Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Michael O'Leary : "Nous discutons avec quelques aéroports en Tunisie, en Libye et en Égypte"


Dans une interview accordée à Econostrum.info, Michael O'Leary, PDG de Ryanair, lève le voile sur sa stratégie de développement en Méditerranée avec notamment l'ouverture de deux bases, les premières hors d'Europe, au Maroc.


            Partager Partager

Michael O'Leary se développe au Maroc (photo F.Dubessy)
Michael O'Leary se développe au Maroc (photo F.Dubessy)
Econostrum.info : Vous disposez aujourd'hui d'une cinquantaine de bases. Quelle est votre priorité dans ce domaine : les renforcer ou les multiplier ?

Michael O'Leary : 57 ! Nous en annonçons deux nouvelles au Maroc avec Fès et Marrakech en avril 2013. Il s'agit des deux premières à ouvrir en dehors de l'Europe.
Nous allons continuer à en implanter. Nous connaissons un développement significatif de trafic au Maroc depuis trois ans, particulièrement au départ de notre base de Marseille. Il est important pour nous de poursuivre notre croissance au Maroc, car, comme vous le savez, nous devons fermer notre base l'hiver à Marseille à cause du décret français sur les taxes. Le Maroc nous donne l'opportunité de continuer à voler sur Marseille à partir de bases situées en dehors de la France pendant l'hiver.

Quelle est votre stratégie en terme de destinations ?

Nous allons continuer à élargir nos destinations géographiques. En 2012, nous sommes allés à Chypre, en Grèce, en Croatie, au Maroc... Nous réfléchissons aussi à développer d'autres destinations à partir des aéroports que nous desservons déjà.

"S'ils veulent changer les règles nous ne volerons plus vers le Maroc"

Revenons au Maroc. Vous avez eu des divergences avec l'ONDA (Office national des aéroports marocains) qui vous ont conduit à stopper 34 vols hebdomadaires. Aujourd'hui, vous annoncez pourtant la création de deux bases au Maroc ?

Nous avons rencontré des problèmes ponctuels avec les autorités marocaines. Elles savent généralement signer des accords, mais se montrent moins performantes dans leur exécution. Comme dans un mariage, il peut exister des différents, puis finalement il faut composer. C'est le cas aujourd'hui. Les autorités marocaines se montrent vivement intéressées par la poursuite de la croissance de la présence de Ryanair au Maroc. Les difficultés rencontrées l'an dernier viennent du fait que les autorités marocaines ont voulu essayer de changer les règles du jeu six mois après la signature d'un contrat de cinq ans. Nous avons refusé et finalement ils ont accepté de ne procéder à aucun changement… Je pense qu'il existe des différences de culture. Dans un pays comme le Maroc, la vision d'un contrat n'est pas la même qu'en Europe...

Vous le pensez vraiment ?

Oui ! Nous devons être fermes et intelligents, leur dire que s'ils veulent changer les règles nous ne volerons plus vers le Maroc. Je pense qu'ils ont compris !

Donc maintenant tout est réglé avec le Maroc ?

Maintenant tout est OK avec le Maroc. Ceci ne veut pas dire que dans quelques mois d'autres problèmes ne surgiront pas. Nous devons faire avec.

Envisagez-vous d'autres ouvertures de bases dans ce pays ?

J'espère que le succès de nos deux bases de Fès et Marrakech nous permettra d'ajouter une troisième et une quatrième base au Maroc durant l'hiver 2013/2014.

"Dans les cinq prochaines années, nous volerons vers d'autres pays nord africains"

Michael O'Leary préfère attendre avant de s'investir en Tunisie ou en Egypte (photo F.Dubessy)
Michael O'Leary préfère attendre avant de s'investir en Tunisie ou en Egypte (photo F.Dubessy)
À part le Maroc, êtes-vous intéressés par d'autres pays du sud ? Je pense notamment à la Tunisie qui prépare son open sky ?

Nous regardons et nous discutons avec quelques aéroports en Tunisie et en Libye. Certains aéroports égyptiens nous ont aussi approchés. Je pense qu'ils regardent tous le développement réussi au Maroc et voudraient bénéficier de la même croissance.
Mais il existe encore des questions politiques et légales à régler dans ces pays. Ce ne sera donc certainement pas pour cet été !
Par contre, inévitablement, dans les cinq prochaines années, nous volerons vers d'autres pays nord-africains.

Quels autres pays du bassin méditerranéen pourraient vous intéresser ? La Turquie, le Liban, Israël ?

Ces pays posent un problème, leur éloignement en terme de temps de vol. Le modèle de Ryanair fonctionne mieux avec une ou deux heures de vol. Nous avons discuté avec les aéroports turcs ainsi qu'israéliens et libanais. Nous pensons que nous desservirons ces destinations à partir de Chypre, de Malte, du nord de l'Italie et peut-être d'Allemagne. Mais pas à partir de la France ou du Royaume-Uni qui sont trop lointains.

Vous avez décidé de déménager votre base de Marseille, mais vous continuez à vous développer sur mp², le terminal low cost de l'aéroport Marseille Provence. N'est-ce pas une base qui ne veut pas dire son nom ?

La question n'est pas savoir s'il s'agit d'une base ! Nous voudrions nous développer ici, mais la France a introduit ce décret pour forcer les employés irlandais qui travaillent dans des avions irlandais à payer des taxes en France. Nous essayons de tempérer ces règles en mettant en place une base temporaire qui ne fonctionne que pendant six mois l'été. Les employés concernés ne paient pas de taxes en France et ils partent ailleurs l'hiver.
Le gouvernement français ne devrait pas essayer d'introduire de nouvelles règles de taxation qui ne fonctionnent pas. Les règles européennes sont spécifiques pour les salariés mobiles et la raison de cette spécificité réside justement dans le fait qu'ils bougent !

En tout cas, nous continuons à nous développer à Marseille et annonçons l'ouverture de cinq nouvelles destinations en avril 2013 : Chania (La Canée) en Crète, East Midlands au Royaume-Uni, Varsovie en Pologne et deux villes au Maroc : Essaouira et Rabat.
Nous compterons alors trente-sept lignes avec 268 vols par semaine qui devraient transporter 1,7 million de passagers en 2013 contre 1,6 million en 2012.
Ryanair s'engage pour le développement touristique en Provence et vers la capitale européenne 2013 de la culture.

Pensez-vous qu'un jour vous disposerez à nouveau d'une base permanente à Marseille ?

J'aimerais bien avoir une base permanente. Pas seulement à Marseille, mais aussi sur beaucoup des vingt aéroports français d'où nous volons. Mais pas si quelqu'un à Paris nous dit que nous devons payer des taxes ici en France comme des Français. Non, nous sommes Irlandais et nous payons nos taxes en Irlande. Les Français ne veulent pas observer les règles européennes en matière de taxes. Le gouvernement français ne nous dira pas ce que nous devons faire en France. Nous opérons selon les règles européennes.


Lire aussi : Ryanair revient en force au Maroc

L'aéroport Marseille Provence gagne un million de passagers

Propos recueillis par Frédéric Dubessy
Mercredi 16 Janvier 2013

Lu 1896 fois





1.Posté par hamid le 17/01/2013 14:53
Quelle raclée magistrale pour le gouvernement marocain, ils feraient mieux d'apprendre à lire en anglais, mort de rire :)))

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.