Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Les banques arabes méditerranéennes résistent bien


Selon une étude de Standard & Poor's, les secteurs bancaires de pays arabes méditerranéens demeurent bien positionnées malgré les incertitudes politiques et géopolitiques.


            Partager Partager

S&P reste confiant dans le secteur bancaire arabe méditerranéen (photo F.Dubessy)
S&P reste confiant dans le secteur bancaire arabe méditerranéen (photo F.Dubessy)
MEDITERRANEE. "Du fait de la bonne résistance des banques de pays arabes méditerranéens face aux bouleversements politiques et géopolitiques, nous pensons que les secteurs bancaires demeurent bien positionnés pour accompagner la reprise si la situation politique se stabilise." L'étude publiée mardi 12 août 2014 par l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) sur les secteurs bancaires du Maroc, de la Tunisie, de l’Égypte, du Liban et de la Jordanie, s'avère plutôt encourageante.

Même si, bémol, le rapport annonce toutefois que "pour les douze prochains mois, il est peu probable que nous rehaussions les notes des banques de la régions, comme l'indiquent nos perspectives sur les notes qui sont stables ou négatives." Des perspectives sur le secteur bancaire qui s'affichent pour la plupart comme un miroir des notes souveraines. Ainsi l’Égypte dispose d'une note souveraine de B-/stable/B, la Jordanie d'un BB-/négative/B, le Liban d'un B-/stable/B et le Maroc d'un BBB-/négative/A-3. Des notes inférieures en général à celles détenues avant les printemps arabes.

Six des treize banques étudiées par S&P dans la région sont notées B- contre aucune au 31 décembre 2010.



Saisir les opportunités en Afrique subsaharienne

S&P insiste cependant sur le fait que "le profil de risque des banques que nous notons dans la région, hors risque lié à la détention de titres de dette étatique, a bien résisté. Ni les indicateurs de qualité de crédit, ni ceux liés au refinancement ou à la liquidité n’ont connu, jusqu’à ce jour, une détérioration telle que l’ampleur des évènements politiques pouvait le suggérer. Cela est particulièrement notable en Égypte, en Tunisie en Jordanie et au Liban. Le secteur bancaire marocain bénéficie d’un contexte économique et politique plus favorable mais demeure exposé au ralentissement économique de ses partenaires économiques européens."


Dans les pays passés au crible de l'étude, la part des crédits bancaires accordés au secteur privé en pourcentage de PIB reste stable entre 2010 et 2014 pour la Tunisie et le Maroc (autour de 70%). Le Liban lui connaît une hausse avec près de 100%. Mais l’Égypte accuse sur la même période une forte baisse en la matière passant de 40 à 25%.

Le ratio prêt/dépôt demeure lui stable avec 125% pour la Tunisie, 90% au Maroc.

Selon S&P, les secteurs bancaires des pays arabes méditerranéens restent exposés sur 2014 et sur 2015 à cause d'un dynamisme économique et commercial en baisse. "Nous nous attendons à une lente reprise économique dans la région en 2014 et en 2015 en raison de l'ampleur des changements politiques et des incertitudes concernant le calendrier et les résultats des élections prévues» précise le rapport. Tout en affirmant un optimisme "en raison du potentiel économique que contient la dynamique démographique de la zone, la hausse du niveau d'éducation de la main-d’œuvre, de l'inclusion financière et de la sophistication des produits bancaires."

Face à la trop grande exposition aux économies européennes tournant au ralenti,  l'agence de notation américaine suggère aux banques, notamment marocaines, de "saisir les opportunités qui s'offrent en Afrique subsaharienne."




Lundi 18 Août 2014

Lu 2155 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


RÉFLEXION

Le droit au blasphème, le Coran et la jurisprudence exégétique

Sami Bibi, universitaire et chercheur auprès du réseau international Politique Economique et Pauvreté (PEP) de l'Université Laval (Québec-Canada)
Grand angle

Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.