Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Les aéroports espagnols, dans le rouge, restructurent leur actionnariat


ESPAGNE. Le gérant des aéroports ibériques a présenté un rapport 2009 très défavorable et reste pessimiste pour 2010. L'occasion pour le ministère des transport espagnol de prendre ce problème à bras-le-corps.


            Partager Partager

Le nouveau terminal de Barcelona El Prat inauguré en 2009 est loin d'être amorti (photo AENA)
Le nouveau terminal de Barcelona El Prat inauguré en 2009 est loin d'être amorti (photo AENA)
ESPAGNE. Année noire pour le secteur aérien sur la péninsule : seuls neuf aéroports sur 48 sont rentables en Espagne. C’est ce qui est ressorti de la présentation des résultats annuels 2009 d’AENA, le gérant des aéroports ibériques, le 12 janvier 2010. Au total, le résultat du groupe s’est affiché dans le rouge à -433 m€ et le déficit d’exploitation a atteint 300 m€.

Durement touchés par la crise, Madrid-Barajas et l’aéroport de Barcelone-El Prat sont parmi les aéroports qui tirent vers le bas ce résultat, en affichant respectivement des pertes de 300 m€ et de 42 m€. A l’inverse, les bons élèves sont situés à Alicante, Palma de Mallorca, Gerona, Ibiza, Gran Canaria, Málaga, Murcia, Tenerife et Bilbao.

Selon le communiqué émis par AENA, « le nombre de passagers totaux a augmenté de 2% en décembre, la première augmentation constatée depuis mai 2008 ». Malgré cette récente tendance globale à la reprise de l’activité aérienne, soulignée par le ministre des transports espagnol, José Blanco, lors de la présentation, AENA s’attend à un résultat d’exploitation de -597,7 m€ en 2010, notamment toujours du fait de l’aéroport situé dans la capitale dont le résultat devrait atteindre -311 m€ sur la même période.

Les grands aéroports seront chacun gérés par une filiale ad hoc

Face à de telles pertes, le gouvernement espagnol s'est montré décidé à réagir avec la création d'une nouvelle société publique AENA Aéropuertos SA dont le capital sera ouvert au secteur privé à hauteur de 30% et qui devrait prendre directement en main la gestion de tous les aéroports sauf ceux « dont l'activité est très élevée et la gestion complexe », a expliqué le ministre lors de sa présentation au Parlement.

Selon les analystes, il s'agirait de Madrid-Barajas et de Barcelona-El Prat pour lesquelles le gouvernement souhaite créer des filiales ad-hoc. « Les conseils d'administration de ces filiales seront en partie ouvert aux Communautés autonomes (Régions espagnoles), aux mairies locales et aux chambres de commerce », a ajouté le ministre, écartant la possibilité de laisser une main-mise exclusive des régions sur la gestion de ces grands aéroports, revendication qui ne cesse d'enfler depuis plusieurs années en Catalogne.

Une telle réorganisation doit encore faire l'objet d'une loi qui sera présentée en juin 2010 par le ministre sous la forme d'un projet de loi de modernisation du système aéroportuaire.

Anna Casal, à BARCELONE
Mercredi 13 Janvier 2010

Lu 1226 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.