Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Marseille veut remonter la pente


Le port de Marseille n’a pas fait une croix sur les trafics de fruits et légumes frais malgré la fermeture de son terminal fruitier début 2009. Il s’est fixé pour objectif d’en ouvrir un nouveau à Mourepiane. Mais pour cela, il faut trouver un opérateur, ce qui suppose de renouer avec la fiabilité.


            Partager Partager

Carmel a déserté Marseille pour Sète. Photo NBC.
Carmel a déserté Marseille pour Sète. Photo NBC.
FRANCE. Depuis la fermeture de son terminal fruitier en 2008 à la suite du départ de l’israélien Agrexco, le Grand port Maritime de Marseille  (GPMM) n’est plus le premier port français qu’il était en 2007 pour le trafic de fruits et légumes frais . 
 
Il avait traité cette année là 626 900 tonnes, le tiers du trafic français. Depuis, les volumes sont tombés à 450 969 tonnes (dont 292 528 tonnes dans les bassins Est et 158 441 tonnes à Fos), soit 28% de moins qu’en 2007. 
 
Le secteur n’est pas abandonné pour autant par le port phocéen. " Ce beau marché de niche qui convient très bien aux bassins Est nous intéresse toujours " assure ainsi Dirk Becquart, directeur du développement de l’établissement public. Le port a pris des contacts avec des importateurs et des exportateurs pour réinstaller un terminal fruitier à Marseille. 

Car après le départ de l'importateur de primeurs israélien Agrexco qui a préféré débarquer ses 200 000 palettes de fruits à Savone Vado, en Italie, plutôt qu’à Marseille, Léon Vincent qui gérait le terminal marseillais a jeté l’éponge. 
 
L’appel d’offres qui a suivi étant resté infructueux, le GPMM est en train de reconvertir l’ancien terminal fruitier du mole Léon Gouret (10 hectares et près de 20 000 m² de hangar) en gare de croisière.

Inertie des compagnies

Le nouveau terminal fruitier pourrait prendre place du côté de Mourepiane, avec l’avantage d’être proche du futur pôle de transport combiné, opérationnel en 2014, indique par ailleurs Dirk Becquart. Rien n’est toutefois bouclé pour le moment. 
 
Les deux dernières années, particulièrement " riches" en mouvements sociaux, n'ont pas favorisé la venue d’un opérateur. 
 
D’ailleurs, Canavèse, un groupe spécialisé dans le négoce de fruits et légumes, ne fait plus transiter aucune marchandise par le port de Marseille. Cela représente une perte importante, car il importe chaque année 65 000 à 70 000 tonnes de fruits (principalement des bananes, ananas, poires, oranges et clémentines….) en provenance majoritairement de Côte d’Ivoire, du Ghana et du Maroc. 
 
Les conflits ont eu raison de l’enracinement de l’entreprise régionale. Elle a détourné ses trafics vers les ports d'Algesiras, de Anvers, de Felixtowe, de Barcelone et de Gênes. Avant de s’exiler, elle déchargeait la moitié de ses marchandises à Marseille. 

" Les conflits se sont calmés mais nous constatons une inertie dans les rotations des navires. La confiance dans le port de Marseille n’étant pas revenue, les compagnies maritimes ne veulent pas y revenir " souligne Arnaud Bouteiller, directeur des importations de Canavèse.

Le point clé de la fiabilité

Brousse Vergez, un autre importateur de fruits, ne fait plus débarquer à Marseille que 150 conteneurs d’oranges ou de dates sur les 750 qu’il commande chaque année. " Le terminal fruitier était un superbe outil, mais pour des denrées périssables, la fiabilité constitue un point clé " commente Stephan Brousse, patron de Brouse Vergez. Pour ce dernier, " les chargeurs ne reviendront pas tant qu’il n’y aura pas un accord de fiabilité."

Jeudi 7 Avril 2011

Lu 2371 fois





1.Posté par mercier le 01/05/2011 10:03
Bonjour,
Le port de Marseille à des atouts , mais aussi de graves problèmes. Le premier c'est la sécurité de la manutention, tant que celui-ci ne sera pas réglé une bonne fois pour toute il y aura toujours des grèves et ces dernières nuiront à l'image du port. Le deuxième c'est l'hinterland, tant qu'une liaison avec le nord de l'Europe ne sera pas faite par le fluvial, et bien le port galèrera, car il faut être stupide pour ne pas comprendre qu'une liaison ente la mer Méditerranée et la mer du nord est capitale pour son développement. Tous les grands ports du nord, sont eux connectés, mais Marseille reste à la traine... et ce n'est pas le dernier rapport de Blum qui y changera quelque chose, car bien trop timoré en la question... Alors si on veut développer ce port il faut que les responsables se lavent le cerveau, et aillent au charbon, pour demander l'ouverture le plus rapide possible de cette liaison... sinon Marseille restera un port régional... point.
Pierre MERCIER
Expert en transport fluvial
Tarascon 13


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.