Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






"N'oublions jamais que les produits du sol dépendent du ciel"


Les intervenants des 7e Rencontres internationales de Cybèle relèvent l'importance de l'eau dans l'agriculture mais aussi dans la production d'énergie. Un point important à prendre en compte dans l'adaptation au changement climatique.


            Partager Partager

Publicité
Publicité

L'Association IHEDN a réuni à la Villa Méditerranée (Marseille) des experts du climat des deux rives de la Méditerranée (photo F.Dubessy)
L'Association IHEDN a réuni à la Villa Méditerranée (Marseille) des experts du climat des deux rives de la Méditerranée (photo F.Dubessy)
MEDITERRANEE. «Le changement climatique c’est maintenant !» Administrateur principal du Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM), Sébastien Abis a voulu être clair dès l'ouverture des 7e Rencontres internationales de Cybèle, organisées par l'Association Euromed-IHEDN de Jean-François Coustillière à Marseille, jeudi 9 juin 2016. Inondations en France, sécheresse au Maroc, 2016 montre bien qu'il n'est plus besoin de se projeter dans trente ans pour en constater les effets. Qui ne vont que s'aggraver si une prise de conscience n'intervient pas rapidement comme l'ont rappelé les intervenants de ce débat consacré à "la dimension stratégique du changement climatique en Méditerranée occidentale d'ici 2050".

Rien de nouveau cependant sous le ... soleil. Comme le rappelle Sébastien Abis, "l'histoire méditerranéenne a toujours montré une dépendance au climat. L'adjectif méditerranéen ne qualifie d'ailleurs que peu de domaines : le climat et la diète."
Et si, "l'agriculture fait partie des problèmes, notamment avec les gaz de serre, elle est aussi la première victime des écarts climatiques. Au Maroc, la sécheresse a conduit à une division par trois de la production céréalière. N'oublions jamais que les produits du sol dépendent du ciel !"" lance Sébastien Abis. Il relève qu'il s'agit du "seul secteur climato-dépendant." Inquiétant car, il existe une forte corrélation entre le manque d’eau et la sécurité alimentaire dans le sud de la Méditerranée avec "10 000 bouches de plus à nourrir par heure."

Pour le responsable du CIHEAM, l'agriculture fait aussi partie des solutions dans une Méditerranée où la population est à 80% urbaine mais entre 30 et 40% rurale sur sa rive sud. "Pour construire une sécurité alimentaire dans notre région, et ainsi éviter l'instabilité politique, nous avons besoin du sol. Il ne faut pas mettre de côté un tiers des Méditerranéens qui peuvent devenir la solution" précise Sébastien Abis.

"De l'eau pour l'énergie et de l'énergie pour l'eau"

Pour Sébastien Abis, l'agriculture est à la fois le problème et la solution (photo F.Dubessy)
Pour Sébastien Abis, l'agriculture est à la fois le problème et la solution (photo F.Dubessy)
Pour Alexandre Taithe, chargé de recherche à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), la relation entre eau et production d'énergie s'avère essentielle et trop souvent méconnue. "Il faut de l'eau pour l'énergie et de l'énergie pour l'eau" soutient-t-il en évoquant le pompage de l'eau de plus en plus profond mais aussi le refroidissement des centrales nucléaires, les transferts longues distances, l'irrigation sous haute pression et, à contrario, les barrages hydroélectriques... En Israël, 11,5% de l'électricité sert ainsi à produire de l'eau contre 3,5% en France. En Jordanie, ce chiffre grimpe à 40%. Sans parler de l'Arabie saoudite qui utilise 350 000 barils par jour seulement pour le dessalement de son eau de mer. Une gestion efficace et cohérente s'impose d'autant plus pour économiser l'eau. Et ceci passe par une formation aux acteurs de ce domaine.

Alexandre Taithe s'avère ainsi très critique sur le futur Canal Mer Rouge - Mer Morte, baptisé Canal de la paix. "Il ne s'agit que d'un nouveau transfert alors qu'il faudrait jouer sur la gestion de l'eau" regrette-t-il.

L’évolution du climat n’est pas un fait nouveau en Méditerranée. Cependant, "ces dernières décennies le changement s'accélère" remarque Bouchta El Moumni, responsable fondateur d'une maîtrise en océanologie et environnement marin et d'une UFR  "océanologie et climatologie de la zone côtière marocaine de part et d'autre du Détroit de Gibraltar". Pour lui, l’exclusion par les dirigeants, comme par les ingénieurs, des agriculteurs dans les procédures de prise de décision conduit à une frustration collective. Ceci pourrait aussi expliquer les conflits massifs en Afrique du Nord de ces dernières années.

Droits de l'homme mais aussi droits de l'environnement

Il va falloir aussi s'habituer aux « réfugiés climatiques », un statut non encore établi par le droit international, alors que le droit de l'environnement existe depuis les années 1970 comme le précise Wahid Ferchichi. "Ces dernières années, ont montré que la Méditerranée occidentale constituait la destination géographique la plus recherchée des immigrants sub-sahariens, passage obligé vers l'Europe" souligne le professeur en droit de l’environnement à la Faculté des Sciences juridiques, Politiques et Sociales de Tunis. Reste, qu'une partie seulement d'entre eux parvient sur la rive Nord. "Une autre se trouve piégée dans les pays du Maghreb, qui deviennent des nouveaux espaces d'accueil où ils séjournent pendant longtemps voire s'installe définitivement.

Wahid Ferchichi appelle à réfléchir sur les droits de l'’homme par rapport au droit de l’environnement. Là encore, le manque de communication entre dirigeants et acteurs du monde agricole sur le changement climatique conduit à des impasses et ne favorise pas les solutions. Les femmes, qui gèrent 70% de l'agriculture maghrébine, se trouvent ainsi souvent exclues de l'éducation.
 
Pour affronter les futurs défis de la rive Sud de la Méditerranée, Wahid Ferchichi et Bouchta El Moumni soulignent l'importance de promouvoir la coopération internationale tant au niveau économique qu’aux niveaux politique et social.


Lire aussi :"L’Afrique ne pourra subvenir qu’à 13% de ses besoins alimentaires en 2050"

Frédéric Dubessy avec Mélina Zacharia

Vendredi 10 Juin 2016

Lu 4924 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.