Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Le tourisme durable mise sur les fonds de l'Europe


Catalogne, Provence et Toscane ont créé un réseau des régions pour le tourisme durable. En phase avec l'Agenda 21 européen, celui-ci devrait capter une part importante des crédits européens du secteur. Le réseau a organisé sa troisième conférence, Necstour, à Marseille.


            Partager Partager

Joan Carles Vilalta, directeur du Tourisme de la Generalitat de Catalunya (photo MN)
Joan Carles Vilalta, directeur du Tourisme de la Generalitat de Catalunya (photo MN)
ESPAGNE/FRANCE/ITALIE. Créé il y a quelques mois le Réseau Européen pour un Tourisme Durable et Compétitif réunit essentiellement la Catalogne espagnole, Provence Alpes Cote d’Azur en France et la Toscane en Italie. Il vient de réunir à Marseille une centaine de socio professionnels et d’élus de collectivités régionales en Europe, pour sa conférence annuelle, Necstour. On y a parlé cuisine interne, car il s’agit de structurer le réseau, mais surtout on y a abordé les grandes questions d’argent.
Car l’Agenda 21 européen adopté en 2007 fait, en matière touristique, une place importante au tourisme dit « durable », capable à la fois de gérer l’environnement, d’apporter une véritable plus value aux territoires d’accueil, et se préoccupant de l’égalité d’accès au tourisme.
La Communauté européenne devrait, dans son programme 2007-2013, consacrer quelques huit milliards d’€uros à sa politique d’aide au tourisme, dont 18% à l’éco tourisme. 2,6 Md’€ au bas mot devraient quitter la tirelire européenne pour aider des projets pour un tourisme respectueux. Les pays ayant accès aux fonds de cohésion seront les mieux servis, à l’instar de la Pologne qui prévoît un milliard d’€uros d’investissement sur les six prochaines années afin de devenir une destination touristique. Ou encore de la Roumanie, qui aidera les projets d'agri-tourisme à hauteur de 200 k€ quand ils développent l'emploi local.
Le gâteau européen poussera donc les acteurs professionnels au volontarisme. En matière d’ingénierie du tourisme, de gros efforts sont à faire dans un secteur qui a longtemps compté sur la mer, le soleil, et la masse. « Nous vivons une rupture »soutient Jean-Pierre Martinetti, expert français près la Communauté européenne, qui a créé en 2007 la Cité Internationale de la Culture et du Tourisme Durable (CCTD) www.cctd.eu en Haute Provence, avec le soutien de l’Etat, de la Région Paca et des Chambres de Commerce. « Longtemps il fallait en être, mais les professionnels en parlaient sans plus y penser. Désormais la tendance est inverse, et dans les entreprises touristiques, le responsable du développement durable monte les étages et se rapproche de la présidence des sociétés ».

Les projets de coopération interrégionaux seront particulièrement aidés

Un gros effort de formation semble toutefois nécessaire. La CCTD consacrera, en phase de lancement, 850 K€ à la mise en œuvre de modules télématiques de formation professionnelle.
L’offre des organismes publics ripe de plus en plus vers le tourisme durable, qu’on ne saurait limiter à sa préoccupation environenmentale. « Nous allons certes mettre en œuvre trois usines de désalinisation d’eau de mer de part et d’autre de Barcelona pour résoudre globalement nos problèmes d'eau » explique, Joan Carles Vilalta, directeur du Tourisme de la Généralité de Catalogne,www.gencat.cat « mais l’important réside dans notre offre touristique qui propose bien sûr de faire la fête et de visiter nos trésors d’architecture, mais encore de goûter à la culture catalane sous tous ses aspects, y compris les plus modernes ». Onze maisons de pays en projet doivent y aider, en proposant des produits de proximité. Une « route de la catalanité », ponctuée de sites naturels et culturels, est aussi en gestation des deux côtés de la frontière franco-espagnole. « Nous avons travaillé avec les structures des Pyrénées orientales pour harmoniser nos accès handicapés ».
Car l’accès aux aides de la CE sera d’autant plus aisé que les projets seront transfrontaliers. Une politique dans laquelle certains espaces naturels pourront mieux tirer leur épingle du jeu, comme les deux parcs nationaux contigus du Mercantour et Alpi Marrittime, qui portent, entre France et Italie, un projet de parc européen et mettent en œuvre des produits touristiques communs, notamment en matière de randonnée pédestre et découverte du pays.


Vendredi 31 Octobre 2008

Lu 1484 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss