Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

MyMed veut fédérer les réseaux sociaux et proposer de nouveaux services


Le projet, piloté par l’Inria Sophia Antipolis Méditerranée, teste sur l’eurorégion franco-italienne, Alpes-Méditerranée, la technologie et le potentiel d’un réseau social fédérateur et pourvoyeur de nouveaux services.



Chercheur à l'Inria Sophia Antipolis Méditerranée, Luigi Liquori est le coordinateur du projet transfrontalier MyMed (photo DR)
Chercheur à l'Inria Sophia Antipolis Méditerranée, Luigi Liquori est le coordinateur du projet transfrontalier MyMed (photo DR)
FRANCE / ITALIE. Supprimer la barrière des Alpes entre la France et l’Italie grâce aux nouvelles technologies, c’est l’ambition de MyMed, un projet Alcotra/Interreg dont l’INRIA Sophia Antipolis Méditerranée est le pilote.
 
«Les réseaux de transports , la route comme le rail, trop lents, et même la couverture GSM avec ses zones d’ombre, n’incitent guère à la mobilité et aux échanges entre les habitants de l’eurorégion Alpes-Méditerranée » constate Luigi Liquori. C’est pourquoi ce chercheur turinois, coordinateur du projet MyMed à l’INRIA, a planché avec son équipe à la création d’un réseau social décentralisé et géolocalisé.

« L’objectif est de répondre aux besoins de ce bassin transfrontalier de 17 millions d’habitants en proposant de nouveaux services, en partenariat avec des collectivités locales, des associations ou des entreprises » explique Luigi Liquori.
 
MyMed bénéficie d’un budget de 1,4 M€ sur trois ans, financé par l’INRIA, l’UE dans le cadre des programmes Alcotra, les régions Piémont et Paca, le conseil général  des Alpes-Maritimes, enfin l’Etat français.
 
Le réseau qui, techniquement, fonctionne en «pair à pair», c’est-à-dire en utilisant quelque cinquante serveurs décentralisés, aujourd’hui installés de part et d’autre de la frontière franco- italienne, est en place.
Reste à développer les premiers services qui seront accessibles gratuitement. « Mymed n’a pas vocation à se substituer aux réseaux sociaux  comme Facebook, Twitter, IGoogle etc. mais à les fédérer grâce à des algorithmes de routage, c’est son gros atout » insiste le coordinateur du projet.

Premiers services opérationnels à l’automne 2011

Ainsi, un utilisateur des services de covoiturage, grâce à son compte Mymed pourra avoir accès, à partir de son PC ou de son smartphone, aux offres proposées par différents sites sans avoir besoin de se connecter à chacun d’eux. Ce n’est là que l’une des applications possibles.

D’autres services pourront être proposés dans les secteurs de l’emploi, du tourisme, de la santé, de la formation et de l’enseignement supérieur etc... 
L’université de Nice Sophia Antipolis vient de rejoindre les partenaires du projet MyMed (Inria, université de Turin, Ecole polytechnique de Turin et université du Piémont oriental). Le nouveau réseau social transfrontalier pourra ainsi devenir un outil de communication privilégié au sein du Pres (pôle de recherche et d'enseignement supérieur) «Euro –Méditerranée».
 
Les premiers services, six à huit, accessibles gratuitement seront lancés à partir de l’automne 2011. « Nous fournirons également un kit de développement pour que des entreprises ou des collectivités puissent par la suite développer de nouvelles applications, payantes ou non » précise Luigi Liquori. L’objectif est de faire de MyMed un réseau social incontournable sur le territoire de l’eurorégion et même au-delà.


Christiane Navas


Mercredi 9 Mars 2011



Lu 4123 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

L'égalité dans le partage successoral, qu'est-ce qui gêne les musulmans ?


avis d'expert

Razika Adnani Philosophe et écrivaine. Associée au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA