Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Les barrières des postes-frontières de Ceuta et Melilla vont à nouveau se lever


Rédigé par , le Vendredi 13 Mai 2022 - Lu 2079 fois

Très prochainement, après deux ans de fermeture, le passage sera de nouveau autorisé aux postes-frontières de Ceuta et Melilla, les deux enclaves espagnoles au Maroc. English version


Il va être de nouveau possible de franchir la frontière entre le Maroc et Ceuta (photo: DR)
Il va être de nouveau possible de franchir la frontière entre le Maroc et Ceuta (photo: DR)
MAROC / ESPAGNE. L'annonce, mercredi 11 mai 2022, de la réouverture des postes-frontières des enclaves espagnoles au Maroc de Ceuta (Sebta pour les Marocains) et Melilla constitue un nouveau fruit de la détente entre les deux pays.

Depuis le revirement de l'Espagne, le 18 mars 2022, affirmant son soutien au plan marocain d'autonomie pour le Sahara occidental et la fin officielle, début avril 2022, d'une crise diplomatique qui durait depuis près d'un an, Madrid et Rabat multiplient les signes de rapprochement. La réactivation des postes-frontières répond directement à un des points dressés dans la nouvelle feuille de route entre l'Espagne et le Maroc. Paraphée dans le 7 avril 2022, elle prévoit "un déplacement fluide des personnes et des marchandises entre les deux pays".

La réouverture est prévue "dans les prochains jours ", indiquait José Manuel Albares en marge d'une réunion de la coalition contre l'État islamique à Marrakech. Le ministre espagnol des Affaires étrangères précisait que "la décision est prise, mais il reste des aspects pratiques" à régler. Quelques heures plus tard, à Madrid, son collègue de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska dévoilait la date retenue: le mardi 17 mai 2022 à 00h00. Mais tout se fera par étape comme le soulignait ce ministre. Dans un premier temps, les ressortissants et les résidents des pays de la zone Schengen*, ainsi que tout ceux autorisés à circuler dans cette zone, pourront franchir les barrières. Il faudra attendre le 31 mai 2022 pour que "les travailleurs transfrontaliers" légalement reconnus, donc principalement les ressortissants marocains, ainsi que les personnes bénéficiant de visa spécifique pour Ceuta et Melilla, retrouvent enfin à nouveau ce droit de passage.

Dans le sens inverse, Espagne-Maroc, les autorités marocaines doivent encore faire part de leurs conditions. Les forces de police espagnoles ont été renforcées dans les deux enclaves avant que la décision soit mise en œuvre.

Des postes-frontières fermés depuis deux ans

Ces postes-frontières, seules portes d'entrée terrestres dans l'Union européenne à partir du continent africain, étaient fermées depuis deux ans par le Maroc. La première raison invoquée au printemps 2020 était la crise sanitaire du rétrovirus. Mais, une fois la pandémie quelque peu résorbée, les barrières sont restées fermées à cause de la brouille entre les deux royaumes lorsque le chef du Front Polisario (indépendantistes sahraouis), Brahim Ghali a été hospitalisé en Espagne en avril 2021 justement pour la Covid-19.

Les contrôles beaucoup plus souples du côté marocain avait permis, en vingt-quatre heures, à plus de 10 000 migrants,  principalement issus de pays sub-sahariens, de pénétrer à Ceuta en mai 2021.

Ceuta et Melilla ont récolté les places peut envieuses de respectivement première et quatrième dans le tout dernier classement d'Eurosat publié début mai 2022 des régions européennes les plus touchées par le chômage des jeunes. 56% pour la première et 41,9% pour la seconde. Dans la même étude, Ceuta occupe également la tête avec le taux de chômage le plus élevé (toutes catégories d'âge confondues) de toutes les régions des États membres de l'UE avec un taux de 26,6% (19,8% pour Melilla) pour une moyenne européenne de 7% en 2021.

Lire aussi notre enquête "Ceuta et Melilla, baromètres des relations entre le Maroc et l'Espagne

* Mise en oeuvre en 1995, les accords de Schengen permettent la libre circulation des personnes dans l'Union européenne. Ils ont été signés par vingt-six pays: Vingt-deux des vingt-sept États membres actuels de l'Union européenne (manque Chypre, Irlande, Croatie, Bulgarie et Roumanie). Les autres pays appliquant les conventions du traité de Schengen sont l'Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein. Monaco, Saint-Marin et le Vatican, sans faire partie de l'espace Schengen pratiquent sa clause de suppression des contrôles d'identité aux frontières intérieures. Les ressortissants de certains territoires rattachés à des pays Schengen (principalement des îles éloignées de l'Europe) doivent en revanche demander un visa spécifique auprès du pays dont elles dépendent pour bénéficier des conditions de l'espace Schengen.




   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info