Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les fruits et légumes, un trafic difficile à capter pour les ports méditerranéens


Le maritime tente de disputer à la route le transport des fruits et légumes du Maroc et de l'Espagne vers le nord de l'Europe.



MEDITERRANEE. La route reste le moyen de transport numéro un en matière d'exportation de fruits et légumes méditerranéens. Mais les ports de Tanger, Marseille, Sète et Port-Vendres tentent de capter une partie de ce trafic très concurrentiel. Présents au salon méditerranéen des fruits et légumes (Medfel) de Perpignan, du 26 au 28 avril 2016, chacun dispose d'atouts différents.
 
Ainsi Port-Vendres traite annuellement 300 000 tonnes de fruits et légumes. Pour Jérôme Strauss, directeur général du groupe HM, société spécialisée dans les opérations d'ingénierie en transport et maison-mère du CLTM (Comptoir Languedocien de Transit et de Manutention) de Port-Vendres, « notre proximité avec Saint-Charles International nous permet de proposer des délais de traitement compétitifs avec la route ».
 
Marseille-Fos a fermé son terminal fruitier en 2009. 800 000 tonnes de fruits et légumes y transitaient, contre seulement 500 000 tonnes aujourd'hui. Le Grand Port Maritime tente de se repositionner sur ce trafic en s'inscrivant dans le Fresh food corridor qui transportera les fruits et légumes israéliens vers Rotterdam. Le 1er mars 2016, le porte-conteneurs MSC Mia Summer est parti Ashdod pour livrer des fruits et légumes à Koper (Slovénie), Venise et Fos-sur-Mer pour une réexpédition via le rail vers Rotterdam. Un trajet de cinq jours.

Marseille-Fos et Tanger Med tentent depuis plusieurs années de travailler ensemble. Mais pour Georges Oberlé, responsable du développement commercial du GPMM, « pour développer une ligne Marseille-Tanger, il faudrait des navires de 24 nœuds. Les armateurs n’y sont pas prêts. » Marseille regarde également vers le sud de l'Italie en lançant au printemps 2016 une liaison Marseille Civitavecchia (Rome).

Avec le Fresh food corridor, le MSC Mia Summer transportera les fruits et légumes israéliens vers Rotterdam via Marseille.Photo CC-Farid Mernissi
Avec le Fresh food corridor, le MSC Mia Summer transportera les fruits et légumes israéliens vers Rotterdam via Marseille.Photo CC-Farid Mernissi

Barcelone regarde vers la Chine

Le port de Sète voit pour l'instant le trafic de fruits et légumes lui échapper. Mais il lancera en juin 2016 un appel d’offres pour commercialiser 23 000 m² d’entrepôts frigorifiques. Inaugurées en 2011, ces installations n'ont pour l'instant pas trouvé preneur. Mais elle sont gérées depuis fin 2015 par Ports sud de France, une émanation du conseil régional Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, qui coiffe également Port-la-Nouvelle.
 
Le port de Barcelone s’intéresse également aux fruits et légumes, mais pas dans le cadre de flux nord sud. La capitale Catalane voit déjà transiter par ses quais 375 000 tonnes de fruits et légumes par an. Le directeur de la stratégie du port de Barcelone, Jordi Torrent Pujol, constate que « la Chine importe déjà depuis Barcelone beaucoup de produits alimentaires espagnols, plutôt haut de gamme, comme du jambon, de l’huile d’olive ou du vin. Je suis convaincu que les fruits et légumes peuvent s'ajouter à cette liste ».




Vendredi 29 Avril 2016



Lu 2857 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA