Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les start-up d'origine israélienne ont procédé à 620 levées de fonds en 2017




Israël recense 5 840 start-up en 2017 (infographie : Keyrus)
Israël recense 5 840 start-up en 2017 (infographie : Keyrus)
ISRAËL. Selon le groupe français Keyrus, et son accélérateur de business Keyrus innovation factory, Tel-Aviv occupe la sixième position mondiale en terme d'ecosystèmes de start-up et Israël la troisième place en terme de start-up cotées au Nasdaq, derrière la Chine et les Etats-Unis. Avec 5 840 start-up recensées, le pays compte une start-up pour 1 400 habitants, le plus important ratio au monde. Alors que la moyenne mondiale se situe à 2%, les entreprises israéliennes consacrent l'équivalent de 4,11% du PIB national en R&D (Recherche et développement) et se positionnent au second rang derrière la Corée du Sud et ses 4,29%.

En 2017, les start-up israéliennes ont procédé à 620 levées de fonds pour un montant total de 5,24 mrds$ (+9% par rapport à 2016) dont 814 M$ (+25%) investis par des fonds israéliens. Cybersécurité, véhicules autonomes et intelligence artificielle constituent les trois secteurs les plus financés. Les sociétés houzz (400 M$), via (250 M$), Skybox security (150 M$) et cybereason (100 M$) ont connu les plus grosses levées de fonds.

Ces start-up ont suivi un chemin classique emprunté par 80% de leurs congénères. Créées et financées par des Israéliens, elles ont ensuite transféré leur siège social aux États-Unis, conservant, bien entendu, une implantation en Israël. Ainsi houzz est désormais juridiquement domiciliée à Palo Alto (Californie), Via à New York (avec un centre de R&D à Tel-Aviv), Skybox Security à San José (Californie) et cybereason à Boston (Massachusetts).

14 introductions en bourse en 2017

Les start-up développant des logiciels et celles travaillant dans le domaine des sciences de la vie représentent la majeure partie des levées de fonds des start-up israéliennes (infographie : Keyrus)
Les start-up développant des logiciels et celles travaillant dans le domaine des sciences de la vie représentent la majeure partie des levées de fonds des start-up israéliennes (infographie : Keyrus)
Les rachats de start-up (exit) ont atteint les 7,3 mrds$ en 2017, un chiffre en baisse par rapport à 2016 (10 mrds$) pour soixante-sept fusions-acquisitions (M&A) contre quatre-vingt treize en 2016.

Quatorze entreprises ont connu leur première introduction en bourse (IPOs pour Initial Public Offerings - offre publique initiale). En 2016, elles n'étaient que trois à choisir la cotation. Ces quatorze entreprises ont choisi les bourses australienne (5 d'entre elles au Australian securities exchange - AXL), américaine (4 au Nasdaq), israélienne (4 au Tel-Aviv stock exchange - TASE)) et britannique (1 au London stock exchange - LSE).

Les principales introductions ont été Areonautics (130 M$ de fonds levés), ForeScout (116 M$) et UroGen Pharma (58 M$).




Jeudi 15 Mars 2018



Lu 2914 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.










RÉflexions

Réflexion

La convention de Montego Bay est-elle menacée ?


avis d'expert

Philippe Dezeraud, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
EMNES         Medener
 
Femise      Euromediterranee
 
Ipemed  APIM