Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le président Kosovar inculpé pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre



            Partager Partager

Hashim Thaçi va devoir répondre de crimes contre l'humanité (photo : Présidence du Kosovo)
Hashim Thaçi va devoir répondre de crimes contre l'humanité (photo : Présidence du Kosovo)
KOSOVO. Le procureur du tribunal spécial pour le Kosovo a inculpé Hashim Thaçi pour "crimes contre l'humanité et crimes de guerre, y compris meurtre, disparition forcée de personnes, persécution et torture" durant la guerre menée par cette province serbe contre la Serbie (1998-1999). L'actuel président, depuis avril 2016 de cet Etat de 2 millions d'habitants, était un des commandants de l'Armée de libération du Kosovo (UÇK), mouvement de guérilla indépendantiste.

Basé à la Haye, le tribunal spécial créé en 2015 a retenu dix chefs d'accusation contre Hashim Thaçi le 24 avril 2020 mais ne communique sur cette information que deux mois plus tard. Il serait, avec notamment Kadri Veseli, ex-dirigeant du renseignement de la guérilla kosovare et aujourd'hui président du Parti démocratique du Kosovo (PDK), "responsable pénalement de près de 100 meurtres, principalement contre des Serbes, des Roms et d'autres ethnies mais aussi contre des opposants politiques", précise un communiqué du tribunal. Ce dernier accuse en même temps les deux principaux inculpés d'"efforts répétés pour entraver et saper le travail de KSC (NDLR : Chambres des spécialistes du Kosovo)". Hashim Thaçi et Kadri Veseli auraient "mené une campagne secrète pour contourner la loi portant création de la Cour puis entraver les travaux de la Cour afin de s'assurer de ne pas être traduits en justice", poursuit le communiqué du procureur.

L'accord entre le Kosovo et la Serbie compromis par cette inculpation

Cette information tombe alors que Hashim Thaçi et son homologue serbe Aleksandar Vučić devaient se rendre samedi 27 juin 2020 à Washington pour des négociations directes destinées à relancer les discussions sur un rapprochement entre les deux pays avec le soutien des Américains. La Serbie n'a toujours pas reconnu l'indépendance (proclamée unilatéralement en février 2008) de ce qu'elle considère comme une province autonome sous le nom de Kosovo-et-Métochie. L'Onu et l'Union européenne (22 Etats membres sur 27 la reconnaisse cependant) non plus.

Le président kosovar a fait savoir qu'il annulait sa présence à ce sommet. Son nouveau premier ministre depuis le 3 juin 2020, Avdulah Hoti (LDK) pourrait le représenter. Le Kosovo se trouve en plus en pleine crise politique après la démission, fin mars 2020, de son premier ministre Albin Kurti suite à une motion de censure déposée par la LDK, un parti de sa propre coalition, et après seulement quatre mois de fonction. Il s'opposait à Hachim Thaçi sur la proclamation de l'état d'urgence face à la pandémie du coronavirus, craignant un renforcement des pouvoirs du président.

Cette inculpation vient en tout cas compromettre la conclusion d'un "accord final" entre les deux pays. La réunion aux Etats-Unis devait se poursuivre par des pourparlers, prévus en juillet 2020, sous l'égide de l'Union européenne.

Jeudi 25 Juin 2020

Lu 793 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.