Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Marseille se dote d'un institut de recherche et de médecine pour les maladies rares


Rédigé par Paul Boinet le Vendredi 21 Octobre 2016 | Lu 5050 commentaire(s)


Le projet Giptis verra le jour en 2020 (photo : Atelier Babel+Prado et Wilmotte & Associés)
Le projet Giptis verra le jour en 2020 (photo : Atelier Babel+Prado et Wilmotte & Associés)
BOUCHES-DU-RHÔNE. Un bâtiment de 22 000 m² de plancher dont 16 513 m² de surface utile accueillera, en 2020 à Marseille, le nouvel institut de recherche et de médecine pour les maladies rares baptisé Institut Giptis.

Soutenu par l'Université d'Aix-Marseille, l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille, l'Inserm, l'Institut de recherche et de développement, et l'AFM-Téléthon, ce projet est mené par l'Institut Giptis (Genetics institute for patients, therapies, innovation and science). Créé en novembre 2015, il deviendra une fondation reconnue d'utilité publique qui verra le jour en 2017. Deux structures, une association et une fondation, sous égide de la Fondation pour la recherche médicale, ont été fondées et préfigurent la future fondation.

Le dossier est porté par le Professeur Nicolas Lévy, chef du département de génétique médicale au pôle enfant de l'hôpital de la Timone à Marseille. Le financement (investissement de 73 M€) fera l'objet d'un montage immobilier et l'exploitation de l'Institut portera en grande partie sur le mécénat. La Caisse des Dépôts et l'ensemble des collectivités territoriales soutiennent le projet.

Implanté sur le boulevard Jean Moulin à proximité du Campus hospitalo-universitaire de la Timone, le nouvel immeuble permettra, en un même lieu, l'accueil du public, la prise en charge du malade, des activités de soins et de recherche, un espace de lien entre acteurs publics et privés dans le but d'accélérer le développement thérapeutique.

Redman et les agences d'architectes Atelier Babel+Prado (Marseille et Paris), Wilmotte & Associés (Paris) déposeront à la fin du mois de novembre 2016 les demandes d'autorisation administrative pour la réalisation des locaux de l'Institut Giptis. Les travaux devraient durer deux ans.

Les pathologies génétiques rares touchent trente millions de personnes en Europe dont trois millions en France où elles sont une priorité nationale de santé publique.