Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






Les comptes gérés par les néobanques françaises ont été multipliés par trois en deux ans



            Partager Partager

Les néobanques s'installent dans le paysage bancaire français (photo : KPMG)
Les néobanques s'installent dans le paysage bancaire français (photo : KPMG)
FRANCE. Selon une étude de KPMG, rendue publique jeudi 18 juillet 2019, le nombre de néobanques a été triplé en France, en trois ans pour atteindre, aujourd'hui, un parc de dix-huit acteurs*. Six devraient les rejoindre dans les prochaines semaines**

Ces établissements de paiement digitaux, accessibles uniquement via une application sur mobile, géreraient 2,6 millions de comptes actifs (17 000 ouverts chaque semaine), ce qui représente une multiplication par 3,5 de leurs activités entre juillet 2017 et juillet 2019, soit en vingt-quatre mois seulement.

Le cabinet d'audit, de conseil et d'expertise-comptable livre ici la seconde édition de son "Panorama des néobanques en France" (après celle de novembre 2018) qui indique également que "l'offre standard des néobanques est en moyenne quatre fois moins chère qu'une banque traditionnelle", mais restent plus chères que les banques en ligne. En plus de leurs prix attractifs, elles séduisent par une gamme de produits claire. 80% des néobanques françaises proposant des services payants se contentent d'une offre unique. "Une stratégie garantissant lisibilité et transparence pour le client, permettant aux néobanques de se différencier des acteurs traditionnels", précise l'étude.
KPMG note aussi que ces institutions "se spécialisent de plus en plus, notamment sur les nouveaux marchés tels que les professionnels et les jeunes de moins de dix-huit ans".

" En se focalisant sur des solutions simples, innovantes, centrées sur les services bancaires du quotidien et sur les paiements, les néobanques ont parfaitement compris comment s’adapter aux nouveaux modes de consommation et aux besoins des consommateurs", commente Stéphane Dehaies, associé, banque, KPMG France. Reste que, selon lui, elles "doivent toutefois construire leur capital confiance et leur notoriété, deux critères sur lesquels les banques traditionnelles et les banques en ligne sont, elles, bien établies."

* (par ordre de création) Veritas Card, Sogexia, Nickel, anytime, qonto, Morning, N26, C-Zam, Manager.one, max, Revolut, Orange Bank, Ditto, Shine, bunq, monese, Xaalys, holvi.
** (annoncées) Kard, Prismea banque, Pixpay, Starling Bank, Ma French Bank, Margo Bank.


Source : KPMG

Source : KPMG


Jeudi 18 Juillet 2019

Lu 2245 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 4 Décembre 2019 - 16:06 L'ITFC prête 1,1 milliard de dollars à l'Egypte


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.