Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le syndicat d’Arcelor Mittal demande à l’Etat Algérien de devenir actionnaire majoritaire



            Partager Partager

Smain Kouadria, au micro, affirme que les travailleurs d'El Hadjar demandent à l'Etat de reprendre ses droits sur le complexe (photo DR)
Smain Kouadria, au micro, affirme que les travailleurs d'El Hadjar demandent à l'Etat de reprendre ses droits sur le complexe (photo DR)
ALGERIE. Dans un entretien accordé à econostrum.info dans la soirée du 20 mai 2010, le secrétaire général du syndicat du complexe sidérurgique d’ArcelorMittal à El Hadjar, Smain Kouadria a affirmé que la direction de l’usine refuse d’appliquer les conventions de branche.

Le responsable du syndicat affilié à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA ) nous a expliqué que « le DG ne reconnaît pas la tripartite gouvernement-UGTA-patronat ni les accords de branche.
Or, il existe un Etat algérien qui, par l’intermédiaire d’une circulaire ministérielle, fait obligation aux entreprises publiques et privées, nationales ou multinationales d’appliquer les décisions de la tripartite et ce, dans tous les secteurs
. »

« L’Etat doit acquérir la majorité du capital »

Accusant la direction de l’entreprise de ne pas répondre aux doléances et revendications comprises dans la plate-forme de revendications des travailleurs du complexe, Smain Kouadria a rappelé que «l’accord de partenariat qui lie ArcelorMittal (actionnaire principal à hauteur de 70%) au groupe public algérien Cosider (actionnaire minoritaire à hauteur de 30%) arrive à expiration en octobre 2011. »

A cette échéance, il espère que l’Etat algérien fera valoir son droit de préemption : « Nous demandons à l’Etat algérien de devenir actionnaire majoritaire à hauteur de 51% au moins du capital d’ArcelorMittal Algérie. »

Le Secrétaire général du syndicat d’entreprise reconnaît qu’à l’heure actuelle, « l’Etat algérien ne contrôle rien."

Aussi demande-t-il que les pouvoirs publics disposent d’un droit de contrôle comme cela est stipulé dans la loi de Finances complémentaire de l’année dernière (LFC 2009).

"Cela permettra à l’Etat d’avoir un droit de regard sur les actes de gestion car, à l’heure qu’il est, il n’a que le statut d’observateur. »


Lire aussi:  Vers un nouveau bras de fer social à ArcelorMittal Annaba (Algérie)
                     Grève générale illimitée des 7 200 sidérurgistes d’ArcelorMittal Annaba

A. Belkessam, à ALGER
Vendredi 21 Mai 2010

Lu 3271 fois




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Février 2020 - 11:56 Vallourec se refinance à hauteur de 800 M€

Jeudi 19 Décembre 2019 - 15:19 Delattre Levivier Maroc en procédure de sauvegarde


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


MED’INNOVANT AFRICA pour imaginer la ville méditerranéenne de demain


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.