Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Les télécoms passent à la vitesse supérieure au Maroc


La concurrence est en passe d’être introduite pour les abonnements ADSL et fixe au Maroc, L'opérateur historique, Maroc Telecom, doit présenter dans les prochains jours une offre de dégroupage finale à ses concurrents. L'arrivée combinée de la 4G va relancer le marché des télécoms dans le Royaume.


            Partager Partager

Maroc Telecom va proposer une offre de dégroupage (photo F.Dubessy)
Maroc Telecom va proposer une offre de dégroupage (photo F.Dubessy)
MAROC. L’année 2014 s'avère décisive pour le secteur des télécoms marocain. Si l’offre de dégroupage de la dernière boucle du réseau téléphonique, que Maroc Telecom (IAM) va rendre publique dans les prochains jours, est acceptée, elle devrait permettre aux deux autres opérateurs, Inwi et Méditel, de proposer leurs propres offres ADSL. Le consommateur final pourrait bénéficier rapidement d'une nouvelle baisse des prix.

« Après avoir réussi l’introduction de la concurrence sur le marché mobile Voix, le défi aujourd’hui concerne le développement de la concurrence sur le marché haut et très haut débit (fixe et mobile) », explique un représentant de l’Agence Nationale de Règlementation des Télécommunications (ANRT).

Déjà, la concurrence a permis une baisse des prix des communications mobiles de 68% entre 2008 et 2013 et des prix de la 3G. Elle a ainsi entrainé une baisse globale de 8% du chiffre d’affaires du secteur des télécoms entre 2012 et 2013 et de 11,3% de 2011 à 2013. En 2013, il était estimé par l’ANRT à 36,8 milliards de dirhams marocains (3,3 mrds€).

Maroc Telecom, opérateur historique et société privée, a ainsi enregistré une baisse de son chiffre d'affaires consolidé au Maroc de 14% entre 2011 et 2013 (28,56 milliards de dirhams en 2013 dont 21 au Maroc) avant de connaître une légère reprise au premier semestre 2014. Dans ce contexte, Vivendi a cédé sa participation majoritaire au capital du premier opérateur marocain à l’Émirati Etisalat pour 4,2 M€, en mai 2014. Les actionnaires émiratis prennent donc actuellement possession d’un navire en pleine bataille.

Arrivée de la 4G au Maroc

La concurrence de Inwi et Meditel sur la téléphonie mobile pousse Maroc Telecom à une surenchère d’offres promotionnelles. (photo : Maroc Telecom)
La concurrence de Inwi et Meditel sur la téléphonie mobile pousse Maroc Telecom à une surenchère d’offres promotionnelles. (photo : Maroc Telecom)
« IAM a entamé depuis le début de l’année 2013, un vaste programme de modernisation de ses réseaux fixe et mobile en vue de fournir des services haut et très haut débit », explique l’ANRT. Inwi, le challenger n°2, accuse Maroc Telecom d’avoir profité de ces travaux sur le réseau téléphonique pour effectuer des modifications techniques qui empêchent ses concurrents de s’y connecter. Inwi a déposé une saisine auprès de l’ANRT en décembre 2013 et a été entendu.

« Aujourd’hui c’est essentiellement la question du partage et de la mutualisation des infrastructures qui se trouve au cœur du débat », explique l’ANRT. Maroc Telecom, en tant qu’opérateur historique dispose du réseau et y a beaucoup investi ; il rechigne à en céder l’utilisation à ses concurrents. La libéralisation du secteur des télécoms a été théoriquement achevée en 2008, mais, dans les faits, Maroc Telecom reste en situation de monopole sur l’ADSL et le fixe aux particuliers. Le projet de loi 121-12 modifiant et complétant la loi 24-96 relative à La Poste et aux télécommunications adoptée en janvier 2014 par le Conseil de gouvernement doit accompagner la dernière étape du processus de dégroupage. Elle doit encore être votée et adoptée par la chambre des représentants.

« Suite à [la] modernisation du réseau d’accès d’IAM, l’ANRT a demandé [le 17 juin 2014, ndlr] à IAM de mettre en place une offre de gros de dégroupage de sa boucle locale  », explique l’ANRT. En d’autres termes, Maroc Telecom doit faire une offre technique et tarifaire de dégroupage et de l’utilisation des infrastructures de MT à ses deux concurrents. Laquelle devra permettre à la fois à l’opérateur historique de rémunérer son investissement, l’entretien du réseau et les risques pris, tout en donnant à Inwi et Meditel la possibilité de proposer une offre concurrente qui leur assure de dégager une marge bénéficiaire.

IAM avait quarante-cinq jours pour rendre son offre. Il a cinquante-six jours de retard. Un lourd dossier à gérer pour les opérateurs télécoms marocains tandis qu’au même moment arrive la 4G. Les appels à la concurrence auraient dû être lancés depuis des mois. En avril 2014, l’ANRT et même le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane assuraient qu’ils étaient éminents, mais au 27 août, là encore, rien n’est paru.

Mercredi 27 Août 2014

Lu 6245 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.