Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Les banques espagnoles nécessitent « entre 60 et 70 mrds € »



            Partager Partager

Mariano Rajoy veut calmer les marchés financiers avant le sommet du G20 (photo : Moncloa)
Mariano Rajoy veut calmer les marchés financiers avant le sommet du G20 (photo : Moncloa)
ESPAGNE. Le ministre de l’Économie espagnole, Luis de Guindos, avait insisté en annonçant que la ligne de crédit de 100 mrds € octroyée par la Communauté Européenne  pour sauver le système bancaire espagnol était « un maximum ». À sa suite, le président du gouvernement Mariano Rajoy avait répété que cette somme prenait en compte « une marge confortable ». Des propos qui n'avaient pas réussi à rassurer les marchés financiers internationaux, bien au contraire.

C'est d'abord l'agence internationale de notation Fitch  qui a rabaissé la qualification de dix-huit banques et caisses d'épargne espagnoles. Suivie le surlendemain par son homologue Moody's, qui a dégradé la classification des bons d’État espagnols -abaissant la notation de A3 à BAA3- jusqu'à la catégorie dite « spéculative », qui caractérise les emprunts les plus risqués. Conséquence immédiate : le taux des bons espagnols du Trésor à dix ans a grimpé jusqu'à 7% !

La détérioration menaçait de devenir tellement grave que Mariano Rajoy semble avoir pressé les deux cabinets d'audit chargés de réaliser un diagnostic complet du secteur bancaire espagnol. Oliver Wyman  et Roland Berger, qui devaient remettre leur rapport le 21 juin 2012, ont donc déjà présenté leurs conclusions avec une semaine d'avance. Pour annoncer que les banques espagnoles nécessiteront « entre 60 et 70 mrds € » afin d'être recapitalisées. Une somme qui se situerait donc, en effet, bien en deçà du montant de 100 mrds € de prêt que la Communauté européenne a convenu d'accorder.

Dans le détail, Bankia   nécessitera la part du lion de cette enveloppe dédiée à la recapitalisation, avec près de 20 mrds € nécessaires pour soutenir la banque issue de la fusion de Caja Madrid et Bancaja. CatalunyaCaixa  et Novagalicia  devraient se partager une somme équivalente. Les 20 à 30 mrds € restants étant répartis entre différentes entités bancaires mises à mal par leurs actifs immobiliers toxiques.

Avec ces données en main, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy entend maintenant « calmer » la fébrilité des marchés financiers et les attaques contre l'Espagne, à l'approche du prochain du sommet du G20, prévu les 18 et 19 juin 2012 au Mexique.

Lire aussi : 100 milliards d'euros pour sauver les banques espagnoles
Fitch discrédite l'économie espagnole

 


Vendredi 15 Juin 2012

Lu 3061 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


MED’INNOVANT AFRICA pour imaginer la ville méditerranéenne de demain


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée


Télécharger le dossier COVID-19
dossier covid.pdf
Dossier Covid-19 - 3.7 Mo - 19/06/2020





Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.