Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le tourisme tunisien en berne


Recettes et visites touristiques se trouvent en baisse constante depuis la révolution de 2011. Une chute amplifié par les attentats de 2015 et 2016.


            Partager Partager

Les plages de Port El Kantaoui, dans la région de Sousse, étaient vides en ce mois de juin 2016 (photo: MD)
Les plages de Port El Kantaoui, dans la région de Sousse, étaient vides en ce mois de juin 2016 (photo: MD)
TUNISIE. -44,6% de recettes, -40,3% de nuitées et -19,2% d’arrivées aux frontières: les résultats de l’activité touristique tunisienne, de janvier à mai 2016, se trouvent en très nette chute par rapport à la même période en 2015. Et dépassent même les 50% si on compare à 2014.

Ces chiffres négatifs ont pris de l’ampleur depuis 2015 mais traduisent une réelle tendance à la baisse depuis la révolution de 2011, alors que le tourisme représente quasiment 7% du PIB de la Tunisie. Les raisons, elles, sont multiples. 

Dans le rapport annuel de 2015 de la Banque centrale tunisienne, Chadly Ayari, son gouverneur, évoque la "résurgence du terrorisme et son corollaire immédiat, le choc sur le tourisme” comme un des facteurs d’une année 2015 économiquement difficile pour la Tunisie.

Entre mars 2015 et mars 2016, la Tunisie a effectivement été frappée à quatre reprises: le musée du Bardo à Tunis le 18 mars 2015 (24 victimes), la plage de l'hôtel Impérial Marhaba de port El Kantaoui, près de Sousse, le 26 juin (38 victimes), le bus de la garde présidentielle à Tunis le 24 novembre (12 victimes) et Ben Guerdane, le 7 mars (12 victimes).

Terrorisme: un choc sur le tourisme

Exemple de l’impact de ces attaques sur le tourisme, Sousse a bien du mal à se relever. “Entre le 21 juin et le 31 décembre 2015, nous avons reçu 401 871 touristes pour plus d’1,5 million de nuitées, énumère Foued Eloued, commissaire régional au tourisme. Cela correspond à une baisse de 35% des arrivées et de 61,6% des nuitées par rapport à 2014. Dix sept hôtels ont fermé l’année dernière. Parmi eux douze ont rouvert pour cette saison. Mais cette baisse d’activité a aussi touché les taxi, l’artisanat... tout est lié.

Dans la médina de Sousse, Mohamed, un vendeur de bijou, se désespère: “Je ne vends quasiment plus rien.” 

La sécurité n’est pourtant pas le seul facteur en cause. Le tourisme de masse choisi dans les années 70 a des effets dévastateurs.

La Tunisie apparaît comme une destination bas de gamme offrant des séjours tout compris (vol, hôtel et restauration) pour quelques centaines d’euros donc non rentables pour les établissements. “Certains hôtels sont pleins. Mais à quoi ça sert s’ils ne peuvent pas payer les employés?” interroge Brahim Mââmouri, directeur commercial de l’hôtel Hannibal Palace à Port el Kantaoui.

De plus, la Tunisie doit faire face à la concurrence, avec la montée d’autres destinations, comme la Croatie mais aussi l'Espagne, l'Italie ou le Portugal, qui offrent soleil et mer sans problème de sécurité. Dans ces conditions, pourquoi les touristes choisiraient la Tunisie?

La diversification pour solution

La solution, c’est la diversification selon Mohamed Ali Toumi, président de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages (FTAV): “Notre produit balnéaire est excellent mais insuffisant. Il ne faut pas fonctionner avec un mono produit. Si nous voulons monter en grade, il faut se diversifier, mettre en valeur notre richesse culturelle, notre histoire.

Avec un gouvernement et un parlement élu, la Tunisie peut enfin se mettre au travail pour redéfinir son tourisme. “Nous avons perdu beaucoup de temps, admet Mohamed Ali Toumi. Il était difficile de changer les choses dans cette période d’après révolution où tous les problèmes se trouvaient sur la même table. Maintenant, nous disposons d'un gouvernement stable et d'une assemblée, il faut s’y mettre.

Le président de la FTAV pense à la route des vins déjà mise en place, aux terrains de golf, au tourisme dans le Sahara et à “Hammamet qui pourrait devenir un nouveau Ibiza pour les jeunes le week-end.

Maryline Dumas, à TUNIS

Lundi 11 Juillet 2016

Lu 2954 fois




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Juin 2019 - 12:04 Virtuo franchit les Pyrénées


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.

Publireportage


Le climatiseur mobile, le bien-être à portée de main


Publireportage
Publireportage Castorama




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

RÉFLEXION

Concentration industrielle en Europe : une nécessité autant qu'une opportunité pour la Défense

Frédéric Dubois, ingénieur, diplômé en relations internationales (en disponibilité de la fonction publique)
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.