Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Les méga navires ont de beaux jours devant eux


Une étude de l’Institut Français de la Mer réalisée par une quarantaine d’experts maritimes de tous horizons conclut à l’absence de limite au gigantisme des navires. Les problèmes logistiques, de réparation et surtout de sauvetage sont pourtant loin d’être résolus.


            Partager Partager

Ceratins navires de croisières constituent de véritables villes flottantes. Photo GT.
Ceratins navires de croisières constituent de véritables villes flottantes. Photo GT.
MEDITERRANEE. Mais où s’arrêteront les armateurs dans leur course à la construction de navires toujours plus grands ? Nulle part indique un rapport de l’Institut Français de la Mer

Les chiffres sont pourtant impressionnants et ne cessent de grimper : la prochaine génération de porte-conteneurs dépassera les 20 000 boites transportées et les navires de croisières deviendront à très court terme de véritables villes de 8 000 personnes.

La quarantaine d’assureurs, réassureurs, chargeurs, armateurs, transporteurs, logisticiens, représentants de l’Etat qui ont participé à la rédaction du rapport de l’IFM ne voient pas de limites techniques ou économiques à cette frénésie de croissance et constate « une évolution continue et probablement irréversible à moyen et long terme ».

Remorquage pratiquement impossible par les secours

Les armateurs se livrent une course au gigantisme. Photo CMA CGM
Les armateurs se livrent une course au gigantisme. Photo CMA CGM
Plusieurs écueils menacent pourtant la suprématie des géants des mers.

Selon certains experts, la rareté et donc le coût du carburant conduiront à long terme notre économie mondiale à davantage se régionaliser, rendant caduques les méga porte-conteneurs.

La logistique va également freiner la course à l’armement car les grands ports, les infrastructures routières et ferroviaires d’acheminement n’arrivent pas à suivre la cadence…et les détroits imposent des limites naturelles. Il faudra 200 trains ou des milliers de camions pour transporter le fret d’un porte-conteneurs de 20 000 boîtes.

Et comment réparer ces véritables monstres alors qu’il n’existe dans le monde qu’une poignée de chantiers de réparation navale, aucun semble-t-il en Méditerranée, capables de les accueillir ?

Les préfets maritimes et les sauveteurs affirment dans le rapport de l’IFM « ne pas être certains de pouvoir faire face à toutes les conséquences d’un accident grave ». L’amiral Anne-François de Saint Salvy, préfet maritime de la zone Atlantique, constate que « la taille des navires dépasse bien souvent les moyens de sauvetage disponibles ». La plupart sont impossible à remorquer car « la majorité des grands navires ne possèdent pas de points de fixation de remorquage » regrette Charles Claden, commandant des Abeilles International.

Pas d'évacuation rapide possible en cas d'échouage

Les géants des mer seront extraordinairmeent difficiles à secourir en cas d'avarie ou d'échouement. Photo CMA CGMNBC
Les géants des mer seront extraordinairmeent difficiles à secourir en cas d'avarie ou d'échouement. Photo CMA CGMNBC
Charles Claden a participé à plusieurs sauvetages, mais a également orchestré des opérations de récupération de conteneurs bloqués sur des navires de taille moyenne échoués. Son vécu a de quoi inquiéter.

Sur un géant des mers, atteindre les conteneurs centraux demandera des grues de 500 tonnes d’un portant de 50 mètres. Charles Claden estime « le rythme moyen de récupération inférieur à 30 conteneurs par jour de beau temps ». Pour arriver à décharger l’APL Panama, échoué en décembre 2006, les sauveteurs ont dû construire une jetée allant de la côte mexicaine au site d’échouage. L’évacuation des 2 300 conteneurs du Napoli, échoué au sud de la Grande Bretagne, a pris cinq mois. Comment faire avec un navire de 20 000 boîtes ?

La situation apparaît encore plus alarmante concernant l’évacuation des passagers des paquebots de croisières. Aucun pays ne dispose de moyens de secours suffisants. « La probabilité qu’un grand navire, dont le compartimentage est maintenant très étudié, coule en quelques jours est très faible » assure le rapport de l’IFM. Un autre expert souligne qu’il est impossible d’aider un avion en plein vol et que personne n’y trouve à redire. Oui mais aucun avion n’embarque 8 000 personnes pour une semaine de vol. Et combien de temps résistera un paquebot géant à un incendie non maîtrisé aggravé par une panique des passagers ?

Limiter la vitesse...et partager le risque juridique

Pour améliorer la prévention et le traitement des accidents, L'IFM a listé toute une série de mesures applicables à court terme.

Constatant « qu’il suffira de 7 à 10 heures à certains ports pour décharger 15 000 conteneurs, dont 10% de marchandises dangereuses, ou que dans certains cas le surpoids d’un chargement a pu atteindre 3 000 tonnes », au risque de déstabiliser le navire, l’IFM demande la responsabilisation juridique des toutes les parties prenantes (sociétés de manutention, chargeurs…) et le renforcement des sanctions pour les fautifs.

Le rapport de l’IFM préconise pour les zones à risques et pour certains types de navires un pilotage hauturier obligatoire et une limitation de la vitesse. L’institut plaide pour l’obligation de présence de deux veilleurs à la passerelle, la redondance des systèmes vitaux, l’interdiction aux navires géants de certains passages dangereux comme le Pas-de-Calais, la généralisation des systèmes de pesée sur les grues et portiques, la généralisation des gréements de remorquage à l’avant et à l’arrière des grands navires.


Le rapport « Les très grands navires : questions et pistes de réponses »

Gérard Tur
Lundi 4 Mai 2009

Lu 5411 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.