Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info




Les communicants publics du Maghreb invités d’honneur du 28e Forum Cap’Com à Marseille




Pour la première fois, Cap’Com, le réseau de la communication publique et territoriale, réunit à Marseille les communicants des pays francophones et offre une place d’honneur aux communicants du Maghreb. Cette rencontre se tient dans le cadre du 28e Forum annuel de la communication publique et territoriale, qui se tient du 6 au 8 décembre au palais des congrès du Parc Chanot.


            Partager Partager

Mercredi 7 décembre à 11h15, il y aura du monde sur le tapis de parole pour échanger sur les enjeux de la communication publique à l’échelle du monde. Le Maroc, l’Algérie, la Tunisie croiseront leurs expériences avec celles de la Wallonie et du Québec.

Une occasion unique de changer de focale et de poser des regards différents sur la communication territoriale. Au-delà des problématiques régionales, existe-t-il des tendances communes ? La langue française implique-t-elle une manière spécifique de communiquer ? À coup sûr, les points de vue sur la question seront multiples. Venez partager des horizons lointains, notamment avec communicants du Maghreb, invités d’honneur du Forum de Marseille.

Les intervenants : 
Abbes ZAMMOURI, président de l'association des enfants de Zammour à Médenine au Maroc
Abdellatif AÏT HEDA, enseignant-chercheur à l' ENCG d'Agadir au Maroc
Amel FADHLOUNE, professeure à l'Université d'Oum El Bouaghi - Algérie
Joëlle DEGLIN, directrice de la communication externe du Service public de Wallonie
Louis LATRAVERSE, président de l’Association des communicateurs municipaux du Québec,  responsable des communications de la ville de Sorel-Tracy
Mondher FETOUI, chercheur à l'Institut des Régions Arides en Tunisie
Noufissa ALAOUI, chargée de communication du Conseil Régional Souss Massa au Maroc
Vincent MEYER, sociologue et professeur à l'Université de Nice-Sophia-Antipolis, fondateur du réseau université Loth France-Maghreb
 
La séance sera animée par Damien ARNAUD, président du Cercle des Communicants Francophones.
Crédit photo Daniel Gillet / Cap'Com
Crédit photo Daniel Gillet / Cap'Com

La communication publique au Maghreb : des prémisses qui annoncent le printemps

Le Maroc et la Tunisie, pays aux réalités très différentes, ont un point commun : la découverte progressive de la communication dans les projets et le développement territorial. « Dans ces pays, l’acte de communiquer est encore incertain, voire parfois risqué : les résultats et projets peinent à se diffuser. » Pour Vincent Meyer, professeur à l’université de Nice, et Aïssah Merah, maître de conférences à l’université de Bejaïa, la communication publique au Maghreb en est encore aux prémisses même si, de façon empirique, elle s’expérimente et se révèle. « Les colloques organisés par des membres du réseau Loth, explique Vincent Meyer, lient formation et recherche pour mieux caractériser et donc mieux qualifier par la suite, en fonction des besoins, la communication publique au Maghreb. » Une volonté de
reconnaissance et de professionnalisation traduite par la création de masters en Algérie en 2011 ou en Tunisie actuellement.


Bouillonnements

Les pays du Maghreb sont en plein bouillonnement. Sur de multiples points… La Tunisie se reconstruit après la révolution du Jasmin. Le Maroc garde une gouvernance royale très prégnante. Tous deux ont vécu dans une tradition de pouvoirs centralisés et d’administrations nationales. Les interlocuteurs en communication y sont plus centrés sur les médias que sur la relation avec les publics. Mais tous deux connaissent une urbanisation foisonnante accompagnée de réalisations d’infrastructures importantes.

Au plan territorial, ils découvrent la régionalisation et le transfert de compétences et de pouvoirs à des autorités locales. Le Maroc vient de passer de 16 à 12 régions avec des prérogatives et des pouvoirs renforcés. Les régions découvrent l’importance de la communication et mettent en place des services dédiés. La région de l’Oriental a lancé son site www.lecro.ma, le conseil de la région vient de doter l’institution d’un service de communication. La région du Souss Massa compte une responsable de la communication événementielle et une responsable relations presse. Leurs missions restent limitées.

Chantiers

En Tunisie, les élections municipales devraient avoir lieu en avril 2017. La nouvelle constitution prévoit que tous les citoyens peuvent voter aux élections locales. Or de nombreux pans de territoire n’appartenaient à aucune municipalité. Il a fallu étendre le territoire de nombreuses municipalités et en créer de nouvelles. La Tunisie est passée de 286 à 350 municipalités en 2 ans. Avec des problématiques d’information et de communication citoyenne considérables.

D’autres priorités s’imposent. À Médenine, une campagne a eu lieu sur le marché pour la réduction des sacs plastique. À Djerba, des actions civiles ont mobilisé pour éliminer des déchets entassés. Pas de flyers ni d’affiches pour ces campagnes mais le bouche à oreille, les médias et les réseaux sociaux.

​Maroc et Tunisie en prise directe

La porte d’entrée en communication publique reste souvent celle, sans risque, de la promotion touristique. Les campagnes sont nombreuses, souvent très classiques, plus proches de la publicité que du marketing territorial. On trouve cependant des initiatives intéressantes comme cette campagne participative lancée en juin 2016 par l’Office national marocain du tourisme « Le Maroc se confie à vous » (lemarocseconfieavous.ma). Elle invitait les Marocains à proposer des slogans pour promouvoir leur pays.

L’Office national du tourisme tunisien avait choisi en juin 2016 la vidéo pour promouvoir ses destinations. Il a installé dans des gares et lieux de passage des capitales européennes, des écrans diffusant en direct des images de lieux « incontournables ».
 
#TrueTunisa : l'office nationale du tourisme mène campagne pour faire redécouvrir la Tunisie aux Européens.
#TrueTunisa : l'office nationale du tourisme mène campagne pour faire redécouvrir la Tunisie aux Européens.

Destination Marseille pour 1200 professionnels de la communication publique

40 conférences, controverses et ateliers animés par 130 intervenants et pensés par les 100 membres du comité de pilotage de Cap'Com et les communicants de Marseille, se tiendront au Parc Chanot. Le programme, temps fort de formation annuelle des communicants publics, vise à aider les communicants à toujours s’adapter aux nouveaux usages de communication, à permettre aux citoyens d’entrer en relation avec les institutions et de participer à la chose publique. 

Explorer Marseille, c’est traverser tous les enjeux de la communication publique d’aujourd’hui : 

Le défi de la diversité : s’adresser à des populations aux cultures différentes, faire participer des habitants parfois très éloignés du discours public, contribuer au vivre ensemble dans une cité multiple qui affiche la diversité à travers sa nouvelle signature « Nous sommes Marseille ».

Le défi de la proximité : Marseille se vit d’abord comme une mosaïque de 111 quartiers et sa gouvernance s’installe à l’échelle macroscopique de la nouvelle métropole Aix Marseille Provence.

Le défi de l’attractivité : toujours dans la lumière, naturelle comme médiatique, Marseille et la Provence se construisent comme une destination où le tourisme croise les révolutions numériques et l’impératif du développement économique.


Lundi 5 Décembre 2016


Lu 513 fois










Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA














À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.