Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

"Les difficultés viennent du contrôle de nos ressources en eau par Israël"


Dans une interview exclusive accordée à econostrum.info lors d'une conférence de la Banque européenne d'investissement à Amman en Jordanie, Mazen Ghunaim, ministre palestinien de l'Eau, confie ses inquiétudes sur le stress hydrique, qui influe sur la situation économique de la Palestine, mais aussi son espoir sur l'avancement de la station de désalinisation de Gaza.



Mazen Ghunaim attend avec impatience mais confiance l'arrivée de la station de désalinisation de Gaza (photo : F.Dubessy)
Mazen Ghunaim attend avec impatience mais confiance l'arrivée de la station de désalinisation de Gaza (photo : F.Dubessy)
econostrum.info : Quelle est la situation économique de la Palestine aujourd'hui ?

Mazen Ghunaim : La situation en général reste très difficile au niveau politique et tout problème politique influe sur l'économie d'un pays. L'eau est le premier service, et les autres secteurs en dépendent. Nous rencontrons beaucoup de difficultés à ce niveau, et cela se répercute sur l'agriculture, le tourisme, l'industrie. J'espère que nous obtiendrons quelques progrès sur le plan politique. Si nous arrivons à trouver le soutien de tous nos partenaires, la situation pourra s'améliorer petit à petit.

Mais, l'économie dépend aussi du niveau de sécurité. L'armée israélienne entre tous les jours dans les villes, les villages, les quartiers palestiniens, menace notre stabilité et par là notre développement économique.

Où en sont les grands projets sur l'eau qui pourraient réduire ce stress hydrique ? Nous entendons, par exemple, beaucoup parler de la station de désalinisation de Gaza depuis plusieurs années mais ce dossier semble piétiner.

M.G. : Le 20 mars 2018, nous avons terminé la conférence des donateurs et collectés autour de 565 M$. Cela représente plus de 81% du coût total de la station de Gaza. En juin, une réunion à Barcelone, avec tous nos partenaires, a permis de prendre une série de décisions concernant le lancement de ce projet, pour le voir devenir réalité. Nous sommes également en train de signer les accords financiers avec les pays soutenant ce dossier. Nous allons prendre contact avec la Banque islamique de développement, le plus grand bailleur de fonds sur ce projet qui va apporter de l'eau potable à deux millions de Palestiniens.

Au niveau administratif, nous préparons la pré-qualification des contractants et la modification de l'appel d'offres déjà présenté. La Banque européenne d'investissement s'apprête à retravailler ce texte.

"La Palestine a toujours besoin d'un soutien politique"

Où se situaient les problèmes sur ce premier appel d'offres ?

M.G. : Cette modification va permettre de gagner du temps et surtout de raccourcir la période de préparation. Au départ, nous attendions les propositions de deux concurrents. Nous avons décidé d'aller tout de suite au choix d'un seul contractant pour réduire les étapes et attaquer immédiatement l'exécution du programme.   
Dans le même temps, nous venons de trouver le financement pour l'unité de projet qui va suivre ce dossier, du côté palestinien, et qui sera capable ensuite de s'occuper de sa gestion, une fois la station implantée.

Qu'attendez-vous de toutes les institutions financières internationales, mais aussi des pays de la région, pour vous aider dans toutes ces problématiques et notamment celle de la fourniture d'eau ?

M.G. : Beaucoup de projets de développement et d'infrastructures se trouvent en cours. De plus, le gouvernement s'attaque à un programme de réformes pour le secteur de l'eau en Palestine, sans doute l'unique dans cette région. L'avenir de tous les pays, sans exception, repose sur la sécurité de l'eau.

Les difficultés apparaissent sur le terrain avec l'occupation israélienne et le contrôle par Israël de nos ressources en eau. Nous avons besoin de plus d'eau pour satisfaire le minimum des besoins des Palestiniens. Nous devons faire appel à tous nos partenaires pour continuer à soutenir nos projets stratégiques. Par exemple, nous subissons beaucoup de pertes dans nos réseaux. Nous devons les réduire pour disposer de plus d'eau à distribuer à d'autres villages.

La Palestine a toujours besoin d'un soutien politique pour le respect des droits humains, la légalité internationale.

Israël fait partie de la solution ou du problème ?

M.G. : Bien entendu, c'est Israël qui empêche tout cela et qui ne respecte pas ces lois. Il faut donc les faire respecter par des pressions réelles sur le terrain.  


Propos recueillis par Frédéric Dubessy, à AMMAN


Mardi 3 Juillet 2018



Lu 1328 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.













Grand angle

Les villes méditerranéennes du XXIème siècle

Sauver les écosystèmes côtiers


Grand angle



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA