Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Les banques étrangères bénéficiaires en Espagne



            Partager Partager

Une agence espagnole du réseau Evo Bank, appartenant au fonds américain Apollo (photo Francis Matéo)
Une agence espagnole du réseau Evo Bank, appartenant au fonds américain Apollo (photo Francis Matéo)
ESPAGNE. Les banques étrangères retrouvent une dynamique de croissance en territoire espagnol. Ces entités bancaires ont en effet enregistré leurs premiers bénéfices depuis trois ans, selon les données révélées par l'Association Espagnole des Banques (AEB). Ce qui se traduit par un bénéfice cumulé de 37 M€ au cours du premier semestre 2014 ; à comparer avec les 186 M€ de pertes enregistrées en 2013 sur la même période.

Depuis 2010, les résultats se trouvaient plombés par les effets cumulés du poids des actifs immobiliers toxiques, et d'une crise économique qui a entraîné la disparition de toutes les caisses d'épargne et la restructuration en profondeur du secteur bancaire espagnol. Les enseignes étrangères tirent donc aujourd'hui les premiers profits de ce douloureux travail d'assainissement... pour le plus grand bien des banques espagnoles ! Car, parmi les enseignes bancaires étrangères qui progressent le plus dans les classements de l'AEB, les deux premières sont Barclays et Citibank, dont les activités de détail en Espagne viennent d'être rachetées par les groupes nationaux CaixaBank et Banco Popular.

Il faut également rappeler que l'entité catalane Banco Sabadell avait déjà repris de son côté le réseau d’agences du groupe Lloyds en 2013. De fait, l'amélioration des résultats des banques étrangères en Espagne s'explique aussi par ces politiques de cession, généralement suivies de plans d'ajustements.

Autre aspect important : les sociétés qui tirent le mieux leur épingle du jeu sont positionnées sur le segment de la banque d'affaires et d’investissement, comme JP Morgan ou Targobank (groupe Crédit Mutuel-CIC), qui gagnent respectivement 14 M€ et 12 M€ au cours du premier semestre 2014 en Espagne. Sur l’activité de détail proprement dite, les deux plus réseaux étrangers sur le sol espagnol restent d'ailleurs cette année encore dans le rouge : Deutsche Bank perd 21 M€ et Evo Bank affiche un bilan négatif de 28 M€.  

Le résultat global du premier semestre 2014 de l'ensemble des baques -espagnoles et étrangères- affiliées à l'AEB est autrement plus encourageant, puisqu'il révèle un bénéfice de 6,36 mrds €, en hausse de 19,5%.  

lire aussi : CaixaBank achète le réseau espagnol de Barclays

Lundi 15 Septembre 2014

Lu 1834 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Juillet 2020 - 11:57 La Berd prête à accueillir l'Algérie en son sein


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.