Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

Le président Michel Aoun pose un ultimatum à son Premier ministre désigné




Le président Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri n'arrivent pas à trouver un accord sur une équipe pour diriger le pays (photo : Présidence libanaise)
Le président Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri n'arrivent pas à trouver un accord sur une équipe pour diriger le pays (photo : Présidence libanaise)
LIBAN. Après cinq mois d'impasse politique, le Liban se trouve toujours sans gouvernement, alors que la situation économique et sociale ne cesse de se détériorer. Choisi fin octobre 2020 pour succéder au Premier ministre Hassan Diab, démissionnaire après l'explosion au Port de Beyrouth en août 2020, Saad Hariri n'arrive pas à constituer son équipe. Les tensions demeurent vives dans ce régime communautaire où le Sunnite du parti Futur doit satisfaire son camp, mais aussi les Chiites du Hezbollah et les Chrétiens du Courant patriotique libre (CPL). Ce dernier mouvement a été fondé par le président Michel Aoun qui, mercredi 17 mars 2021 au soir dans un discours, a tapé du poing sur la table face à cet immobilisme. Il offre désormais deux options au Premier ministre désigné : "former immédiatement un gouvernement" en accord avec la présidence, ou s'il "ne peut pas mettre sur pied et présider un gouvernement de salut national, capable de s'attaquer à la situation dangereuse qui sévit dans le pays et dont souffre le peuple libanais, il devra céder sa place à une autre personne capable de le faire."

Le Président libanais ne mâche pas ses mots accusant Saad Hariri d'avoir fait "perdre un temps précieux" et "entraîné le pays dans une voie sans issue." Selon lui, les souffrances des Libanais ont "atteint un niveau qu'aucun peuple ne peut supporter. A l'épidémie qui persévère et dure, se sont ajoutés la pauvreté, la misère, le chômage, l'émigration, la perte de pouvoir d'achat en raison de la hausse insensée du dollar américain par rapport à la livre libanaise, les pénuries de produits essentiels..."

La monnaie libanaise continue en effet de s'effondrer. Après le cap des 10 000 £ pour 1 $ enregistré début mars 2021, la devise vient d'atteindre, mardi 17 mars 2021, celui des 15 000 £. Le Liban se trouve en situation de cessation de paiements depuis mars 2020.

Saad Hariri demande une présidentielle anticipée

Le nœud gordien du problème politique se situe au niveau de l'octroi du tiers de blocage exigé par le président pour sa formation le CPL. Mais aussi par la volonté de Michel Aoun d'obtenir pour son parti le ministère de la Justice et surtout celui de l'Intérieur. Le poste devient d'autant plus stratégique que trois consultations électorales sont programmées pour 2022 (municipales, législatives et présidentielle).

Saad Hariri a immédiatement réagi au discours du président Aoun en indiquant qu'il se rendrait, en précisant "pour la dix-septième fois", à Baabda (siège de la présidence de la République libanaise) pour "discuter de la mouture remise au président depuis des semaines, afin de pouvoir former immédiatement le cabinet." Il ajoute, "toutefois, si le président est incapable de signer le décret de formation d'un cabinet de technocrates non-partisans, tel que cela est requis, il devra expliquer aux Libanais la véritable raison qui le pousse à faire obstruction à la volonté du Parlement qui a nommé le Premier ministre et qui l'empêche depuis de longs mois d'ouvrir la voie au sauvetage." La réponse se termine en estocade lorsqu'il suggère à Michel Aoun de "prévoir une élection présidentielle anticipée, ce qui constituera le seul moyen constitutionnel possible pour annuler les effets de son élection voici cinq ans à la présidence par le Parlement qui m'a nommé Premier ministre désigné il y a cinq mois."

Eric Apim
Jeudi 18 Mars 2021

Lu 1046 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

De "Algérie libre et démocratique" à "État civil et non militaire"

Razika Adnani, philosophe et spécialiste des questions liées à l'islam, membre du Conseil d'orientation de la fondation de l'Islam de France, du Conseil scientifique du CEFR et du groupe d'analyse JFC Conseil
avis d'expert


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.