Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Les régions françaises veulent faire émerger l'éolien flottant


Réunis à Marseille pour le colloque FOWT, les acteurs internationaux de l'éolien flottant et les représentants des régions françaises ont plaidé pour un meilleur soutien du gouvernement à cette filière d'avenir.


            Partager Partager

FOWT 2020 est la grande messe internationale de l'offshore flottant (photo : F. Dubessy)
FOWT 2020 est la grande messe internationale de l'offshore flottant (photo : F. Dubessy)
FRANCE. La France dispose de tous les atouts pour développer les éoliennes flottantes (compétences, infrastructures, volonté commune d'avancer ensemble et littoral), mais attendent toujours une volonté politique ferme du gouvernement français.

C'est la grande leçon du colloque FOWT (Floating offshore wind turbines), qui se tient à Marseille les 7 et 8 septembre 2020. Les quatre régions françaises concernées - Provence-Alpes-Côte d'Azur, Occitanie-Pyrénées-Méditerranée, Bretagne et Pays de la Loire - sont venues en force porter cette parole déjà relayée en avril 2019 lors du FOWT 2019 à Montpellier. A l'époque, les propos avaient porté puisque le gouvernement français avait ensuite décidé d'augmenter le volume d'appel d'offres en la matière : 1 GW contre 750 MW, deux appels d'offres commerciaux en 2022 de 250 MW en Méditerranée contre un prévu, plus un autre en 2024/2025 de 500 MW.

Détenant la seconde surface maritime mondiale (11 km² de zone maritime et quatre façades maritimes en métropole), la France dispose du deuxième gisement d'éolien en mer en Europe, après la Grande-Bretagne.

L'annonce d'une somme de 30 mrds€ allouée à la transition énergétique dans le plan de relance adopté par le gouvernement français jeudi 3 septembre 2020 laisse des raisons d'espérer de franchir une étape supplémentaire. "Nous allons négocier âprement avec Bercy", promet Carole Delga, présidente de la région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée.

Les Régions au coeur des projets

Parrainée par le ministère français de la Transition écologique, la Chambre de commerce et d'industrie métropolitaine Aix-Marseille-Provence (CCIAMP) et France Energie Eolienne (FEE), cette septième édition de l'évènement international dédié à l'éolien offshore flottant veut enfoncer le clou. Elle revient dans la cité phocéenne, cinq mois après la date prévue pour cause de coronavirus et avec un format présentiel et digital, où elle a vu le jour en 2014.

"Les régions, partenaires avec les co-organisateurs de FOWT depuis 2019, sont parmi les principales contributrices au développement de la filière, à travers leurs investissements dans les infrastructures, leur appui aux écosystèmes d'entreprises et leur soutien politique dans cette période charnière pour promouvoir des perspectives de développement ambitieuses de l'éolien flottant ", indiquait Bruno Geschier, président du comité FOWT, en introduction du colloque. Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur mais aussi de Régions de France, ne s'est pas fait prier pour le rappeler. "L’éolien en mer flottant dispose de tous les atouts en région pour constituer l’un des piliers de cette transition énergétique. Une ressource en vents exceptionnelle avec une vitesse moyenne des vents supérieures à 40 m/s grâce notamment au Mistral, des conditions de sol très favorables permettant un ancrage optimal et des conditions météocéaniques « simples », avec une hauteur de houle limitée et peu de courant et un éco-système dynamique avec de nombreuses start-up, PME, industriels, et aménagements portuaires", déroule-t-il.

"Le Japon s'appuie sur le savoir-faire français, donc il faut une volonté gouvernementale pour le faire sur ce fleuron français", poursuit-il tout en s'étonnant : "tout ici est opérationnel, la preuve, nous vendons à l'étranger. Mais, ici en France, nous attendons toujours les autorisations pour commencer..."
La ferme pilote Provence Grand Large (portée par EDF avec une concession jusqu'en 2026 renouvelable) sera le seul site d'essai en mer Méditerranée dédié à l'éolien flottant. Implantée au large de Port-Saint-Louis du Rhône, dans le golfe de Fos, fin 2021/début 2022, elle sera composée de trois éoliennes développant chacune 8 MW. Une aide régionale de 1,5 M€ a été accordée au Grand port maritime de Marseille (GPMM) pour adapter les quais aux infrastructures de l'éolien flottant. Le comité Feder du 17 juillet 2020 a donné un avis favorable pour une subvention de 5 M€ à la société Provence Grand Large.

La Région Provence-Alpes-Côte d'Azur ambitionne de développer 750 MW d'ici 2030/2031.

"Ne pas refaire l'erreur du photovoltaïque"

Renaud Muselier et Carole Delga réunis pour promouvoir l'éolien en mer (photo : F.Dubessy)
Renaud Muselier et Carole Delga réunis pour promouvoir l'éolien en mer (photo : F.Dubessy)
"Nous avons l'objectif en Région Sud, d'ici 2050, de fournir avec l'éolien flottant l'électricité équivalent à la production de une à une et demi centrale nucléaire", dévoile le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Il se plaint d'"une énergie sous-utilisée" et compte bien y remédier.

Tout comme Carole Delga, son homologue à la région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée, pour qui, "l'éolien en mer est une réponse importante à l'urgence climatique. Il va marquer le XXIe siècle. La France a tout pour mener une révolution énergétique." Carole Delga va disposer dans sa région de deux fermes pilotes de 10 MW prévues pour une mise en service en 2022. "600 emplois ont déjà été créés", se félicite la présidente de la région Occitanie. Elle a également investi 234 M€ dans l'extension du port de Port-la-Nouvelle dont le nouveau quai servira de base arrière pour l'assemblage et la maintenance des éoliennes en mer des deux projets développés au large du littoral occitan. Une Semop (société d'économie mixte à opération unique) sera fondée à partir du printemps 2021. "Une région actionnaire permet de rassurer les banquiers et d'être un investisseur patient", commente Carole Delga. Une usine d'hydrogène vert, fabriqué à partir de l'électricité fournie par les éoliennes en mer, verra également le jour. La région Occitanie envisage d'installer des parcs commerciaux totalisant une puissance de 1 GW en 2030 et 3 GM en 2050.

"Il faut permettre à la filière de se structurer et lui permettre d'amortir tous les investissements en R&D. Ne faisons pas la même erreur qu'avec le photovoltaïque. Nous sommes encore dans les temps pour que le savoir-faire reste ici et créé des emplois", insiste-t-elle. Les professionnels du secteur se développent aujourd'hui à l'étranger, faute de pouvoir le faire en France, et en particulier au Japon et en Corée du Sud où le groupe Total (associé à Green Investment Group filiale du groupe Macquarie) vient le 1er septembre 2020 de signer pour cinq fermes éoliennes géantes d'une puissance cumulée de 2 GW.

4 000 emplois en perspective dans le Sud de la France

En tout quatre fermes pilotes ont été autorisées sur le territoire français, une par région. "L'enjeu cette année est commercial. Il faut aboutir sur les fermes commerciales", souligne Maurice Wolff. Pour le membre élu de la CCIAMP, "nous avons raison de pousser cette filière, car nous avons les compétences et nous sommes dans le bon timing avec la crise sanitaire et économique."

Son homonyme Nicolas Wolff, président de FEE, insiste sur les trois freins à son développement. "Il faut simplifier la législation sur la participation au débat public qui cause beaucoup de retard aux projets, traiter les recours contentieux de la façon la plus efficace possible et nous proposons que le Conseil d'Etat soit le premier et le dernier recours. Nous demandons aussi aux autorités une planification à long terme", indique-t-il.

"Les premiers projets offshore en France en sont à huit ans d'existence, mais aucun n'est encore opérationnel", soulève Jean-Michel Lopez, directeur général délégué de la Région Bretagne. Il accueillera chez lui la huitième édition Fowt du 13 au 15 avril 2021.

Le marché mondial des éoliennes flottantes est estimé à 3 500 gigawatts (GW) dans le monde dont 600 GW en Europe et 50 GW en France. Son potentiel est trois fois supérieur à celui des fermes éoliennes classiques. Selon le Pôle Mer Méditerranée, cette activité pourrait créer plus de 4 000 emplois en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Occitanie d'ici 2030. Sur ces seules deux régions, quelque 430 acteurs de la filière - dont les deux-tiers au Sud-Ouest de la France - sont déjà identifiés comme Ideol (La Ciotat), Eolfi (Marseille), SBM Offshore (Monaco et Carros), Principia (La Ciotat), Valeco (Montpellier), ...

Avec 3 000 emplois créés en 2019 dans le secteur, le nombre d'embauches a progressé de 50% par rapport à l'année précédente.

Lundi 7 Septembre 2020

Lu 831 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.