Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Les couacs se multiplient dans la partition de Chypre



            Partager Partager

Recep Tayyip Erdogan s'est rendu en RTCN où il a paradé avec le nouveau président pro-turc (photo : Présidence turque)
Recep Tayyip Erdogan s'est rendu en RTCN où il a paradé avec le nouveau président pro-turc (photo : Présidence turque)
CHYPRE / TURQUIE. "Il existe deux peuples et deux États séparés à Chypre. Il faut des pourparlers pour une solution sur la base de deux États séparés." Le dossier chypriote connaît un nouveau rebondissement avec cette déclaration de Recep Tayyip Erdogan, dimanche 15 novembre 2020 à Lefkoşa (Nicosie-Nord). Selon lui, "il est impossible d'établir un partenariat avec les Chypriotes grecs ... Notre priorité est d'assurer une solution durable de la cause chypriote, qui garantisse les droits légitimes et la sécurité du peuple turc de Chypre du Nord." Recep Tayyip Erdogan affirme dans son discours ne plus accepter les "jeux diplomatiques" en Méditerranée orientale.

Une visite dans le nord de l'île méditerranéenne qualifiée de "provocation sans précédent" par Nicos Anastasiades, président de la République de Chypre, membre de l'Union européenne. D'autant plus que Recep Tayyip Erdogan, au grand dam des Chypriotes-Grecs, souhaitait "aller pique-niquer à Maraş " (nom turc de Varosha, quartier sud de la ville de Famagouste), après avoir assisté à une parade militaire à Nicosie fêtant le 37e anniversaire de la proclamation de la République turque de Chypre du Nord (RTCN). Pour l'anecdote, les fortes pluies l'ont empêché de se rendre sur la plage.

Cette cité balnéaire est depuis quarante-six ans une ville fantôme sacrifiée sur l'autel de la partition entre les deux parties de Chypre. Abandonnée, l'armée turque en interdisait l'accès. Avant qu'au cours de la campagne présidentielle d'octobre 2020, le nationaliste Ersin Tatar décide unilatéralement de la rouvrir au public sous protection militaire.

"Si les ayants droits font appel à la commission des biens immobiliers, des compensations seront payées en échange de leurs propriétés", assurait, dimanche 15 novembre 2020, Recep Tayyip Erdogan s'adressant aux Chypriotes grecs qui ont tout perdu dans cette ville. Cette affirmation souligne sa volonté de refaire vivre Varosha sans eux, donc sous contrôle turc. "Ce lieu est resté fermé pendant des années, mais il est temps de prendre des initiatives. C'est un partage équitable des ressources de l'île qui n'a jamais été accordé aux Chypriotes turcs", poursuivait-il dans sa lancée.

Les parasols déployés sur les plages de Varosha ne manqueront pas de faire de l'ombre à la station balnéaire voisine Ayía Nápa, située dans la partie grecque de l'île, en pleine activité avant le coronavirus. "Nous ne pouvons pas accepter l'injustice qu'ont subi les Chypriotes turcs lors des négociations qui ont eu lieu dans le passé pour résoudre la crise. Dès ce jour, nous sommes obligés d'agir par nous-mêmes, et ce pas que nous avons pris à Varosha est le début d'une nouvelle étape", précise le président turc.

Chypre constitue depuis des décennies un point de fracture entre l'Union européenne (la République de Chypre est un État membre depuis mai 2004) et la Turquie. L'histoire a du mal à refermer cette plaie causée par la tentative d'annexion en 1974 de Chypre par le régime des généraux en Grèce, suivie par l'invasion de sa partie Nord par la Turquie (voir encadré ci-dessous). Elle s'est ravivée avec la découverte de gisements gaziers au large des côtes chypriotes dans des zones maritimes disputées entre la Turquie, la Grèce et Chypre.

