Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Les salariés interpellent le président Bouteflika sur l’avenir d’ArcelorMittal Algérie


Rédigé par Amal Belkessam, à ALGER, le Lundi 24 Janvier 2011 - Lu 11431 fois

Lettre ouverte au président de la république et grève au complexe sidérurgique de Annaba… Tout indique que la « bataille d’El Hadjar », ce complexe sidérurgique passé, depuis 2001, sous le contrôle du géant indien MittalSteel puis de son héritier ArcelorMittal, a commencé. L’enjeu réside dans le fait de savoir si le contrat de partenariat qui arrive à expiration en septembre 2011 sera reconduit ou abrogé.


Le syndicat brosse un tableau peu reluisant de la situation actuelle du complexe (photo DR)
Le syndicat brosse un tableau peu reluisant de la situation actuelle du complexe (photo DR)
ALGÉRIE. Le syndicat d’entreprise d’ArcelorMittal Annaba, affilié à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), interpelle le président de la république algérienne sur la situation et le devenir du complexe sidérurgique.

Dans une lettre ouverte à Abdelaziz Bouteflika, le secrétaire général du syndicat d’entreprise, Smail Kouadria, et le président du comité de participation, Abdelmadjid Bouraï, révèlent que « les différentes démarches opérées par les représentants des travailleurs […] en direction de toutes les parties concernées afin d’amener les responsables à leur consacrer plus d’attention et leur accorder de l’importance en prenant en compte leurs doléances sur le devenir du complexe sidérurgique […] sont restées sans écho, laissant les requérants à leur triste sort, mourir à petits feux. »

Les travailleurs risquent de verser « dans le désespoir et d’user d’autres formes collectives de lutte ‘’suicidaires’’»  (Photo DR)
Les travailleurs risquent de verser « dans le désespoir et d’user d’autres formes collectives de lutte ‘’suicidaires’’» (Photo DR)

Risque de crise sociale majeure

Dans leur lettre, les deux représentants des salariés brossent un tableau de la situation actuelle du complexe : « l’investissement tarde à venir, la cokerie est à l’arrêt depuis une année, la Tuberie sans soudure (TSS) est à l’arrêt depuis une année par manque de cahier de charge, le Haut Fourneau n° 2 et l’agglomération sont en fin de campagne et présentent des signes évidents d’essoufflement, les aciéries et les laminoirs éprouvent énormément de difficultés à rester en cycle de production en raison de leur état de vétusté, la perte de plusieurs centaines d’emplois. »

Cette dégradation de l’état des installations industrielles du complexe se répercute inexorablement sur la situation des milliers de salariés menacés dans leur emploi. 

Poumon industriel de la région, le complexe génère des milliers d’emplois directs et indirects. Ce sont autant de familles qui risquent d’être touchées par une éventuelle fermeture. 

Dans la conjoncture présente, une telle hypothèse ne pourrait qu’accentuer des tensions sociales déjà fortes. 

Smail Kouadira et Abdelmadjid Bouraï font d’ailleurs indirectement référence à la multiplication des suicides dans le pays en expliquant que les travailleurs risquent, si l’on ne répond pas à leur S.O.S, de verser «dans le désespoir et user d’autres formes collectives de lutte ‘’suicidaires’’».


Commission interministérielle

Affirmant que le complexe agonise, les deux représentants des salariés déclarent qu’il nécessite « dans l’immédiat un véritable plan d’investissement ».

Aussi exhortent-ils le président de la république à intervenir par l’envoi d’ «une commission interministérielle» qui constatera par elle-même la gravité de la situation.

Smaïl Kouadria et Abdelamadjid Bouraï précisent que les revendications des travailleurs portent «essentiellement sur l’investissement, le recrutement et la rénovation de leur outil de production, synonyme de la sauvegarde de leurs emplois».


Le complexe à l’arrêt

Les propos des deux représentants des salariés semblent corroborés sur le terrain par la grève spontanée observée par les travailleurs du complexe d’El Hadjar.

Selon la cellule de communications, les travailleurs de la sous-traitance sont en grève depuis le 19 janvier 2011 pour réclamer leur intégration à ArcelorMittal Annaba.


Lire aussi : Les ouvriers d’ArcelorMittal El Hadjar obtiennent satisfaction et mettent fin à leur grève
Les travailleurs du complexe d'El Hadjar demandent à Smaïn Kouadria de revenir sur sa démission du Conseil syndical d'ArcelorMittal
ArcelorMittal s'engage dans une grève générale illimitée en Algérie
Le syndicat d’Arcelor Mittal demande à l’Etat Algérien de devenir actionnaire majoritaire




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info