Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le président du parti islamiste MSP se porte candidat pour la présidentielle algérienne


Le 18 avril 2019, les Algériens se rendront aux urnes pour élire leur président de la République. Si trente-deux intentions de candidature sont d'ores et déjà recensées par le ministère algérien de l'Intérieur, les dossiers doivent encore être validés par le Conseil constitutionnel. Abderrazak Makri, président du Mouvement de la société pour le paix, parti islamiste modéré, annonce sa candidature jugeant "insensé" que l'actuel chef de l’État se représente.


            Partager Partager

Abderrazak Makri veut offrir une alternative à la candidature d'Abdelaziz Bouteflika (photo : MSP)
Abderrazak Makri veut offrir une alternative à la candidature d'Abdelaziz Bouteflika (photo : MSP)
ALGÉRIE. Face à la possibilité d'un cinquième mandat pour Abdelaziz Bouteflika, le principal parti islamiste (MSP ou HMS en arabe) annonce, samedi 26 janvier 2019, la candidature de son numéro un, Abderrazak Makri (58 ans), pour l'élection présidentielle du 18 avril 2019.

Titulaire d'un doctorat en médecine de l'Université de Sétif et d'un magistère en Charia et Droit de la Faculté de la Charia - Université d'Alger, Abderrazak Makri a été député de 1997 à 2007 (deux mandats). Il dirige le Mouvement de la société pour la paix (MSP) depuis le 4 mai 2013.

cet islamiste modéré se présente comme le "candidat du consensus national, celui qui rassemblera les Algériens et qui cherchera les solutions pour éviter au pays les dangers qui le guettent (...) Nous sommes passés d'un dialogue avec les élites politiques à un dialogue avec le citoyen. (...) C'est l'Algérie profonde qui vote." Jusqu'en 2012, le MSP appartenait à l'alliance gouvernementale avant de s'en éloigner.

Préparer l'après-Bouteflika

Abderrazak Makri juge "insensée" la nouvelle candidature d'Abdelaziz Bouteflika. "Tout le monde sait que le président est malade (...)  Certaines parties veulent préparer l'après. Ils entendent le faire en notre absence. Le MSP refuse d'être éloigné de la période de l'après-Bouteflika. Nous sommes autant Algériens et patriotes que les autres. Nous avons sacrifié autant que les autres et refusons que des forces complotent contre nous dans l'ombre pour nous écarter de la compétition. Nous sommes un parti autonome et souverain."

Plusieurs partis ont décidé de ne pas participer à la prochaine élection. "La fraude sera utilisée comme un moyen de décourager les partis de s'engager dans la compétition et la population de voter. Notre présence aux élections est une manière de dire que personne ne peut nous faire sortir de la politique", clame le président du MSP.

"Chaque année, l'Etat prend 25 mrds$ dans ses réserves pour faire vivre les Algériens. Si cette situation continue, nous irons vers la cessation de paiement et l'Etat sera obligé de recourir à l'endettement extérieur sous des conditions draconiennes qui mettront en difficulté sa souveraineté", affirme Abderrazak Makri selon qui, l'Algérie ne disposera pas de plus de 3 mrds$ de réserves en 2021.

32 intentions de candidatures

Abdelaziz Bouteflika (81 ans) occupe depuis 1999 le fauteuil de président algérien. Plusieurs appels, de dignitaires algériens mais aussi du patronat, pour qu'il brigue un cinquième mandat se sont succédé ces derniers mois. S'il a déjà été désigné, en octobre 2018, comme le candidat du Front de Libération Nationale (FLN), il doit présenter officiellement sa candidature et a jusqu'au 3 mars 2019 à minuit pour le faire.

Le ministère algérien de l'Intérieur aurait déjà reçu trente-deux intentions de candidatures dont l'ancien chef de gouvernement Ali Benflis, qui se présentait déjà en 2014 en indépendant et avait décroché la seconde place avec 12% des voix. Il leur reste à tous à décrocher les 600 signatures nécessaires puis à déposer leur dossier qui doit être validé par la Conseil constitutionnel. La publication de la liste des candidats est prévue pour le 18 mars 2019.

Lors du précédent scrutin en 2014, six candidats avaient finalement pu se présenter. Abdelaziz Bouteflika avait été réélu avec 81,53% des voix. Seuls 51,70% des inscrits s'étaient rendus aux urnes et les votes blancs et nuls avaient atteints les 9,76%.

Le président de la République algérienne démocratique et populaire est élu au suffrage universel direct (deux tours) pour un mandat de cinq ans. Il n'est rééligible qu'une seule fois (article 88) selon la révision constitutionnelle de 2016.


Lundi 28 Janvier 2019

Lu 941 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.

Publireportage


Le climatiseur mobile, le bien-être à portée de main


Publireportage
Publireportage Castorama




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

RÉFLEXION

Concentration industrielle en Europe : une nécessité autant qu'une opportunité pour la Défense

Frédéric Dubois, ingénieur, diplômé en relations internationales (en disponibilité de la fonction publique)
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.