Depuis 2017, et des pourparlers organisés sous l'égide de l'Onu, les deux parties ne discutent plus. La communauté internationale proposait alors, et c'est toujours sa position, une réunification de l'île avec l'adoption d'un système fédéraliste pour ménager chacune des populations : les Chypriotes grecs au Sud (1,26 million d'habitants) et les Chypriotes turcs au Nord (315 000). L'affaire aurait pu être scellée voici quelques semaines à la faveur des résultats d'une élection présidentielle dans la République turque de Chypre du Nord (RTCN), autoproclamée le 15 novembre 1983 et seulement reconnue par la Turquie. Mais le 18 octobre 2020, le candidat pro-turc Ersin Tatar a obtenu, contre toute attente, la victoire dans les urnes (51,74% des voix) battant son adversaire, Mustafa Akinci, président sortant et favorable , depuis 2015, à un État fédéral. Une position partagée par son "homologue" du Sud Nicos Anastasiades.

L'UE était pourtant prête à cette éventualité. Comme le prouve le Règlement (UE/Euratom) concernant le cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020. Publié le 2 décembre 2013 au Journal officiel de l'Union européenne, son article 22 prévoit) qu' "en cas de réunification de Chypre entre 2014 et 2020, le cadre financier est révisé pour tenir compte du règlement global du problème chypriote et des besoins financiers supplémentaires découlant de cette réunification." Dès 2004, le Conseil de l'Union européenne a émis le souhait de "mettre fin à l'isolement de la communauté chypriote turque" et de "faciliter la réunification de Chypre en encourageant le développement économique de cette communauté". Entre 2006 et 2018, l'UE a ainsi alloué près de 520 M€ à des projets de soutien à cette communauté.

Recep Tayyip Erdogan rejette catégoriquement toute solution fédéraliste avec une phrase imagée : "vous ne pouvez faire sécher le linge d'aujourd'hui avec le soleil d'hier."

La RTCN sous perfusion d'Ankara

Les Casques bleus de l'Onu assurent le maintien de la paix à Chypre (photo UNFICYP)
Les Casques bleus de l'Onu assurent le maintien de la paix à Chypre (photo UNFICYP)
30 000 soldats turcs sont déployés au Nord de Chypre. Cette partie de l'île méditerranéenne, considérée par l'Union européenne comme territoire occupé, vit sous perfusion d'Ankara. Ce que n'avait pas manqué de rappeler Recep Tayyip Erdogan au désormais ancien président de la RTCN en 2015. "Monsieur le président ne réalise pas bien ce qu'il dit", avait-il lancé en le rappelant à l'ordre après ses velléités d'indépendance vis-à-vis d'Ankara. "Chaque année, nous contribuons à hauteur d'un milliard de dollars" au budget de la RTCN", poursuivait-il avant de conclure "nous avons payé un lourd tribut et c'est justement pour cela que nous en sommes la mère-patrie." La Turquie finance la plupart des investissements (routes, hôpitaux...). Elle a également accordé 19,5 M$ à la RTCN pour lutter contre la Covid-19, construisant même un hôpital d'urgence à Lefkoşa (Nicosie-Nord) en quarante-cinq jours.

Le nouveau président du nord de l'île, Ersin Tatar ne s'y est pas trompé lors de son allocution du 15 novembre 2020 : "nous savons comment nous sommes parvenus ici. La Turquie fut le seul soutien à nos pères et nos grands-pères lorsqu'ils combattaient avec courage pour la liberté et contre l'expansion grecque".
 
Recep Tayyip Erdogan réclame "un partage équitable des ressources de l'île (qui) n'a jamais été accordé aux Chypriotes-turcs." D'où son insistance à poursuivre les explorations d'hydrocarbures.

Le 2 novembre 2020, Ersin Tatar et Nicos Anastasiades se rencontraient pour la première fois à Nicosie, sous les auspices d'Elizabeth Spehar, représentante spéciale des Nations unies à Chypre. Une simple prise de contact selon le communiqué de l'Onu. Le texte précise néanmoins que les deux dirigeants "ont exprimé leur détermination à répondre positivement à l'engagement du secrétaire général des Nations unies d'explorer la possibilité d'organiser une réunion 5+Onu, dans un climat propice, à un moment approprié". Les déclarations très récentes du président turc pourrait bien mettre fin à cet espoir.

