Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Mohamed Lakhlifi : "regain de croissance en 2010 pour le développement informatique offshore"


Freinées par la crise économique en 2009, les activités offshore devrait rebondir en 2010, selon Mohamed Lakhlifi, administrateur directeur général de Logica Maroc, une SSII spécialisée dans l'externalisation offshore des développements informatiques et des processus métiers. Plusieurs atouts positionnent le Maroc comme une destination privilégiée.



Mohamed Lakhlifi, administrateur et DG de Logica Maroc (photo Logica)
Mohamed Lakhlifi, administrateur et DG de Logica Maroc (photo Logica)
La SSII britannique Logica emploie 39 000 salariés dans 36 pays. Depuis 2008, elle s'est dotée d'une division mondiale baptisée "services d'externalisation", dédiée aux projets offshore localisés en Inde et au Maroc.

MAROC. Econostrum.info : Comment se positionne le Maroc face à d'autres pays offshore, comme l’Inde ou la Roumanie ?

Mohamed Lakhlifi : L’Inde est incontestablement leader en termes de destination offshore, notamment par sa capacité à offrir un volume de compétences significatif. Mais c’est une destination qui sert essentiellement les pays anglo-saxons pour des raisons évidentes de langue et de culture.

Pour l’offshore européen, surtout français, le Maroc dispose aujourd’hui de plusieurs atouts qui le positionnent comme une destination privilégiée : la proximité géographique et culturelle, la disponibilité de ressources humaines compétentes et parlant français et, enfin, une vraie politique volontariste qui a placé l’offshore comme un secteur prioritaire.

Cette stratégie, baptisée Emergence, porte sur la création de technopoles dédiées, offre un cadre fiscal incitatif et accompagne les entreprises pour la formation.

Econostrum.info : Le contexte est-il favorable à une accélération des délocalisations des projets au Maroc?

Mohamed Lakhlifi : En 2009, le recours à l’offshore dans les ITO [le développement informatique] et les services n’a pas connu d’accélération notable en Europe, compte tenu du contexte économique. Il reste cependant une composante incontournable des grands projets des grands comptes dans le domaine des systèmes d’information, notamment en France où la demande est restée soutenue dans l’ITO.

L’année 2010 connaitra certainement un regain de croissance important dans ce secteur. L’externalisation répond à un besoin critique de rationalisation des entreprises, qui passe par une diminution des coûts, mais aussi à la nécessité d’augmenter la productivité par une approche industrialisée. C'est ce que peuvent apporter un centre offshore et le transfert de tâches à plus forte valeur ajoutée.

La croissance de Logica Maroc reste soutenue

Econostrum.info : Quel est le bilan de l’année 2009 pour Logica Maroc ?

Mohamed Lakhlifi : 
A l’échelle du groupe, 2009 a été l’une des années les plus difficiles.

Au Maroc, notre croissance a été soutenue et essentiellement tournée vers le marché français, qui est resté, lui, globalement actif en matière d’offshore ITO. En Europe, la tendance à recourir à l’offshore a été plus faible que ce que nous avions initialement prévu. Néanmoins, la demande est toujours là et nous comptons continuer notre développement pour y répondre. Nous comptons aujourd’hui 650 collaborateurs, contre 450 en 2008, répartis sur les deux sites de Casanearshore à Casablanca et du Technopolis de Rabat.

Econostrum.info : Quelles sont votre stratégie et vos perspectives de développement ?

Mohamed Lakhlifi : Logica Maroc offre des prestations de service tant dans le domaine de l’ITO, qui connait une croissance soutenue, et que du BPO [externalisation offshore de processus métiers], activité qui a décollé en 2009. Les activités de Logica au Maroc font partie intégrante du modèle mixte du groupe Logica , dit "blended delivery". Il consiste à proposer à nos clients des prestations réalisées à partir de ressources localisées dans des centres de services de proximité, ou situées en nearshore [|dans un pays géographiquement proche] ou en offshore [dans un pays plus lointain]. Aujourd'hui, 45% des grands projets de nos clients présentent une composante blend, qui mélange des prestations de proximité et des prestations offshore, contre 30% en 2008.


Christelle Marot, à CASABLANCA


Lundi 26 Avril 2010



Lu 5822 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.
















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA