Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Les législatives marocaines sanctionnent sévèrement le Parti islamiste au pouvoir


Rédigé par Eric Apim, le Jeudi 9 Septembre 2021 - Lu 2149 fois


Le roi Mohammed VI va devroir remplacer son chef de gouvernement Saädeddine El Othmani (photo : Gouvernement marocain)
Le roi Mohammed VI va devroir remplacer son chef de gouvernement Saädeddine El Othmani (photo : Gouvernement marocain)
MAROC. Au lendemain des élections législatives marocaines, qui se sont déroulées mercredi 8 septembre 2021, le constat est terrible pour le Parti de la justice et du développement (PJD). Au pouvoir depuis dix ans, cette formation se retrouve désormais avec seulement douze députés dans la Chambre des représentants, contre 125 dans la précédente mandature.

Alors que pour la première fois les Marocains étaient appelés aux urnes, à la fois pour élire leurs représentants communaux, régionaux et donc nationaux, le taux de participation s'est élevé à 50,35% (contre 43% lors des précédentes législatives).

Selon les résultats provisoires annoncés jeudi 9 septembre 2021 au matin, Le Rassemblement national des indépendants (RNI) arrive en tête, suivi du Parti Authenticité et modernité (PAM) et du Parti de l'Istiqlal (PI). Les deux premiers appartiennent à la tendance libérale, le troisième au centre droit. Ils obtiennent respectivement 97, 82 et 78 sièges dans cette assemblée qui compte 395 élus.

Un futur chef de gouvernement issu des rangs du RNI

Cette sortie des urnes devrait satisfaire le roi Mohammed VI. Le RNI, aujourd'hui membre de la coalition gouvernementale, est dirigé par l'homme d'affaires Aziz Akhannouch. Proche du souverain, le patron de la holding Akwa (60 entreprises dans divers domaines dont la presse) est aujourd'hui ministre de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts.
Le PAM a été fondé en août 2008 par Fouad Ali El Himma. il a démissionné de son poste de secrétaire général adjoint de ce parti d'opposition en décembre 2011 et est actuellement Conseiller du roi.

Le Roi doit désormais désigner un chef de gouvernement, obligatoirement selon la constitution de 2011 parmi les membres du RNI, le parti arrivé en tête. Disposant d'un mandat de cinq ans, ce dernier devra alors former son équipe. Titulaire du poste depuis le 5 avril 2017, Saädeddine El Othmani va clore une décennie de pouvoir du PJD.




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info