Recep Tayyip Erdogan a réclamé, fin septembre 2020, alors que l'Union européenne le menaçait de sanctions pour ses activités de forages, la tenue d'une conférence régionale pour régler les litiges territoriaux en Méditerranée orientale. Chypre devrait y figurer en bonne place. Pendant ce temps, il avance ses pions.

Quatre ans entre l'indépendance de Chypre et sa division

Quatre ans seulement après avoir acquis son indépendance du Royaume-Uni en août 1960, l'histoire commence déjà à s'emballer à Chypre. Cette île méditerranéenne, aux voisins séculairement antagonistes (elle a appartenu à l'Empire ottoman jusqu'à la fin de la première guerre mondiale), vit sa première fracture en 1964 avec de violentes tensions entre ses citoyens de langue grec et de langue turque.

Garants de son indépendance en 1960 par traité, le Royaume-uni, la Grèce et la Turquie se pressent alors à son chevet. Les deux derniers un peu trop violemment au point de provoquer une scission entre le Sud et le Nord en 1974. Sur les cartes elle se matérialise alors sous la forme d'une ligne verte (ligne Atilla pour les Turcs du nom de leur commandant des forces d'occupation Attila Sav). Cette zone dématérialisée est contrôlée par les Casques bleus de la Force des Nations unes chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP - 904 hommes) créée en 1964.
 
En février 1975 l'"État fédéré turc de Chypre" voit le jour. Il deviendra en 1983, la République turque de Chypre du Nord (RTCN) autoproclamée et reconnue seulement par la Turquie.
 
À l'origine de cette poussée de séparatisme et de cette ligne de cessez-le-feu de 180 km de longueur déguisée en "pseudo" frontière, se trouve des frictions tout au long des années 60 entre les deux communautés, qui créent des étincelles. Jusqu’à l'embrasement favorisé, le 15 juillet 1974, par le vent soufflé sur les braises encore incandescentes par le régime autoritaire d'Athènes avec un coup d’État, via la garde nationale, pour remplacer le président chypriote Makàrios III (Mikhaíl Khristodoúlou Moúskos, archevèque et primat de l'église de Chypre) par un autre plus favorable à l'annexion de Chypre par la Grèce.
 
Doctrine émanant du ministère grec des Affaires étrangères, l'Énosis (du grec "Union") est née en 1878 durant la colonisation anglaise de Chypre, visait à réunir à la Grèce toutes les îles et régions où les Grecs se trouvaient majoritaires.

Le contre-feu sera allumé par la Turquie, cinq jours plus tard. Se parant des termes du traité de garantie et donc de sa volonté de protéger les intérêts de la minorité turque, Ankara envoyait son armée envahir le Nord de l'île. Ce fut le chant du cygne de la dictature des colonels, car cette crise scella sa fin et l'arrivée d'un régime démocratique.

Mais à Chypre, l'onde de choc se poursuivi avec, entre 1974 et 1975, un chassé-croisé entre les Chypriotes grecs résidant (quelque 200 000) dans ces 37% de Chypre désormais contrôlés par les Turcs et les Chypriotes turcs habitant dans l'autre partie. Sans compter ceux s'exilant en Grande-Bretagne et l'arrivée de colons turcs (93 000 recensés en 2003), venus d'Anatolie, dans le Nord. Ces exodes internes et externes pèsent toujours dans les négociations avec le problème des réparations et du retour.
 
Depuis, et malgré la condamnation par une résolution de l'Onu en novembre 1983, le Nord de l'île est gouverné par la RCTN sécurisée par la présence de 30 000 soldats turcs sur son sol.

En 1977, l'Onu avait tenté d'amorcer un processus politique qui depuis a fait long feu. 2017 aura marqué le dernier espoir en date avec des pourparlers (le sixième round) infructueux.

F.D.

 


Lundi 16 Novembre 2020

Lu 1209 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.