Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Les Rencontres de Cybèle lancent un appel au renouvellement du partenariat euroméditerranéen


Les 9e Rencontres de Cybèle à Marseille ont dressé un panorama des relations entre l'Europe et la Méditerranée. L'association Euromed-IHEDN a réuni à Marseille des experts qui, à l'unanimité, reconnaissent que l'Union européenne ne comprend plus le Maghreb.


            Partager Partager

Pour Erwan Lannon, la Méditerranée est devenue un terrain de chantage entre les Etats (photo : F.Dubessy)
Pour Erwan Lannon, la Méditerranée est devenue un terrain de chantage entre les Etats (photo : F.Dubessy)
MEDITERRANEE. "Nous voyons la Méditerranée comme une source de problèmes alors que les acteurs extérieurs la voit comme une opportunité." Ouvrant la seconde table ronde des 9e Rencontres de Cybèle à Marseille (samedi 29 septembre 2018), Erwan Lannon, professeur à l'Université de Gand et au Collège de l'Europe, entend "remettre la Méditerranée au centre des débats." Il regrette qu'elle soit "toujours fragmentée politiquement et devenue un terrain de chantage entre les Etats. Regardez l'Aquarius !".

En indiquant que "l'Europe n'a plus le monopole en Méditerranée, ni en Afrique", Fatallah Oualalou se veut plus radical pour répondre au thème de cette conférence organisée par l'association Euromed-IHEDN du contre-amiral Jean-François Coustillière, "Quelles ambitions pour un partenariat avec l'Union européenne en Méditerranée ?" Il pointe les inégalités persistantes entre les deux continents. "Depuis 1969 et le premier accord entre la CEE et le Maroc, le rapport du revenu par tête et par habitant n'a pas changé. Entre les deux rives, il est toujours de un à dix", lance-t-il, Et il remet les choses en place en accusant : "Le printemps arabe qui a commencé en Tunisie est lié au déclin du partenariat euroméditerranéen. Et si, depuis 2000, l'Afrique a commencé à bouger avec une croissance passée de stable à +5% en moyenne, ce n'est que grâce à l'arrivée chinoise."

"La diplomatie émotionnelle et économique s'entrechoquent"

Fatallah Oualalou veut "redonner vie au partenariat euroméditerranéen" (photo : F.Dubessy)
Fatallah Oualalou veut "redonner vie au partenariat euroméditerranéen" (photo : F.Dubessy)
L'ancien ministre marocain de l'Economie (1998-2007) Fatallah Oualalou en appelle à "une rénovation des rapports entre le Nord et le Sud pour retrouver la centralité de la Méditerranée." Tout en reconnaissant que "le Sud doit également faire des efforts", et de citer la nécessaire paix au Moyen-Orient et le coût du non-Maghreb. "Redonner la vie au partenariat euroméditerranéen passe par le renouvellement de sa nature même. Le libre-échange et en contrepartie l'aide, ce n'est pas suffisant. Il faut du co-développement et de la co-production."

"Celui qui peut imaginer que la Syrie et la Libye redeviendront comme avant, se trompe. C'est fini !", prévient Jean-François Daguzan. Le directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) appelle à "repenser dans d'autres perspectives les réalités libyennes et syriennes. Avec les migrations, l'Europe reste confrontée à la définition de la frontière. Elle est pourtant indispensable pour avoir une politique cohérente de la périphérie !", affirme Jean-François Daguzan. Pour Roland Lombardi, "la Méditerranée est notre frontière la plus importante. Il faudrait prendre conscience qu'il y a beaucoup à faire."

Ce consultant indépendant en géopolitique et chercheur associé à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) de l'Université Aix-Marseille rappelle que "si les dictateurs sont tombés, c'est moins par volonté de démocratie que pour mettre fin au despotisme, demander une justice plus juste et un pouvoir plus redistributeur." Et d'énoncer, "la diplomatie émotionnelle et économique s'entrechoquent. On reproche à la France de critiquer fortement le régime de Bachar Al-Assad, qui reste très populaire parmi la population du Maghreb, mais de ne pas parler de l'Arabie saoudite en guerre au Yémen ou du Qatar", indique-t-il.

"La Méditerranée n'est pas un object économique"

Roland Lombardi réclame "moins de discours moralisateurs" (photo : F.Dubessy)
Roland Lombardi réclame "moins de discours moralisateurs" (photo : F.Dubessy)
"L'Europe est divisée et donc n'a pas de politique commune. Du coup, les pays du Sud s'adressent moins à l'Europe et discutent plutôt avec les Etats européens en tête à tête. Un changement radical de paradigme devient essentiel", insiste Roland Lombardi. Il en appelle à "moins de discours moralisateurs, considérés comme de l'ingérence, et qui mènent à des conflits comme en Irak ou en Libye."

"La Méditerranée n'est pas un objet économique. Toutes les grandes entreprises américaines n'ont pas de siège en Méditerranée. Depuis la crise économique, il n'existe plus de volonté économique ni d'une part, ni de l'autre. La conception du partenariat européen a changé depuis 2011", résume Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la Banque européenne d'investissement (BEI) et membre du Conseil scientifique d'Euromed-IHEDN.

Lire : La politique méditerranéenne de l'Europe au banc des accusés des Rencontres de Cybèle



Mardi 2 Octobre 2018

Lu 1408 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXION

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss