Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le régionalisme à l’œuvre en Méditerranée


La majorité des pays méditerranéens connaissent ou ont connu ces dernières années des revendications autonomistes ou indépendantistes. Les pouvoirs centraux, qu'il s'agisse de démocraties ou de dictatures, s'opposent systématiquement à ces revendications.



Gagner une élection ne suffit pas pour se faire entendre des pouvoirs centraux. (photo : Pè a Corsica)
Gagner une élection ne suffit pas pour se faire entendre des pouvoirs centraux. (photo : Pè a Corsica)
MÉDITERRANÉE. Plusieurs pays méditerranéens sont nés de conflits indépendantistes. Les Balkans se remettent difficilement des conflits armés meurtriers qui ont provoqué la dislocation de la Yougoslavie et la naissance de la Slovénie (1992), de la Croatie (1992), de la Bosnie-Herzégovine (1992), du Monténégro (2006), de la Serbie (1992), de la Macédoine (1992) et du Kosovo (2008). Si ces États ont mangé leur pain noir indépendantiste, pratiquement tous les autres pays méditerranéens nourrissent en leur sein des mouvements autonomistes ou indépendantistes.

En France, le cas Corse occupe le devant de l'actualité. Le Président de la République, Emmanuel Macron, a fait le déplacement en Corse pour opposer une fin de non recevoir à pratiquement toutes les demandes des autonomistes qui ont pourtant remporté avec 56,5% les élections régionales du 11 décembre 2017. Non au transfert du pouvoir législatif et fiscal, non à la co-officialité de la langue corse, non au statut de résident, non à l'amnistie des « prisonniers politiques » corses, non à la reconnaissance de l'existence d'un « peuple corse ».

La Turquie réprime les Kurdes

L'Espagne met en prison les élus indépendantistes catalans. (photo : F.Matéo)
L'Espagne met en prison les élus indépendantistes catalans. (photo : F.Matéo)
En Espagne, la situation apparaît encore plus tendue avec un gouvernement central qui refuse de discuter avec Carles Puigdemont. L'ancien président de l'exécutif régional catalan a dû s'exiler en Belgique, pour échapper à la prison après l'organisation d'une élection illégale qui a vu le oui à l'indépendance l'emporter. Les nouvelles élections régionales organisées par l’État espagnol ont reconduit la coalition des autonomistes et indépendantiste. Mais Carles Puigdemont, accusé de « rébellion et sédition » n'a pu récupérer son fauteuil. La Catalogne reste donc pour l'instant sous tutelle de Madrid. Le Pays Basque espagnol observe avec attention ces événements car cette région possède également un puissant courant indépendantiste.

L'Italie semble presque une terre apaisée comparée à l'Espagne. Fin octobre 2017, les régions de Lombardie et de Vénétie ont pourtant organisé un référendum pour réclamer plus d’autonomie. Tout s'est fait ici en respectant la constitution italienne, sans volonté de se séparer de l'Italie, même si la Ligue du Nord, à l'origine de ce scrutin emporté haut la main, à inscrit à l'article 1 de ses statuts son objectif d’aller vers une indépendance de la Padanie. Les vainqueurs demandent plus d’autonomie en matière fiscale, d'éducation, de recherche et de santé.
 
En Turquie, les velléités d'indépendance des Kurdes sont noyées dans le sang. Pour le pouvoir en place, il ne s'agit que de terroristes et les régions à forte population kurde vivent une véritable guerre civile. L'armée turque est même sortie de ses frontières pour attaquer les Kurdes syriens en passe d'obtenir une forte autonomie avec la bénédiction des Américains et des Européens. Les Kurdes du nord de la Syrie ne réclament pas l'indépendance, mais se battent pour la création d'une « fédération des régions kurdes » de Syrie. Le pouvoir central de Damas a toujours refusé de céder une partie de son pouvoir, allant jusqu'à retirer la nationalité syrienne aux Kurdes qui se révoltèrent en 2004.

Pas de négociation

L'ONU sépare les belligérants de la question du Sahara Occidental, mais n'arrive pas à convaincre le Maroc de laisser voter la population locale. (photo : Martine Perret/Onu) .
L'ONU sépare les belligérants de la question du Sahara Occidental, mais n'arrive pas à convaincre le Maroc de laisser voter la population locale. (photo : Martine Perret/Onu) .
Le Maghreb connaît lui aussi des poussées autonomistes et indépendantistes. En Algérie, les Berbères demandent depuis les émeutes des années 80 un statut particulier, un parlement, un gouvernement régional, des droits culturels et des libertés démocratiques. Sans succès.

Au Maroc, le roi se débat depuis des décennies avec le Sahara occidental qu'il considère comme partie intégrante du pays, alors que la population locale sahraoui revendique l'autodétermination. Le Maroc contrôle 80 % du Sahara Occidental, le Front Polisario 20 %. Les deux belligérants sont séparés par un mur et une zone tampon contrôlée par les Casques bleus de l’ONU. Le référendum d'autodétermination prévu par l'ONU a été constamment repoussé depuis 1992, en raison de désaccords sur la composition du corps électoral. Le Front Polisario se déclare prêt à négocier avec le Maroc. Le royaume rejette cette option et propose une autonomie avec un gouvernement et un parlement locaux. Il refuse de discuter d'un abandon de la souveraineté marocaine sur le territoire.


Gérard Tur


Mercredi 7 Février 2018



Lu 1925 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 27 Juillet 2018 - 10:14 800 migrants tentent d'entrer de force à Ceuta

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA