Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Les clusters, avenir de l’innovation


partenariatSEM2014IEJ


            Partager Partager

« Ces zones de compétitivité contribuent au rayonnement international d’une région et augmentent son attractivité » affirme Amina Ziane-Chérif, chef de projet chez Anima Investment Network (photo F.Dubessy)
« Ces zones de compétitivité contribuent au rayonnement international d’une région et augmentent son attractivité » affirme Amina Ziane-Chérif, chef de projet chez Anima Investment Network (photo F.Dubessy)
Le terme cluster né dans la Silicon Valley. Il désigne la multitude de sociétés qui naissent au début des années 1990 et se spécialisent dans la conception de logiciels et la fabrication de matériel informatique. Capenergies et l'Institut méditerranéen des énergies renouvelables organisaient mercredi 4 novembre à l'occasion de la semaine économique de la Méditerranée un atelier sur le rôle des clusters en tant qu'instrument d'aide à la décision.

Ce modèle de concentration d’entreprises dans une même aire géographique se situe souvent au plus proche des grandes villes. En Europe, ces technopoles ou pôles de compétitivité se développent et jouent un grand rôle dans le secteur de la recherche et du développement.

Les pays du sud de la Méditerranée (Égypte, Tunisie ou Maroc plus particulièrement) tentent de développer leurs propres clusters. Les États donnent la première impulsion en mettant en place des mesures pour encourager l’installation des start-up. Dans un second temps, l’investissement privé prend la relève pour accélérer la croissance de ces sociétés. « Ces zones de compétitivité contribuent au rayonnement international d’une région et augmentent son attractivité » affirme Amina Ziane-Chérif, chef de projet chez Anima Investment Network, une plate-forme de coopération inter-cluster.

Selon Amina Ziane-Chérif, ces technopôles « deviendront de véritable force d’innovation s’ils s’inscrivent dans un rapport d’échange et de dialogue nord-sud. Les acteurs du sud de la Méditerranée ont besoin de connaître différents modèles pour se les réapproprier. Bien entendu, ces dialogues bénéficieront aussi aux acteurs du nord ».

Jusqu’à présent, ces clusters se sont principalement développés dans le secteur des TIC (technologie de l’information et de la communication) mais de plus en plus de projets autour de la transition écologique voient le jour.
 

Jeudi 5 Novembre 2015




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 13 Novembre 2015 - 18:05 Lancement du Prix Phenicia







RÉFLEXION



LE GUIDE DE LA COOPÉRATION ET DES PROGRAMMES DE FINANCEMENT EN MÉDITERRANÉE 2018


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss