Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Madrid conditionne sa signature de l'accord sur le Brexit aux discussions sur le statut de Gibraltar


Alors que l'accord entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur le Brexit devient plausible, le gouvernement espagnol met comme condition à son paraphe des négociations bilatérales avec les Britanniques sur le retour de Gibraltar sous sa souveraineté.


            Partager Partager

Le statut de Gibraltar devient un enjeu du Brexit (photo : Gouvernement de Gibraltar)
Le statut de Gibraltar devient un enjeu du Brexit (photo : Gouvernement de Gibraltar)
ESPAGNE / GIBRALTAR. Alors que l'accord entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur le Brexit devient plausible, le gouvernement espagnol vient mettre un grain de sable. Et même un rocher, puisque l'Espagne met comme condition à son paraphe le retour de Gibraltar sous sa souveraineté.

Plus précisément, Madrid veut voir écrit noir sur blanc dans le texte sur le Brexit que l'Espagne pourra traiter la question de la souveraineté de Gibraltar - considéré par l'Espagne comme "un territoire colonial" - bilatéralement et donc directement avec le Royaume-Uni. Or, aujourd'hui, l'article 184 de l'accord stipulerait "L'Union européenne et le Royaume-Uni négocieront la relation future".

"J'ai le regret de dire qu'un gouvernement pro-européen comme celui de l'Espagne votera, s'il n'y a pas de changement, non au Brexit", affirmait, mardi 20 novembre 2018, Pedro Sanchez. Le chef du gouvernement espagnol veut être seul à gérer le dossier de cette enclave britannique de 6,8 km².

Gibraltar a voté à 96% contre le Brexit

Le 13 juillet 1713, le traité d'Utrecht, suivant la guerre de Succession d'Espagne, entérinait la prise de Gibraltar par les forces anglo-hollandaises en 1704. L'Espagne cédait par ce texte ce territoire qui devenait officiellement une colonie britannique. Depuis, un gouverneur Lieutenant général Edward Davis administre Gibraltar avec compétence sur la Défense, les Affaires étrangères, la sécurité intérieure et les questions économiques. Un ministre en chef (Chief Minister), Fabian Picardo, gère toutes les autres tâches à la tête d'un gouvernement.

Déjà, pendant la campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les habitants de Gibraltar (33 000 ressortissants) s'inquiétaient de leur sort. Ils avaient d'ailleurs voté à 96% contre le Brexit lors du référendum de juin 2016 (51,89 % de oui pour l'ensemble des votants). Le renforcement depuis 2017 du contrôle aux frontières entre l'Espagne et leur territoire ne les rassurent d'ailleurs pas sur l'avenir. En avril 2017, Theresa May, première ministre britannique, indiquait qu'elle refusait de rétrocéder Gibraltar à l'Espagne sans le consentement de la population.

Inquiets également les 10 000 Espagnols qui se rendent quotidiennement à Gibraltar pour travailler ou faire du shopping.

Un sommet spécial sur la question se réunira dimanche 25 novembre 2018 à Bruxelles. Il décidera d'entériner, ou non, le projet d'accord de retrait tout juste conclu , après dix-sept mois de négociations, entre les négociateurs britanniques et leurs homologues de l'Union européenne avec à leur tête Michel Barnier. Le Royaume-Uni a prévu de quitter l'UE fin mars 2019.

Pour Fabian Picardo, "ce n'est pas une surprise de voir Madrid soulever à la dernière minute de nouvelles questions sur Gibraltar (...) c'est une tactique habituelle de l'Espagne depuis qu'elle se trouve dans l'UE."

Gibraltar figure toujours sur la liste officielle des territoires à décoloniser selon l'Onu.


Mercredi 21 Novembre 2018

Lu 981 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXIONS

Israël/Russie : Des relations plus profondes qu'on ne le croit...

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE