Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Maroc: Des efforts à fournir pour mutualiser le transport et la logistique

Par Mustapha El Khayat, professeur et expert international en logistique-transport, préside l’Association marocaine pour la logistique.



            Partager Partager

Mustapha El Khayat, professeur et expert international en logistique-transport. Président de l'Amlog. (Photo N.B.C)
Mustapha El Khayat, professeur et expert international en logistique-transport. Président de l'Amlog. (Photo N.B.C)
la logistique des fruits et légumes demeure relativement difficile à maîtriser de manière 'autonome' par chaque producteur ”.  


Dans le secteur des fruits et légumes au Maroc, la mutualisation porte davantage sur l’aspect commercial et managérial que logistique. Les opérateurs mutualistes ne possèdent pas encore de statut juridique à part entière. Néanmoins, quelques structures bien organisées achètent le transport et négocient les contrats.
 
Pour faire face à la concurrence, certains opérateurs de la chaîne logistique des fruits et légumes marocains —producteurs et groupes d’exportateurs, producteurs et stations de conditionnement— se sont regroupés dès les années 80. Ce fut notamment le cas dans la dynamique région de Souss Massa Draa.

Lors de la disparition de l’Office de commercialisation et d’exportation (O.C.E) en 1986, il fallait créer de nouvelles structures pour soutenir les producteurs dans leurs opérations de commercialisation en particulier à l’étranger. Seuls, ils se trouvent en effet dans l’incapacité d’assurer la logistique internationale en particulier vers des destinations lointaines telles que la Russie et l’Amérique du Nord. Il apparaissait donc nécessaire de créer des structures à même de résoudre les problèmes de conditionnement ou encore les faibles taux de remplissage des navires.

L’exemple de Maroc Fruit Board et Fresh Fruit Morocco

Pour surmonter toutes ces contraintes, plusieurs initiatives de rapprochement entre les opérateurs de la chaîne se succèdent alors, notamment dans le cadre des coopératives (cas des stations de conditionnement) ou dans des regroupements/fédérations. Les deux principaux groupes d’exportation, Maroc Fruit Board (M.F.B) et Fresh Fruit Morocco (F.F.M), concentrent à eux seuls environ 95% des exportations d’agrumes du pays (70% pour le premier et 25% pour le second).

A titre d’exemple, pour le compte de ses membres, le M.F.B commercialise directement les fruits marocains sur les marchés de l’Europe de l’Est (Lituanie et Russie), en Amérique du Nord, en Scandinavie et au Moyen-Orient. Il gère également la logistique maritime à savoir la planification des capacités ou la réservation de conteneurs directement auprès des compagnies maritimes.       
 
Entrant dans la catégorie des produits périssables, la logistique des fruits et légumes demeure relativement difficile à maîtriser de manière «autonome» par chaque producteur (coût élevé des entrepôts et stations de conditionnement, conteneurs réfrigérés, camions et navires sous température dirigée… ).

Afin de se partager le risque, il semble intéressant de se regrouper dans une structure «collaborative» qui complétera la gestion de leurs offres pour les prestataires logistiques difficilement maîtrisable de manière individuelle.
 
Ces groupements utilisent les différents modes de transport en fonction des circuits de commercialisation de leurs clients, des disponibilités des produits et des paramètres stratégiques qui permettent d’optimiser la performance et les coûts logistiques.

A titre d’exemple, la répartition modale des exportations du M.F.B se présente globalement comme suit : 45% par navire reefer conventionnel, 40% par conteneur frigorifique et 15% par camion frigorifique.

Le groupe opère à partir des trois principaux ports impliqués dans les exportations des agrumes : Casablanca, Agadir et Nador.
 


Jeudi 18 Avril 2013









RÉFLEXION

Europe : contradictions internes et politique de voisinage en Méditerranée

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe de réflexion et d'analyse JFC Conseil.
Grand angle


LE GUIDE DE LA COOPÉRATION ET DES PROGRAMMES DE FINANCEMENT EN MÉDITERRANÉE 2018


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss