemande avant de retourner en Belgique.

Carles Puigdemont a réagi sur son compte Twitter : "100 ans de prison au total. Un outrage. Plus que jamais à vos côtés et à ceux de votre famille (...) Pour l'avenir de nos enfants. Pour la Démocratie. pour l'Europe. Pour la Catalogne." Lundi 14 octobre 2019, il a plaidé pour l'"absolution et la liberté" de ses compagnons de route. Un peu plus tard dans la journée, la justice espagnole lançait un nouveau mandat d'arrêt contre lui pour "sédition et détournements de fonds publics". Le second après celui levé en juillet 2018, suite à l'affaire allemande. Carles Puigdemont est député européen mais ne peut pas siéger, car il doit auparavant faire une prestation de serment devant l'autorité électorale à Madrid.

Des élections législatives se dérouleront le 10 novembre 2019 en Catalogne.

Lundi 14 Octobre 2019

Lu 729 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

RÉFLEXION

Pour des modèles économiques innovants et soucieux du développement durable

Abdelmajid Iraqui, vice-président CGEM Rabat-Salé-Kénitra
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.