Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Les ambassadeurs du G7 réclament un retour à l’État de droit en Tunisie


Rédigé par Eric Apim, le Mardi 7 Septembre 2021 - Lu 647 fois


Le président Kaïs Saïed craint un coup d'Etat (photo : DR)
Le président Kaïs Saïed craint un coup d'Etat (photo : DR)
TUNISIE. Dans un communiqué commun, publié lundi 6 septembre 2021 au soir en français et en arabe, les ambassadeurs du G7 en Tunisie* prennent une position claire sur la situation politique dans ce pays. Depuis le 25 juillet 2021, Kaïs Saïed s'est arrogé l'ensemble des fonctions exécutives, sur la base de l'article 80 de la Constitution. Le président de la République, élu en octobre 2019 avec près de 73% des voix, décrétait alors un gel des activités de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP - Le Parlement tunisien) pour trente jours, levait l'immunité parlementaire des députés, interdisait à soixante-cinq parlementaires de quitter le territoire et limogeait Hichem Mechichi, son Premier ministre nommé voici moins d'un an.

Dans la nuit du 23 au 24 août 2021, Kaïs Saïed prolongeait, "jusqu'à nouvel ordre", cet état d'exception. Le Président évoquait encore, voici quelques heures lors d'une cérémonie de commémoration de la création de la Garde Nationale (créée en 1956 pour remplace la Gendarmerie nationale française), ses craintes d'une tentative de coup d'État : "Ils veulent infiltrer les services vitaux de l'État pour mettre la main sur les rouages de l'État au bénéfice des uns et des autres, nous nous y opposerons", clamait-il.

"Le Parlement doit jouer un rôle significatif"

Dans leur déclaration, les diplomates réaffirment "leur engagement continu en faveur du partenariat avec la Tunisie, tandis que celle-ci développe les structures politiques et socio-économiques nécessaires pour répondre aux aspirations légitimes de son peuple à de meilleures conditions de vie et à une gouvernance honnête, efficace et transparente". Mais se font vite plus directifs. "Nous recommandons fortement le retour rapide à un cadre constitutionnel dans lequel un Parlement élu joue un rôle significatif". Le texte précise également "le besoin urgent de nommer un nouveau Chef de gouvernement apte à faire face aux crises économique et sanitaire auxquelles le pays est confronté, et de créer un espace inclusif de dialogue sur les réformes constitutionnelles et électorales proposées".

Les ambassadeurs du G7 en Tunisie appellent aussi à "un engagement continu en faveur - et au respect - des droits politiques, sociaux et économiques de tous les Tunisiens, ainsi que de l'État de droit. Plus tôt le Président Kaïs Saïed indiquera une direction claire pour l'avenir, qui réponde aux besoins du peuple tunisien, plus tôt la Tunisie pourra se concentrer sur la réponse aux défis économiques, sanitaires et sociaux auxquels le pays fait face".

Le message se termine par une phrase sans ambiguïté : "Le Groupe des Sept reste attaché à ce que les valeurs démocratiques partagées restent centrales dans nos futurs relations".

* Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni.
Les ambassadeurs du G7 réclament un retour à l’État de droit en Tunisie




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info