Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






Mohamed Ouanaya : "Distinguer le projet immobilier de son environnement"


Filiale du groupe CDG, la Compagnie générale immobilière est sur tous les fronts: marina de Casablanca, construction de villes vertes de haut standing ou encore réalisation de logements sociaux.


            Partager Partager

Mohamed Ouanaya, président de la CGI (photo CGI)
Mohamed Ouanaya, président de la CGI (photo CGI)
MAROC. Mohamed Ouanaya est directeur général de la Compagnie générale immobilière (CGI ), filiale du groupe Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG ).

Econostrum.info : Sur quels segments se positionne la CGI ? Quelle est sa stratégie de développement ?

Mohamed Ouanaya : La CGI a été introduite en bourse en 2007, ce qui nous a permis de lever suffisamment de fonds pour acheter du foncier et accompagner notre développement.

Aujourd’hui, nous intervenons dans les principaux centres urbains du Maroc, là où il y a développement. Nous intervenons pour la construction de logements, de bureaux, de centres commerciaux et aussi pour le compte des administrations.

De plus en plus, nous privilégions la maîtrise d’ouvrage déléguée clé en mains, c'est-à-dire que nous ne sommes plus simplement prestataire de services, mais nous assumons aussi le risque financier. Cela revient à faire de la promotion immobilière pour le client, qui va jusqu’à l’aménagement des espaces publics.

Nous sommes à la fois présent sur l’ensemble des produits immobiliers et sur les grandes opérations, comme la Marina de Casablanca, la ville verte de Casa Green Town à Bouskoura sur 360 hectares, comme le projet de Chrifia à Marrakech pour lequel nous venons de signer avec Pierre & Vacances un partenariat pour la réalisation d’un oasis eco resort. Chrifia est un projet de 260 hectares avec golf.

Là aussi, nous prenons une certaine avance par rapport au marché car peu de sociétés sont capables de piloter de grandes opérations. Il faut en interne des savoirs faire techniques, financiers, commerciaux.

Globalement, l’idée est d’essayer de donner à chaque fois une certaine taille au projet, un certain caractère qui le distinguera de son environnement et des projets potentiels concurrents qui peuvent voir le jour.

25% de logement social à terme

Econostrum.info : Vous privilégiez les opérations de grand standing ?

Mohamed Ouanaya : La Marina de Casablanca et le projet de Bouskoura sont d'un
certain standing effectivement.


Mais nous intervenons aussi sur d’autres segments comme à El Jadida, où sur l’ancien site de l’aérodrome se mélangent différents types de logements : moyen standing, économique, social, des bureaux également.

A terme, le logement social devrait constituer 25 à 30% de notre activité. L’objectif est de ne plus rester seulement dans un cadre conventionnel avec l’Etat, mais de faire de la promotion.

Contraintes environnementales

Econostrum.info : En termes de développement urbain, quelles sont les nouvelles contraintes aujourd’hui ?

Mohamed Ouanaya : Au Maroc et ailleurs dans le monde, la question de l’environnement se pose.

Le Maroc doit rationaliser sa gestion de l’eau notamment. Aujourd’hui, dans tous nos projets, nous faisons en sorte de réutiliser l’eau, grâce à des stations de traitement. Pour l’arrosage des golfs par exemple. Dans les villas, nous essayons de généraliser le recours à l’énergie solaire pour chauffer l’eau. Pour la Marina de Casablanca, nous sommes en train de réfléchir à l’utilisation de l’eau de mer, dont la température varie peu, pour refroidir ou réchauffer les bâtiments.

Les espaces verts sont également une constante dans nos projets.

Econostrum.info : Dans les grandes villes du Maroc, on ne construit toujours pas en hauteur, malgré la pénurie de foncier. Pourquoi ?

Mohamed Ouanaya : Cela n’est pas encore entré dans la culture marocaine. Vous savez, il y a quelques années, 70% de la population vivait encore à la campagne, en ignorant ce qu’est la copropriété.

A Casablanca, les choses changent un peu pourtant. Des immeubles apparaissent.

Pour le projet de la Marina, nous avons la possibilité de construire jusque 14 étages pour les logements et d’aller jusqu’à 100 mètres de hauteur pour la partie bureaux et hôtels.

Le changement de mentalités viendra. L’élément économique est déterminant. Lorsque le foncier est élevé, on construit en hauteur pour conserver des prix raisonnables.
Le prix du foncier poussera à construire en hauteur (photo MN)
Le prix du foncier poussera à construire en hauteur (photo MN)

Christelle Marot, à CASABLANCA

Mercredi 18 Novembre 2009

Lu 4083 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.