Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Les agriculteurs israéliens s’inquiètent face aux campagnes de boycott


Les tensions politiques se répercutent sur le secteur agricole israélien. Jusqu'en 2008, le boycott n’a eu d’effet que dans quelques pays. Il semblerait qu’aujourd’hui le phénomène prenne de l’ampleur. Les agriculteurs s’inquiètent pour leurs exportations européennes.


            Partager Partager

Inon Rosenblum devant son exploitation familiale (photo Rosenblum)
Inon Rosenblum devant son exploitation familiale (photo Rosenblum)
ISRAËL / EUROPE. Inon Rosenblum est le patron d’une exploitation agricole familiale implantée depuis 1983 en Cisjordanie, dans la vallée du Jourdain. Les Rosenblum produisent des dattes, du raisin de table et des herbes aromatiques. Au total 600 tonnes par an, habituellement exportées à  97% en France, en Italie, en Angleterre en Allemagne et en Europe de l’Est.

"J’ai perdu cette année 20% de mes ventes vers les pays européens, sans compter que l’Euro a chuté. L ’Angleterre et l’Allemagne restent pour le moment les deux pays qui sanctionnent le plus Israël. Notamment les grandes chaînes telles que Marks et Spencer et Tresco. Mais l’hiver, lorsque certaines références manquent, ils importent à nouveau nos produits."

Selon Inon Rosenblum, les pays qui appliquent les sanctions ne différencient pas les produits israéliens se trouvant du bon ou du mauvais côté de la ligne verte.

"Bizarrement, lorsqu’un pays boycotte, il sanctionne tous les  produits ‘made in Israël’ et pas seulement ceux des territoires situés au-delà des frontières de 1967. Les plus touchés par ces sanctions demeurent les cultivateurs de poivrons de l’Arava, une région qui se trouve pourtant à l’intérieur des frontières reconnues par la communauté internationale. La raison est simple,  les  principaux acheteurs de poivrons israéliens sont l’Allemagne et l’Angleterre."
 
Il poursuit, "moi, j’arrive encore à conserver la tête hors de l’eau car, mes plus gros clients se trouvent en France et en Italie, ces pays  n’appliquent pas encore de véritables sanctions économiques à l’encontre d’Israël. Il semblerait que les pays du pourtour méditerranéen soient un peu plus ouverts que les autres. Pour le moment aucun d’entre eux n’a pris de véritables initiatives de boycott."

Les sanctions menacent l’ensemble des exportations agricoles israéliennes

Les exportations des produits issus des colonies pose problème aux Européens (photo © Mehadrin)
Les exportations des produits issus des colonies pose problème aux Européens (photo © Mehadrin)
Depuis dix ans déjà, les produits israéliens provenant des territoires israéliens situés au-delà des frontières de 1967, en partance pour les pays de l’Union européenne disposent d'un code-barres spécial. Aujourd'hui l'UE souhaite qu’un  label "colonies  israéliennes" figure sur ces produits, dans les magasins des pays membres.

"Lorsque les Européens veulent boycotter Israël, ils commencent toujours par l’agriculture: les dattes, les poivrons, les mangues et les oranges " confiait Meir Tsur, président de l’Israël Farmers Association et du Moshav Movement, lors d’une interview pour le quotidien Haaretz, le 18 juin 2015.

Des exportations estimées à 100 M$

Les sanctions menaces les agriculteurs israéliens (photo Rosenblum)
Les sanctions menaces les agriculteurs israéliens (photo Rosenblum)
Israël ne prend pas à la légère l'activité de BDS (Boycott, désinvestissements, sanctions), le principal organisme international qui tente d’isoler économiquement Israël. Depuis 2011, la Knesset, le Parlement israélien, a même fait passer une loi interdisant aux associations israéliennes militantes de divulguer des informations pouvant renforcer le boycott des produits des territoires situés au-delà des frontières de 1967.

Il est même difficile de connaître le volume exact des exportations agricoles provenant de ces territoires, puisque le gouvernement israélien ne publie aucun chiffre.

En 2012, la  dernière année où des chiffres ont été estimés, les exportations industrielles de Cisjordanie, du Golan et de Jérusalem Est, en partance pour les pays de l’Union Européenne, étaient estimées à seulement 100 M$ (90M€), à peine 1 % du total des exportations industrielles israéliennes (à l’exclusion des diamants), vers l’Union européenne.

Comme l’explique Arie Arnon, professeur d’Économie à l’Université Ben-Gourion, même si les marchandises agricoles provenant des territoires exportées en Europe ne dépassent pas au total quelques millions de dollars, chaque année, les économistes israéliens craignent, que le boycott prenne de l'ampleur. "Une fois le label mis en place, le danger est que les chaînes ou magasins européens n’aient aucune envie de s'occuper de l'étiquetage des produits provenant des territoires disputés. Elles préféreront cesser totalement l’importation des produits israéliens."

Lire aussi :  Israël face au boycott


Lundi 20 Juillet 2015

Lu 11351 fois




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Mars 2012 - 15:14 La logistique s'adapte au marché du vin



1.Posté par CORNUT le 21/07/2015 09:39
L"article fait bien la distinction entre productions des colonies concernées par la campagne BDS et productions israéliennes "légales", sauf qu'au début le "patron d’une exploitation agricole familiale implantée depuis 1983 en Cisjordanie, dans la vallée du Jourdain" n'est pas clairement présenté comme un colon au-delà de la ligne verte...

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par Hélène Machline à JÉRUSALEM le 21/07/2015 12:32
Pour moi lorsque l'on écrit Cisjordanie, c'est évident qu'on parle du "mauvais côté" de la ligne verte.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

RÉFLEXION

Concentration industrielle en Europe : une nécessité autant qu'une opportunité pour la Défense

Frédéric Dubois, ingénieur, diplômé en relations internationales (en disponibilité de la fonction publique)
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.