Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Les ONG haussent le ton alors que 49 migrants secourus ne sont pas autorisés à débarquer à Malte



            Partager Partager

Le Sea Watch 3 attend toujours d'accoster avec 32 migrants à bord (photo : Sea Watch)
Le Sea Watch 3 attend toujours d'accoster avec 32 migrants à bord (photo : Sea Watch)
MEDITERRANEE. Recueillis le 22 décembre 2018 au large de la Libye par le navire humanitaire Sea Watch 3, trente-deux migrants (dont un bébé d'un an, deux enfants de 6 et 7 ans et trois adolescents) attendent toujours à bord et dans les eaux territoriales maltaises de pouvoir accoster dans un port européen. Tout comme les dix-sept présents sur le Sea Eye.

Malte et l'Italie toute proche, refusent d'autoriser le navire à venir dans un de leur port. Une dizaine de pays, dont la France mais aussi les Pays-Bas et l'Allemagne, se sont pourtant portés candidats pour accueillir ensuite les passagers.

Après le pape François, dimanche 6 janvier 2019, sept ONG (Médecins sans frontières, Médecins du Monde, Emmaüs France, Emmaüs international, Secours catholique, Cimade et Gisti) haussent le ton. Elles en appellent à "agir au plus vite pour les rescapés du Sea Watch et du Sea Eye. Nous demandons à la France de mettre immédiatement à l'abri ces rescapés dans un port sûr et de jouer un rôle moteur pour définir à l'échelle européenne un mécanisme de sauvetage et d'accueil des personnes en détresse en mer Méditerranée", indiquent-t-ils dans leur communiqué. "En mer depuis plusieurs semaines, les équipages sont en manque d’eau potable et ne peuvent donc pas apporter une réponse satisfaisante à la dégradation de l’état de santé des personnes secourues. Malgré l’urgence de cette situation, et alors que le Haut-Commissariat aux Réfugiés vient de publier le chiffre de 2262 migrants morts en Méditerranée en 2018, aucun Etat européen n’a encore accepté de faire entrer ces embarcations dans l’un de ses ports. Ce, en violation de nombreuses obligations issues du droit international, à commencer par le principe de non refoulement, l’assistance à personne en danger et le droit d’asile", poursuit le texte.

Dans un communiqué à part, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) met en avant la situation à bord. "Les personnes recueillies et les équipages de ces ONG allemandes sont épuisés, avec un mauvais temps qui rend la navigation périlleuse. Les équipes médicales à bord alertent aussi quant aux vivres disponibles et aux réserves d’eau restreintes".

La LDH Corse a saisi la préfecture l'Île française "pour que soit rapidement proposé le débarquement de ces naufragés", alors que les dirigeants de la Collectivité de Corse se sont déjà prononcés publiquement en faveur de cette solution.

LIRE LA MISE A JOUR DE CET ARTICLE


Mercredi 9 Janvier 2019

Lu 890 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Arabie saoudite/Russie : Après le Pacte du Quincy, le Pacte de Moscou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss