Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Les recettes pétrolières ont constitué 97% des revenus de l’État libyen en 2021


Rédigé par Eric Apim, le Jeudi 6 Janvier 2022 - Lu 823 fois


La Banque centrale de Libye publie les chiffres de l'économie libyenne pour 2021 (photo: CBL)
La Banque centrale de Libye publie les chiffres de l'économie libyenne pour 2021 (photo: CBL)
LIBYE. En pleine instabilité politique du pays, la Banque centrale de Libye (CBL) a publié, mercredi 5 janvier 2022, ses résultats pour l'année 2021. Selon ce document,  les recettes étrangères de la Libye se sont élevées à 22,9 mrds$ (20,27 mrds€) pour des dépenses du gouvernement de 24,5 mrds$ (21,69 mrds€). Ce déficit de 1,6 mrd$ (1,4 mrd€) a été couvert par la CBL grâce à ses réserves.
Les revenus pétroliers ont représenté 103,4 mrds de dinars libyens (22,39 mrds$ - 19,90 mrds€), soit 97% des revenus de l'État libyen.

Alors que le budget 2021 n'a pas été voté par le Parlement, la loi libyenne prévoit que le gouvernement peut recevoir, par versements mensuels, l'équivalent du budget de l'année précédente pour mener son action et rémunérer ses agents.

Les salaires de services publics ont atteint les 33,1 mrds de dinars libyens (6,37 mrds€ soit 39% des dépenses totales), les subventions publiques 20,8 mrds (4 mrds€ - 24%) dont 3 milliards pour les médicaments, 2 milliards pour l'allocation de mariage et 4,4 milliard pour l'allocation pour enfants. Le document de la CBL observe que les subventions aux carburants occupent toujours la plus grande part des subventions pour atteindre près de 50% du total versé. "Ceci est un problème qui devrait être abordé, car il entraîne une distribution injuste et un gaspillage de l'argent public", relève-t-il.

27% des dépenses consacrées à des projets de développement

En tout, le gouvernement a dépensé 17,4 mrds de dinars (3,34 mrds€) pour le développement (20% des dépenses), 8 mrds (1,54 mrds€) pour les dépenses de fonctionnement (9%) et 6,5 mrds (1,25 mrds€) pour sa section "Urgences". Les dépenses en devises du gouvernement ont diminué au cours de cet exercice par rapport aux années précédentes, malgré que les dépenses de développement - dont inclues certaines dépenses de la section "Urgences consacrées à des projets de développement - aient progressé de 27%. Comprenant les routes, les hôpitaux, les écoles et certains projets de logements, elles n'avaient pas dépassé la barre des 4% les années précédentes.

 La CBL précise que les crédits documentaires (pour sécuriser les transactions internationales via les banques) ont représenté environ 45% des utilisations de liquidités en devises (10,7 mrds$) et 85% des dépenses d'urgence ont été consacrées au développement du pays, soit 6 mrds$ (5,3 mrds€). Dans son analyse, l'institution relève que les recettes douanières ne sont pas proportionnelles au volume des crédits documentaires ouverts par les banques.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !

Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info