Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

« Ne pas céder à la facilité de construire rapidement et à bon marché »

Par Marc TEYSSIER d’ORFEUIL, délégué général du Club des PPP


Marc Teyssier d'Orfeuil, Délégué général du Club PPP MEDAFRIQUE


            Partager Partager

« Ne pas céder à la facilité de construire rapidement et à bon marché »
Le PPP en Méditerranée peut, sans aucun doute, être un levier de croissance pour accompagner les besoins en matière d’infrastructures des pays du pourtour méditerranéen.
 
Plus que jamais, avec l’influence et la pression des peuples à l’égard des gouvernants des pays du Nord de la Méditerranée, nous avons la certitude qu’il sera indispensable, dans les dix ans à venir, que des infrastructures publiques de qualité sortent rapidement, afin de répondre aux défis de la croissance et donc aux équipements publics nécessaires pour accompagner celle-ci.
 
La grande difficulté, à l’heure où les budgets des Etats sont exsangues, est de ne pas céder à la facilité de construire rapidement et à bon marché des universités, des écoles, des routes, des hôpitaux qui seront hors d’utilisation 10 ou 15 ans après. Il faut donc trouver, autour de la Méditerranée, les modèles qui ont déjà fait leurs preuves dans certains pays et qui pourraient être dupliqués dans d’autres (sans en faire du “copier-coller”). C’est le cas par exemple du projet d’irrigation d’El Gardane au Maroc qui est un modèle dans son mode de financement et dans sa réalisation.

Valoriser les financements innovants

Il est urgent d’imaginer, sur des infrastructures publiques, des investissements qui intègrent  l’entretien et la maintenance. C’est une garantie pour la personne publique, afin de récupérer 20 ou 30 ans plus tard des ouvrages qui auront une valeur résiduelle importante, pourront trouver une seconde jeunesse et ne pas être détruits pour être reconstruits.
 
La souplesse des PPP, dans l’organisation des dialogues compétitifs, dans la possibilité d’envisager la valorisation immobilière, afin de générer des recettes annexes, peut parfaitement s’adapter et trouver des traductions concrètes, si des spécialistes et des AMO se mettent autour de la table pour apporter des solutions à nos décideurs publics.
 
Cependant, il faudra une vraie volonté politique pour accompagner le développement des PPP dans les pays du pourtour méditerranéen. C’est dans ce sens que les Rencontres de Casablanca avec la BEI et le rôle que nous pouvons avoir de valorisation des bonnes expériences deviennent nécessaire pour que les gouvernants s’inspirent des pratiques et portent les investissements publics en utilisant des outils juridiques nouveaux leur permettant d’assurer un développement durable.
 
Il va de soi que sur la Méditerranée, notre objectif est de valoriser les financements innovants, qu’ils soient dans des modes de concession ou de DSP ou plus proches d’un modèle de contrat de partenariat à la française.
 
Le Club des PPP en France a œuvré à la pédagogie du contrat de partenariat, en valorisant les initiatives des collectivités locales et a permis de le faire décoller sur notre territoire.
 
Le Club PPP MEDAFRIQUE va œuvrer à la pédagogie des PPP au sens large du terme sur la Méditerranée et l’Afrique en valorisant les initiatives nationales et locales, en favorisant les débats et les échanges d’expériences et permettre un développement adapté des PPP.
 

Mardi 24 Mai 2011




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 6 Juin 2011 - 15:25 La Turquie a l’expérience des PPP




1.Posté par Lavallard le 07/06/2011 16:16
Bonjour
Construire oui, mais antisismique.






RÉFLEXION



LE GUIDE DE LA COOPÉRATION ET DES PROGRAMMES DE FINANCEMENT EN MÉDITERRANÉE 2018
Le Guide de la Coopération et des Programmes de financement en Méditerranée 2018 - Version papier
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES PAYS - FICHES FINANCEMENT - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss