Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Le président turc à Bruxelles pour clarifier la situation avec l'UE


Rédigé le Mardi 10 Mars 2020 à 10:00 | Lu 857 commentaire(s)


Recep Tayyip Erdogan a pu discuster avec le président du Conseil européen et la Présidente de la Commission européenne (photo : Union Européenne)
Recep Tayyip Erdogan a pu discuster avec le président du Conseil européen et la Présidente de la Commission européenne (photo : Union Européenne)
TURQUIE / UE. Recep Tayyip Erdogan a rencontré, lundi 9 mars 2020 à Bruxelles, Ursula von der Leyen et Charles Michel. Cette visite intervient après celle du président du Conseil européen à Ankara fin février 2020 et la décision de la Turquie de laisser les migrants et les réfugiés quitter son territoire pour rejoindre l'Union européenne.

"Il est bon que les lignes de communication avec la Turquie restent ouvertes et actives. En effet, cet engagement constructif est une condition préalable à toute solution à la situation actuelle que nous avons à la frontière gréco-turque et au sort des migrants dans cette région", soulignait la président de la Commission européenne, à l'issue de son entrevue.

Pour le président du Conseil européen, sa discussion avec le président turc a permis de "tenter de clarifier un certain nombre de positions, d'interprétations, de commentaires, en lien avec la mise en oeuvre de cet accord qui lie l'Union européenne avec la Turquie ." Sur ce sujet, Charles Michel a souligné qu'il a eu "l'occasion de montrer de quelle manière l'Union européenne a mis en œuvre des engagements financiers, la promesse de mobiliser au total 6 milliards d'euros afin de venir en soutien aux réfugiés qui se situent en Turquie. Et c'est l'occasion aussi de reconnaître la responsabilité qui a été prise par la Turquie quant à cette prise en charge de migrants sur le sol turc."

Discussions sur l'accord entre la Turquie et l'UE

Selon Ursula von der Leyen, "les migrants ont besoin de soutien, la Grèce a besoin de soutien, mais aussi la Turquie a besoin de soutien." Reconnaissant des "désaccords" avec Ankara, la présidente de la Commission européenne assure avoir "exprimé très clairement au président Erdogan (notre) engagement à aller de l'avant sur ces questions, à condition que cela soit réciproque." Elle a évoqué "un bon point de départ d'un processus qui a d'abord pour objectif une perspective pour les migrants et une stabilité pour la région."

Charles Michel a également évoqué les questions de sécurité, spécialement en Syrie. L'occasion, selon lui, "de mettre en exergue notre mobilisation en soutien à toute solution politique pour amener plus de stabilité, mais surtout de mettre en exergue la préoccupation très grande que nous avons sur le plan humanitaire à Idlib, ainsi qu'à la frontière entre la Turquie et la Syrie."

Josep Borrell, haut-représentant de l'UE, va discuter les prochains jours avec son homologue turc, le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu, pour "clarifier la mise en oeuvre de l'accord entre la Turquie et l'Union européenne. Pour être certain que nous sommes sur la même longueur d'onde, que nous avons la même interprétation de ce que nous faisons en Turquie au niveau de l'Union européenne pour mettre en oeuvre l'accord", précise Charles Michel.




Lire aussi :
< >

Mercredi 1 Décembre 2021 - 12:35 La Méditerranée confrontée à l'inflation