Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Les salariés de la SNCM plus déterminés que jamais


Rédigé par , le Mardi 7 Janvier 2014 - Lu 3766 fois


Les salariés de la SNCM veulent faire jeu égal avec Corsica Ferries. (Photo N.B.C)
Les salariés de la SNCM veulent faire jeu égal avec Corsica Ferries. (Photo N.B.C)
FRANCE. Près de 200 salariés de la SNCM et CMN réunis en intersyndicale étaient rassemblés mardi 7 janvier 2014 sur le car-ferry Danielle Casanova amarré à Marseille. Plus déterminés que jamais, ils ont voté la reconduction du mouvement de grève tout au moins jusqu’à la tenue jeudi 9 janvier 2014 d’une réunion avec la Direction des Affaires maritimes sur le projet de décret d'application de la loi Cuvillier de mai 2014 sur les infrastructures et les services de transport.

Le décret d’application aurait omis « les règles d’harmonisation sociale imposées à toute compagnie maritime desservant deux ports français», indique Pierre Maupoint de Vandeul, officier SNCM et délégué CFE-CGC.

 

Près de 200 personnes se sont pressées à bord du Danielle Casanova. (Photo N.B.C)
Près de 200 personnes se sont pressées à bord du Danielle Casanova. (Photo N.B.C)
En d’autres termes, les grévistes réclament l’application des règles du pavillon français premier registre pour Corsica Ferries (soumis actuellement au registre bis italien). « L’absence de clarification des règles va conduire à un monopole. Entre l’Italie et la Sardaigne, les armateurs napolitains, après avoir racheté la compagnie publique Tirrenia, se sont entendus avec Corsica Ferries pour doubler les tarifs », explique Maurice Perrin, secrétaire général de la CFE-CGC.

Frédéric Al Pozzo, secrétaire général CGT, dénonce l’emploi de travailleurs détachés, entre le continent français et les ports corses, aux conditions sociales autres que françaises. Brandissant un contrat de travail de Corsica Ferries, le leader syndical explique que cette compagnie par l’intermédiaire de sociétés de manning (fournisseurs de main d’œuvre pour les armateurs) embauche des Roumains pour « un salaire de base 1 000 euros, sans sécurité sociale et avec des temps de travail et de repos non respectés », a-t-il précisé.

 


Banderoles dressées sur de Paglia Orba à l'encontre du gouvernement. (Photo N.B.C)
Banderoles dressées sur de Paglia Orba à l'encontre du gouvernement. (Photo N.B.C)




   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info