Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Liban et Israël vont discuter du tracé de leurs frontières communes



            Partager Partager

Le tracé de la frontière maritime entre les deux pays sera le plus difficile - en rouge la zone disputée entre Israël et le Liban - à cause de la présence d'hydrocarbures (carte : DR)
Le tracé de la frontière maritime entre les deux pays sera le plus difficile - en rouge la zone disputée entre Israël et le Liban - à cause de la présence d'hydrocarbures (carte : DR)
LIBAN / ISRAËL. Alors que les deux pays se trouvent toujours théoriquement en guerre - aucun armistice n'a été paraphé depuis les différents conflits datant de 1978 - le Liban et Israël ont signé, jeudi 1er octobre 2020 un accord-cadre pour définir leurs frontières maritimes et terrestres.

Les discussions s'effectueront sous l'égide de l'Onu, et plus particulièrement par le biais du coordinateur spécial des Nations unies pour le Liban. Les Etats-Unis, qui préparent depuis trois ans cet accord attendu depuis dix ans, interviendront comme médiateur et facilitateur pour la délimitation des frontières maritimes.

Les négociations débuteront à partir du 10 octobre 2020 au siège de la Force intérimaire des Nations Unis (FINUL) à Naqoura, au sud du Liban. Selon Nabih Berry, président du Parlement libanais en charge de mener à bien les pourparlers avec les Etats-Unis représentant Israël avant la signature de cet accord-cadre, le dossier des frontières maritimes "devra aller de pair avec celui des frontières terrestres."

Tracée en juin 2000 par l'Onu après le retrait israélien du Liban, une ligne dite bleue fixe provisoirement les frontières entre les deux pays. Elle ne présente qu'un différent de 40 km² et 2 mètres de large, celui des fermes de Chebaa (Har Dov). Positionnées entre les frontières libanaises, syriennes et israéliennes, elles sont occupées depuis 1967 par Israël.
Le coeur du litige se situe par contre en mer, dans un triangle d'environ 850 km² et recelant de gisements d'hydrocarbure prometteurs.

Liban et Israël observent une trève depuis le 12 juillet 2006 en vertu de la résolution 1701 de l'Onu, après qu'un conflit ("Guerre des Trente-trois jours" ou "Guerre de Juillet") entre les deux pays ait été déclenché par Israël en réponse à une attaque du Hezbollah contre une patrouille de l'armée israélienne à la frontière. Un cessez-le-feu informel avait également été signé en avril 1996 lors de la première guerre du Liban. Il interdisait toute nouvelle attaque de part et d'autre de la frontière.

Vendredi 2 Octobre 2020

Lu 831 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


RÉFLEXION

Le droit au blasphème, le Coran et la jurisprudence exégétique

Sami Bibi, universitaire et chercheur auprès du réseau international Politique Economique et Pauvreté (PEP) de l'Université Laval (Québec-Canada)
Grand angle

Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.