Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Les Aires marines protégées diversifient leurs ressources


Rédigé par Mathieu Bouchard, à ANTALYA, le Mercredi 5 Décembre 2012 - Lu 3287 fois

MÉDITERRANÉE. Pour pallier au manque d'argent public, les Aires marines protégées (AMP) de Méditerranée commercialisent dorénavant de nouveaux services, écosystémiques, touristiques ou récréatifs.


MÉDITERRANÉE. Hakim Messaoudi, membre du réseau Rodpal, partenaire de l'Aire marine protégée (AMP) d'Al Hoceima, l'une des deux que compte le Maroc, fulmine. « Nous aimerions mettre en place des actions de surveillance ou de balisage, mais nous n'en avons pas les moyens ».

Al Hoceima ne constitue pas un cas isolé. « Les Aires marines protégées de Méditerranée souffrent d'un sous-financement chronique », explique Giuseppe Di Carlo, responsable du programme du WWF pour les AMP de la Méditerranée.


Selon Arturo Lopez, consultant pour MedPAN, les AMP méditerranéennes dépensent en moyenne chaque année 20 € par hectare là où il en faudrait 100.


Déjà basse, la moyenne cache en plus de fortes disparités. Elle descend à 11 € en Europe de l'Est, à 5,4 € au Proche-Orient et même à 1 € en Afrique du Nord.

Et l'augmentation du nombre des AMP, conformément aux objectifs définis par la Convention sur la diversité biologique, entraîne une dilution des moyens.


Résultat, certaines AMP s'apparentent à des « aires marines de papier » dénuées de moyens et incapables d'assumer les missions pour lesquelles elles ont été créées, estime Bertrand Cazalet, chercheur à l'Université de Perpignan.


La présence de plongeurs contribue au financement des AMP. Mais elle renforce aussi l'impact de l'homme sur l'environnement (photo Office de tourisme des Pyrénées-Orientales)
La présence de plongeurs contribue au financement des AMP. Mais elle renforce aussi l'impact de l'homme sur l'environnement (photo Office de tourisme des Pyrénées-Orientales)

Nouveaux financements, nouvelles contradictions

Par conséquent, les gestionnaires des aires marines demandent aux États de comprendre que l'argent investi dans les AMP représente moins une dépense qu'un investissement permettant également la création ou la sauvegarde d'emplois. Mais, la tendance les conduit d'abord à consacrer leurs efforts à la recherche de nouvelles sources de financement.


Alain Jeudy de Grissac, responsable du programme de conservation marine de l'UICN, l'Union internationale pour la conservation de la nature, propose ainsi que les AMP s'autorisent à commercialiser, sur le marché des émissions de gaz à effet de serre, la capacité des herbiers de Méditerranée à piéger le carbone.


En attendant d'explorer cette piste inédite, de nombreuses AMP ont développé les activités touristiques et récréatives, en vendant par exemple, à l'image du parc italien des Cinque Terre, des droits de plongée.


Revers de la médaille, « la valorisation des AMP favorise aussi leur attractivité et renforce donc les pressions humaines sur le milieu », remarque Bertrand Cazalet.


Tous les ans, en juillet et août, 20 000 plongeurs explorent dorénavant les fonds de la Réserve marine de Cerbère-Banyuls, à la frontière entre la France et l'Espagne. Difficile pourtant pour une AMP de freiner une dynamique qui lui assure sa survie financière.


Lire notre premier volet consacré au Forum des Aires maritimes protégées en Méditerranée : Développer les Aires marines protégées, un défi pour la Méditerranée
















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info