Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Le village de marques italiennes du Muy dans le Var de nouveau retoqué


Rédigé par Paul Boinet le Mardi 7 Mai 2019 | Lu 1896 commentaire(s)


Le pôle de la mode et du design n'arrive pas à s'imposer au Muy (photo : Spadolini & Architetti)
Le pôle de la mode et du design n'arrive pas à s'imposer au Muy (photo : Spadolini & Architetti)
FRANCE / ITALIE. La Commission nationale d'aménagement commercial (CNAC) a confirmé, le 2 mai 2019, le veto de la Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) sur un projet de village de marques de la mode et du design italien dans la ville varoise du Muy (9 350 habitants).

Déjà en 2016, la CNAC s'était prononcée contre, obligeant les promoteurs italiens à revoir à la baisse de 25% de leur programme. Malgré cela, les désormais 16 318 m² de ce pôle n'ont pas plus séduit la CDAC et la CNAC. En juin 2013, la CNAC avait donné son accord, mais la décision avait été cassée, en avril 2015, par le Conseil d'Etat, saisi par l'agglomération Var Estérel Méditerranée. Depuis les tentatives s'avèrent toutes infructueuses.

Deux hommes d'affaires italiens, Roberto Bonati et Armando Branchini (directeur général de la Fédération Altagamma qui représente les entreprises italiennes du secteur du luxe), portent depuis six ans ce projet de 70 M€. Il prévoit l'implantation d'une centaine de boutiques de luxe sur 15 768 m² - dont Gucci, Dolce & Gabana, Burberry, Sonia Rykel...) et haut de gamme, la plupart de déstockage, mais aussi quelques unes, sur 550 m², proposant des produits du terroir (vins et spritueux). Selon les promoteurs, le pôle de la mode et du design permettrait la création de 1 026 emplois dont 526 directs. Ils comptent sur un million de visiteurs annuels avec une clientèle internationale notamment fournie par les croisiéristes chinois et russes débarquant à Toulon, Marseille et Nice.

Selon la CDAC, arguments repris par la CNAC, ce pôle menace de "défigurer le capital paysager de la commune" et "le cadre naturel remarquable du golfe de Saint-Tropez". De plus ces instances précisent que le concept risque de fragiliser le fonctionnement économique du territoire, et notamment l'attractivité et la vitalité des centres-villes environnants.










Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter









Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook