Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

Les employés de l'aéroport international de Monastir s'insurgent


A l'heure ou les yeux sont braqués sur les manifestations orchestrées à l'avenue Habib Bourguiba suite aux révélations de l'ex ministre de l'intérieur Taoufik Rajhi, la situation est à son paroxysme à l'aéroport international de Monastir.



L'Aéroport International de Monastir photo (photo RT)
L'Aéroport International de Monastir photo (photo RT)
TUNISIE.  Que se passe-t-il ? L'Aéroport international de Monastir qui a fait le printemps de la région de Sahel, pendant des décennies, vit actuellement des moments forts difficiles. 

Les agents et employés de l'aéroport qui observent un sit-in depuis deux mois réclament l'annulation du contrat de concession accordé à la société turque TAV.  

"Personne ne veut entendre parler d'un retour de la société TAV. Nous réclamons de remettre immédiatement l'aéroport sous la tutelle de l'Office de l'Aviation Civile et des Aéroports (OACA)", c'est le message délivré par Anis Ben Zidi, l'un des employés de l'aéroport qui vient sensibiliser l'opinion publique sur la légitimité de leurs revendications. Des protestations relatives à l'annulation du contrat de concession accordé à la société turque TAV Airports holding, signé en janvier 2008, hors promotion et à titre exceptionnel. 

Pour lui, l'aéroport international de Monastir, machine bien huilée, qui enregistre 4, 5 millions de touristes annuellement, a été victime d'un complot orchestré par la société TAV. Il en veut pour preuve la dégradation du niveau de sécurité de l'aéroport de 9 à 8 et la réorientation de plusieurs vols programmés initialement pour Monastir vers l'aéroport d'Enfidha.

L'aéroport de Monastir représente 43% du CA de l'OACA

Les employés et agents de l'aéroport observent un sit-in depuis deux mois (photo RT)
Les employés et agents de l'aéroport observent un sit-in depuis deux mois (photo RT)
"La  situation actuelle est préoccupante. La crise qui frappe actuellement la région de Sahel, et plus spécifiquement les trois villes de Sousse, Monastir, et Mahdia, pourrait  se propager à d'autres villes voisines", atteste notre interlocuteur.

"C'est le PDG de la société turque TAV qui a déclenché la guerre contre  les employés et les agents de l'aéroport International de Monastir et non pas l'inverse. Dans une interview accordée au quotidien la Presse juste  au début de notre grève, entamée au mois de mars dernier, le PDG de la TAV nous a qualifié de bande de voyous. Ses déclarations révélatrices ont accentué les sentiments de frustration et de spoliation ressentis, au cours des trois dernières années par les employés de l'aéroport", révèle Hatem Bouassida. Membre du syndicat créé pour l'occasion, il émet également  des réserves sur les intentions réelles de la société turque.

"L'Aéroport international de Monastir qui représente 43 du chiffre d'affaires de l'OACA est tombé dans l'escarcelle des Turcs. Ils ont profité de ses bénéfices s'élevant à 50 M$ annuels pour bâtir l'aéroport d'Enfidha. La société TAV avait un plan bien clair dans sa tête. Elle veut déplacer le centre de gravité, les lignes du commerce aussi. La compagnie turque a fait circuler une information mensongère sur la fermeture de l'aéroport international de Monastir pour que les avions regagnent l'aéroport Enfidha plutôt que celui du Monastir ", indique Hatem Bouassida.   

"L'OACA: un mal nécessaire"

le syndicaliste Hatem Bouassida (photo RT)
le syndicaliste Hatem Bouassida (photo RT)
"Plusieurs présidents de partis en Tunisie, en tête Ahmed Nejib Chebbi, PDP, ont tenté de jouer le rôle de médiation entre les deux camps à savoir: le  syndicat et la société turque. Pour nous l'idéal est de travailler en collaboration avec l'UGTT et  l'UTICA qui suivent activement le dossier de l'aéroport International de Monastir", confirme le syndicaliste.

Pour Béchir Dimassi, Responsable Télécommunication à la TAV Tunisie, les employés de l'aéroport de Monastir, en particulier les jeunes, ont souffert, sous l'ancien régime du président déchu Ben Ali, de la marginalisation et de la stratégie de la sourde oreille de l'administration. "Ils n'ont pas été jugés pour leurs compétences mais pour d'autres considérations connues de tous", atteste-t-il.

Notre interlocuteur nous a ainsi révélé que " la reprise totale des activités de l'aéroport international de Monastir sous la tutelle de l'Office de l'Aviation Civile et des Aéroports serait un mal nécessaire. Car même avant la cession de l'Aéroport aux Turcs on a beaucoup souffert de la marginalisation sous la direction de cet organisme. Espérons que les choses changent  dans le bon sens", déclare-t-il.

Des révélations embarrassantes pour quelques cadres de haut niveau au sein de la TAV Tunisie, qui du coup, restent très discrets sur le cas…


Lundi 9 Mai 2011

Lu 3839 fois





1.Posté par JOUINY le 09/05/2011 15:50
Je crois qu'il y a beaucoup d'irrationalité dans ce conflit qui oppose une société qui a répondu à un appel d'offres avec un cahier des charges défini et des employés qui ne veulent pas entendre parler d'une entreprise qui exploite un aéroport.
Je peux très bien comprendre l'angoisse des employés qui voient le trafic aérien aiguillé de plus en plus vers le nouveau aéroport d'Ennfidha, mais ce qui me parait irrationnel c'est que l'approche adoptée pour défendre ce qu'ils considèrent leurs intérêts : la meilleure façon à mon sens c'est de chercher s'il y a manquement dans le respect du cahier des charges autrement ces revendications vont porter préjudice à la réputation de la Tunisie par rapport aux investisseurs, au moment où nous cherchons à attirer les IDE, il est important de mesurer la portée de ses revendications. Merci

2.Posté par houta boury le 12/05/2011 18:56
Il faut surtout savoir que IDE: c'est un investisseur direct étranger càd un investisseur qui vient en Tunisie investir son propre argent en créant des emplois et en créant son propre marché. Ceci n'est pas le cas de la TAV car la plus grande partie de l'argent investi est des prêts de la part de la banque européenne et de la banque africaine avec la garantie de la Tunisie et surtout puisés sur les quotas destinés à encourager l'infrastructure en Tunisie !
En plus La TAV n'a à aucun moment augmenté ou amélioré le marché du tourisme mais uniquement détourné les vols d'un aéroport à un autre !!!
Bien sûr tout le monde est pour les investisseurs étrangers mais pas les prédateurs!!!
Finalement, il faut être très "naïf" pour croire que l'ancien régime qui n'a épargné aucun domaine (même pas l'élevage des vaches) n'a pas mis quelque chose dans sa poche pour permettre la réalisation de ce grand projet !


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXION

Où en est le Partenariat Euro-Méditerranéen ?

Henry Marty-Gauquié, membre du Conseil scientifique d’Euromed IHEDN
avis d'expert


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.