Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Les nationalistes corses remportent les élections régionales



            Partager Partager

Scènes de liesse après la victoire des nationalistes (photo : Pè a Corsica)
Scènes de liesse après la victoire des nationalistes (photo : Pè a Corsica)
CORSE. Avec 56,5% des voix au second tour, la coalition nationaliste a remporté, dimanche 11 décembre 2017, les élections régionales en Corse. Ce scrutin va permettre d'installer les soixante-trois élus de la nouvelle collectivité territoriale unique. Issue de la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République), cette institution va se substituer, au 1er janvier 2018, aux autres échelons actuels que sont la Collectivité territoriale de Corse et les Conseils départementaux de Corse du Sud et de Haute-Corse.

Les nationalistes de Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni réunis sur la liste Pè a Corsica (Pour la Corse) devancent les régionalistes de droite menée par Jean-Martin Mondolini (18,29%), ainsi que LREM (12,67%) et Les Républicains (12,57%).

La nouvelle collectivité territoriale unique corse sera présidée par Gilles Simeoni dont la liste Pè a Corsica obtient quarante-et-un sièges sur les soixante-trois. Il devrait prochainement se rendre à Paris pour rencontrer Edouard Philippe à son invitation. Gilles Simeoni soumettra au Premier ministre les revendications des nationalistes à savoir la demande d'un véritable statut d'autonomie (transfert du pouvoir législatif et fiscal) dans les trois ans avec une mise en oeuvre effective dans les dix ans, une co-officialité de la langue corse, un statut de résident (déjà adopté depuis trois ans mais pas appliqué) et une amnistie, des "prisonniers politiques" et pour commencer leur transfert à la prison de Borgo (Nord-Est de l'île près de Bastia). "Jamais les conditions n'ont été aussi favorables pour que la question corse... se règle de façon apaisée", indique Gilles Simeoni. Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, avait déjà annoncé avant le résultats du scrutin que "le gouvernement travaillera avec l'exécutif qui aura été choisi par les électeurs corses."

Les soixante-trois élus disposeront d'un mandat de seulement trois ans et demi, jusqu'en 2021, pour s'aligner sur la date à laquelle se dérouleront les prochaines élections régionales dans toute la France. Le mandat de cette assemblée sera alors de six ans. La nouvelle collectivité territoriale unique disposera d'un budget de 1,38 mrds€ et emploiera 4 500 salariés. Elle hérite aussi des 788 M€ de dettes cumulées des assemblées qu'elle remplace.


Lundi 11 Décembre 2017

Lu 2087 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXION

Europe : contradictions internes et politique de voisinage en Méditerranée

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe de réflexion et d'analyse JFC Conseil.
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss