Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les trois scénarios d'Alexandre Adler concernant l'avenir de la Méditerranée


A l'invitation de l'association Euromed-IHEDN, Alexandre Adler, historien et journaliste spécialiste de la Russie et de la Méditerranée, a expliqué à Marseille devant les membres de l'association Euromed-IHEDN comment il voyait l'avenir de la Méditerranée.



Alexandre Adler croit en un apaisement de la Méditeranée. Photo GT
Alexandre Adler croit en un apaisement de la Méditeranée. Photo GT
MEDITERRANEE. « La France a longtemps considéré la Méditerranée comme un lac intérieur. Sous Louis XIV, l'alliance avec l'empire ottoman pour lutter contre l'hégémonie de l'Espagne à conduit la France à placer les chrétiens d'Orient sous sa protection. Cela explique par exemple la qualité des vins libanais... Au Liban, en Syrie, en Irak, en Égypte, les chrétiens parlent souvent français. Je les considère comme nos compatriotes. Leurs héritiers, les Saadé, les Ghosn, font partie aujourd'hui des grands patrons français. Puis il y a eu l'Algérie, le Maroc...

Mais aujourd'hui, la Méditerranée n'est plus un lac. Elle est devenue une frontière. Ses rives se sont éloignées, de nouveaux acteurs, la Russie, l'Iran, l'Arabie Saoudite, les intégristes, y jouent un rôle. La Russie a laissé tombé une partie de l'Asie, mais pas la Méditerranée. Elle est présente au Monténégro, en Serbie, en Bulgarie, en Albanie, en Syrie, en Israël, à Chypre. Et pour longtemps.

La fin de la guerre froide a laissée un grand vide comblé par le Jihad. Il s'agit d'un changement profond mais pas définitif. Car beaucoup n'acceptent pas l'archaïsme. Les Algériens ont gagné leur guerre contre le Front Islamique du Salut. La Tunisie les a également écarté du pouvoir. La prise de pouvoir du général Sissi, avec le soutient de l'Arabie Saoudite, résulte de ce rejet. Il ne faut pas oublier que la cible principale des intégristes, ce ne sont pas les chrétiens, mais les mauvais musulmans.

Vers un nouvel équilibre pour éviter le cauchemar

Je vois trois scénarios possibles pour l'avenir. D'abord le cauchemar. Le guide de la révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, arrive à s'entendre avec les Frères Musulmans d’Égypte et de toute la région. Ils font alliance avec Recep Tayyip Erdoğan en Turquie et enflamment toute la Méditerranée.

Dans le second scénario, le plus plausible, Ali Khamenei est renversé par les modérés alors que les frères musulmans et d'une manière générale les islamistes reculent.

Le troisième scénario, intermédiaire, voit la renaissance de l'empire aquemenite (empire Perse). L'Iran devient une grande puissance et exerce une forte influence sur la Méditerranée.

Dans les deux derniers scénarios, la Russie, la Chine, l'Afrique, l'Europe pèsent de tout leurs poids pour trouver un nouvel équilibre. La France a ici un rôle à jouer, celui d'aider l'Algérie à sortir de l'ornière, mais aussi à soutenir le Maroc, la Tunisie et les chrétiens d'Orient ».


Gérard Tur


Jeudi 5 Octobre 2017



Lu 5313 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA