Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






Le sort d'Aigle Azur suspendu à la décision d'un tribunal de commerce



            Partager Partager

Aigle Azur va conserver sa présence en Algérie (photo : F.Dubessy)
Aigle Azur va conserver sa présence en Algérie (photo : F.Dubessy)
FRANCE / ALGÉRIE. La justice a étudié, lundi 16 septembre 2019 à huis clos, toutes les offres de reprise de la compagnie aérienne française Aigle Azur (300 M€ de chiffre d'affaires, 1150 salariés et 1,88 million de passagers transportés en 2018) placée en redressement judiciaire lundi 2 septembre 2019.

Ses avions (11 au total) se trouvent cloués au sol par l'administrateur judiciaire depuis le 7 septembre 2019. L'Algérie représentait 50 à 60% de l'activité d'Aigle Azur - qui concentrait à elle-seule 28% des vols entre la France et l'Algérie -, pays où la compagnie aérienne emploie 350 salariés et desservait six aéroports. Aigle Azur proposait également des vols vers le Liban, la Russie, le Brésil et le Mali.

La décision du tribunal de commerce d'Évry devrait être mise en délibéré alors que l'administratrice judiciaire préconisait une liquidation judiciaire, faute d'offres satisfaisantes pour les droits et les intérêts de salariés. Vendredi 13 septembre 2019, le Comité d'entreprise avait donné sa faveur à deux repreneurs : Lionel Guérin (ex-Pdg de Hop, la filiale du groupe Air France) qui a retiré depuis son offre, et Gérard Houa, actuel actionnaire (20%) d'Aigle Azur et Pdg de Lu Azur. Les syndicats majoritaires (CFDT et CFTC) demandaient eux un renvoi de l'affaire pour que soit affiné l'offre combinée d'Air France et du Groupe Dubreuil.

Vente en découpe en cas de liquidation judiciaire

Sur les treize offres officiellement déposées, deux tenaient la corde, selon Jean-Baptiste Djebarri, secrétaire d'Etat français chargé des Transports, : celle proposée par le tandem Air France et Groupe Dubreuil (maison-mère d'Air Caraïbes et de French Bee) et une autre par un "transporteur étranger" qui s'est révélé être la low cost EasyJet.

Le tribunal peut se prononcer pour une liquidation judiciaire pure et simple si aucun de ses deux dossiers ne le satisfait - ce qui semble le plus probable - ou pour une continuation de l'activité afin de laisser le temps à l'un des repreneurs de revoir sa copie et de proposer un projet viable.

L'entreprise accuse au moins 148 M€ de passif (les comptes n'étant pas certifiés pour l'exercice 2018, la somme pourrait être plus importante) que devra prendre en charge l'éventuel repreneur.

En cas de liquidation judiciaire, Aigle Azur n'existera plus dans quinze jours avec comme principale conséquence le licenciement de l'ensemble de ses salariés. Ils ne pourront plus être repris, le cas échéant, avec leurs contrats actuels. Leur compagnie devra durant ce laps de temps constituer des branches autonomes susceptibles d'intéresser d'autres compagnies aériennes et donc faire l'objet d'une vente à la découpe.

Sans propositions en ce sens, les quelques 9 800 créneaux horaires annuels d'Aigle Azur reviendront à Cohor, l'association qui les gère, et pourront donc être redistribués à d'autres transporteurs.


Lundi 16 Septembre 2019

Lu 792 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.